En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le marché français du solaire thermique accuse une baisse de 15 % en 2009

Concurrencé par d'autres énergies renouvelables et impacté par la crise économique, le marché du solaire thermique a reculé en 2009 en France. Il reste toutefois soutenu par le secteur des bâtiments collectifs et devrait repartir à la hausse en 2010.

Energie  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
   
Le marché français du solaire thermique accuse une baisse de 15 % en 2009
Panneau solaire thermique en cours de fabrication
© F.Roussel
   
Pour la première fois depuis 10 ans, le marché français du solaire thermique a enregistré une baisse en 2009 à hauteur de 15%. Les professionnels regroupés au sein de l'association Enerplan constatent que 36.000 Chauffe-Eau Solaire Individuel (CESI) ont été installés au cours de l'année 2009 contre 42.000 en 2008 et 39.000 en 2007. De même, moins de 2.500 Systèmes Solaires Combinés qui fournissent à la fois de l'eau chaude sanitaire et du chauffage ont été installés contre 5.800 en 2008 et 5.000 en 2007.
Les professionnels expliquent ces mauvais résultats par un ''essoufflement'' du marché résidentiel. Pourtant la filière du solaire thermique comptait beaucoup sur l'Eco-PTZ pour compenser la crise économique et le recul du prix des énergies fossiles mais également la concurrence des pompes à chaleur ou encore du photovoltaïque, fortement mis en avant. Mais cette incitation n'a semble-t-il pas eu les effets escomptés : ''l'Eco-PTZ aura un peu stimulé le marché du chauffe-eau solaire mais sera resté sans effet pour le chauffage solaire'', regrette Enerplan.

Un marché ''sauvé'' par les installations en habitation collective

Le solaire thermique collectif est le seul segment qui progresse modestement. Les installations d'eau chaude solaire collectives enregistrent ainsi une croissance de 19 % avec l'installation de 68.000 m² de panneaux solaires contre 56.000 m² en 2008 et 40.000 m2 en 2007. Enerplan explique ce développement par le soutien du fonds chaleur et des conseils régionaux. L'ADEME a en effet retenu 289 dossiers sur le budget 2009 du fonds chaleur pour des projets portant aussi bien sur des logements collectifs que sur des bâtiments du secteur tertiaire ou du secteur agricole.
Au total, le marché solaire thermique 2009 de France métropolitaine s'élèverait à 265.000 m² contre 313.000 m² en 2008 soit 185,5 MWth installés.

Un ralentissement attendu pour toute l'Europe avant la reprise de 2010

Selon les prévisions du consortium Eurobserv'Er, cette baisse de marché toucherait l'ensemble du marché européen en raison notamment d'une baisse sensible du marché espagnol mais aussi allemand. Toutefois l'année 2009 ne devrait être qu'une ''année de pause'' avant la reprise attendue dans le courant de l'année 2010. EurObserv'ER estime le marché européen à environ 4,5 millions de mètres carrés en 2009 et 5,5 millions en 2010. Le parc de l'Union européenne en fonctionnement atteindrait ainsi les 38 millions de mètres carrés fin 2010.

En France, les professionnels entendent se mobiliser fortement l'année prochaine. Selon Enerplan, l'initiative « So Col » lancée en 2009 pour accélérer la généralisation de l'eau chaude solaire collective devrait perdurer bien au-delà de 2010, ''pour véritablement changer de braquet d'ici 2012'', explique Enerplan qui espère installer dans ce cadre plus de 70.000 m2 de panneaux en 2010, 600.000 m2 en 2015 et 745.000 m2 en 2020.
Les industriels et distributeurs inscrits dans la marque collective Ô Solaire, avec la participation des installateurs Qualisol et le soutien de l'Ademe, vont par ailleurs lancer une campagne de communication au printemps. ''Il est urgent pour le secteur que la chaleur solaire s'inscrive dans des décisions d'investissement, dans le neuf comme dans l'existant'', commente Enerplan.

D'autant plus que la France a établi une feuille de route précise à l'horizon 2020 pour respecter les objectifs européens de développement des énergies renouvelables. Rappelons qu'à cet horizon, ces sources devront fournir 23% de la consommation finale d'énergie de la France. Le solaire thermique a sa place parmi la panoplie d'énergies renouvelables. Pour les installations individuelles, il est prévu de développer le parc de production à hauteur de 817.000 tonnes équivalent pétrole (tep) contre 17.000 tep en 2006 soit d'équiper 4,2 millions de logements supplémentaires d'ici 10 ans. Pour le solaire collectif, l'objectif est fixé à 100.000 tep en 2020 contre 10.000 tep en 2006.

Réactions4 réactions à cet article

 
Comparatif ECS plat - tubes

Il serait intéressant de publier un comparatif chiffré, rapport qualité-prix sur le long terme càd coût d'acquistion+installation+maintenance, efficacité de chauffe / m2, etc...entre les technos dispo ce jour càd panneaux plats stds ou tubes sous vide, etc...Ceci permettrait également de mieux faire son choix et d'encourager les initiatives et projets. c/o gens comme ADEME, InèS, Qualisol, etc...
Merci
A+ Salutations Guydegif(91)

Guydegif(91) | 11 février 2010 à 11h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 
la baisse va continuer

Le crédit d'impôt de 40% sur les chauffe-eaux thermodynamiques va accentuer la baisse en 2010

Eigrene | 12 février 2010 à 13h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Le marché du solaire thermique

C'est complètement fou ! Le chauffage solaire thermique capable, à investissement égal, de produire 3 fois plus d'énergie que le photovoltaïque, a donc dégringolé en un an de 5800 à 2500 installations !
Cette descente aux enfers est liée à la conjonction de plusieurs facteurs :
· La concurrence des pompes à chaleur, plus facile à installer pour tout chauffagiste compétent, et dégageant de bonnes marges.
· La concurrence du photovoltaïque, extrêmement facile à installer, et dégageant souvent des marges scandaleuses décrochées par des commerciaux peu scrupuleux.*
· Le pris d'achat excessif du kWh photovoltaïque qui permet des temps de retour de moins de 8 ans.
· Le manque de formation des artisans, peu enclins à se lancer dans la nouveauté d'une installation de chauffage solaire.
· La diversité et parfois la complexité des matériels de chauffage solaire qui ne sont pas toujours au point.
Pour mener une réelle politique de maîtrise de l'énergie, l'Etat aurait du privilégier dans ses mesures d'accompagnement les procédés qui apportent les meilleurs rendements, et en premier le chauffage solaire.
Hélas en avantageant outrageusement le photovoltaïque, l'Etat a mis à mort le solaire thermique.
IL faut savoir que dans le cadre du Grenelle de l'Environnement, l'apport du photovoltaïque ne correspondra en 2020 à une réduction que de 1% de nos émissions totales de CO².
Où allons nous avec une telle politique?

*Des entreprises d'énergies renouvelables sortent de terre tous les jours, souvent portées par des commerciaux pas du tout compétents dans ces domaines techniques, sans aucune éthique environnementale, et cherchant en premier à se faire facilement et rapidement un maximum de fric, en surfant sur le crédit d'impôt et les tarifs d'achat de l'électricité.

GABY | 12 février 2010 à 14h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

tant qu'il y aura des aide de l'état et des installateurs qui multiplie par 2 le prix du matériel le solaire thermique ne décoléra pas.
de plus continuer a installer des capteur plan qui ne fonctionne pas
lorsque l'on a le plus besoin de chaleur le consommateur moyen ne voie pas l'utilité d'installer un chauffe eau solaire.

yves | 23 mars 2011 à 22h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager