En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Vers une meilleure valorisation des invendus et des déchets du marché de Rungis

En remportant le contrat du M.I.N de Rungis, la Coved conclut le plus important contrat de gestion de déchets industriels de son histoire, auquel se rattache également un volet récupération des fruits et des légumes invendus mais encore consommables.

Déchets  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
   
Vers une meilleure valorisation des invendus et des déchets du marché de Rungis
© Marché International de Rungis
   
Le Marché d'Intérêt National (M.I.N) de Rungis dans le Val-de-Marne célèbre ses 40 ans cette année. Avec ses 232 hectares et 1.350 entreprises, il est le plus grand marché de produits frais au monde. Quelque 6.000 tonnes de fruits, légumes, viandes et poissons transitent chaque jour par Rungis, soit 1,5 million de tonnes par an. Ce marché réservé aux professionnels dessert 18 millions de consommateurs, dont 11 millions en région parisienne. Il s'en suit une problématique particulière des déchets d'activité dont Coved, filiale Propreté du Groupe Saur, a remporté le contrat relatif à la collecte et au recyclage.

Le contrat comprend la collecte plus conteneurisée et le recyclage des milliers de tonnes de déchets générés chaque année sur l'ensemble du site : palettes, cartons, films plastiques, légumes et autres produits frais impropres à la vente. Le contrat inclut également la création et la gestion pour le compte du client, la Semmaris (Société d'Exploitation du Marché International de Rungis), d'une nouvelle déchèterie et l'exploitation d'un centre de recyclage d'une capacité de 60.000 t/an. Coved va ainsi déployer sur le M.I.N. 18 véhicules roulants, 8 engins pour le tri, 40 compacteurs, 2.200 bacs et emploiera 77 collaborateurs entièrement tournés vers le recyclage, précise la société.

Il s'agit donc de capter à la source de 10 à 15.000 t de cartons, plus de 10.000 t de bois, du plastique... notamment avec la mise en place de tapis de tri innovants dans les locaux de vente, une collecte sélective et une nouvelle signalétique… Notons encore que le groupe va louer à la Semmaris, un second centre de tri d'une capacité de 30.000 t/an, destiné à collecter et à recycler les déchets de clients extérieurs au M.I.N.

Des actions de sensibilisation au respect des consignes de recyclage sur le site sont par ailleurs prévues à destination des grossistes, courtiers, acheteurs… Des campagnes pédagogiques de contrôle de la qualité du recyclage sont également envisagées ainsi que la fourniture de bacs spécifiques.

Récupérer les surplus de fruits et légumes

Avec un chiffre d'affaires annuel de plus de 5 M€ pendant 6 ans mini et 9 ans maxi, soit de 30 M€ à 45 M€ de portefeuille, Coved signe ici le plus important contrat '' Déchets Industriels'' de son histoire, a souligné la société qui participera également au projet, mené par l'association nationale de développement des épiceries solidaires (Andes), de récupération des fruits et des légumes invendus et consommables sur le marché de Rungis.

Michel Barnier, ministre de l'Agriculture et de la Pêche et Christine Boutin, ministre du Logement, de la Ville et de la Lutte contre l'exclusion avait en effet inauguré le 28 avril 2008 le chantier d'insertion de l'Andes implanté aux Halles de Rungis. Celui-ci a pour but de fournir 5 tonnes de fruits et légumes par jour invendus sur le marché de Rungis, à l'ensemble des réseaux en charge de l'aide alimentaire en Ile de France : la Banque alimentaire d'Ile-de-France, les Restaurants du cœur, le Secours populaire, la Croix Rouge et les épiceries solidaires membres de l'Andes.

L'activité de ce chantier répond à trois objectifs : le soutien à l'aide alimentaire, l'insertion professionnelle de personnes éloignées de l'emploi par la formation aux métiers du marché de Rungis et la récupération de surplus parfaitement consommables, qui devaient être détruits ou transformés en compost, faute d'utilisateurs, avait souligné un communiqué du M.I.N de Rungis.

Réactions1 réaction à cet article

 
quelle traitements

jespére qu'au vue des déchéts a traiter, dont la majeure partie est recyclable,l'incinération sera ecartée au profit notemment du compostage(méthanisation) cela n'est pas mentionné clairement dans l'article?

lionel | 04 avril 2009 à 08h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager