En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Marée noire : fuite provisoirement stoppée, moratoire offshore relancé

Risques  |    |  Victor Roux-Goeken Actu-Environnement.com
Le pétrole qui souille les côtes américaines ne s'échappe plus dans le golfe du Mexique, pour la première fois depuis trois mois. Un entonnoir géant de 75 tonnes a été mis en place lundi 12 juillet sur le puits endommagé, et les trois valves permettant de le sceller hermétiquement ont été fermées le 15 juillet.

BP s'est dit ''encouragé'' vendredi 16 juillet par les premiers résultats du test mené depuis la veille visant à évaluer la résistance du puits à l'origine de la pire marée noire de l'histoire des Etats-Unis. Deux jours seront encore nécessaires pour déterminer si l'installation permet ou non de résister à la pression engendrée par la fermeture des valves.

Pendant ce temps, l'administration américaine est toujours aux prises avec les compagnies pétrolières dans sa tentative d'imposer un moratoire sur les forages pétroliers en eaux profondes. Déboutée la semaine dernière pour la deuxième fois en un mois par la justice américaine, l'administration Obama a instauré lundi 12 juillet un moratoire de quatre mois et demi, plus souple que le premier. Il est basé non plus sur la profondeur des plateformes (152 mètres) mais sur la technologie et la fiabilité de leurs valves de sécurité.

Réactions2 réactions à cet article

 
Bien, mais il reste encore beaucoup à faire...

L'administration américaine agit dans le bon sens car, tant que la responsabilité des industries pétrolières n'est pas engagée à hauteur de la valeur des services environnementaux que leur activité pourrait dégrader ou détruire, il est important d'imposer un moratoire sur les forages pétroliers off shore en eaux profondes.
Selon une étude récente à laquelle L'économiste américain Robert Costanza a participé (2010), la valeur totale des services écosystémiques dans le delta du Mississipi se chiffre entre 12 et 47 milliards de dollars par an.
La prolongation de ces services dans l'avenir rapporterait entre 330 milliards et 1,3 trilliard de dollars, bien plus que la valeur marchande totale du groupe BP avant la marée noire (189 milliards de dollars).Il serait par exemple envisageable qu'une compagnie pétrolière soit obligée de se doter d'une garantie en responsabilité d'un minimum de 50 milliards de dollars pour ses activités d'extraction offshore (soit un quart de la valeur de BP), ce qui l'encouragerait à investir dans des systèmes techniques de réduction du risque, ou à faire basculer ses investissements dans des secteurs moins risqués, comme les énergies renouvelables.
Il faudrait surtout, arriver à convaincre les industries pétrolières à ne pas chercher à extraire la dernière goutte de pétrole et prendre le chemin d'une transition vers la sortie des énergies fossiles (sobriété et efficacité énergétique) et opter pour des énergies renouvelables.
le célèbre climatologue américain de la NASA,James Hansen, estime que ''La réalité, c'est que les gouvernements font l'autruche : on construit des centrales à charbon, on exploite les sables bitumineux, on extrait chaque dernière goutte de pétrole : tant que les combustibles fossiles resteront la source d'énergie la moins chère, les gouvernements la rechercheront. C'est vers une taxe mondiale sur le carbone qu'il faut s'orienter, en partenariat avec la Chine. Si le prix du carbone augmente, elle pourra accélérer le développement des énergies propres et les vendre à l'étranger."
De toutes façons, l'humanité devra faire ce choix vers les énergies vertes, car la menace du réchauffement climatique et la nécessité de préserver les écosystèmes fondamentaux n'est plus à démontrer.

Océane | 19 juillet 2010 à 15h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Oui,Océane,vous avez raison,mais les voitures pouvant rouler sans
carburants fossiles ne sont pas encore disponibles pour tous et les
dérivés pétrochimiques comme les plastiques ,solvants,pesticides! ,medicaments etc,ne sont
pas encore remplaçables par des produits issus de la biomasse? Cela peut durer encore 40 ans,mais il faut s'y préparer.

arthur | 06 décembre 2010 à 10h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…