Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Marée noire : le pétrole pourrait continuer à s'écouler jusqu'en août

Risques  |    |  Rachida Boughriet
L'opération, tant attendue de colmatage du puits de pétrole, réalisée par BP avec des injections de boue, a finalement échoué ce week-end. Selon les agences de presse, durant deux jours, les équipes d'intervention ont injecté, par 1.500 m de profondeur, près de 5.000 tonnes de boues n'ayant pas pu ''arrêter le flot de pétrole'', a annoncé le 29 mai, le chef des opérations de BP, Doug Suttles.

Et le brut qui se déverse dans le golfe du Mexique depuis 40 jours à un débit quotidien de deux à trois millions de litres, pourrait continuer à s'écouler au moins jusqu'en août, ont d'ores et déjà prévenu la Maison Blanche et la compagnie pétrolière.

BP se prépare désormais à expérimenter une nouvelle opération qui n'est pas sans risques à 1.500 m de profondeur : il s'agira une nouvelle fois de couvrir le puits à l'aide d'une cloche et de conduits sous-marins afin de pomper le pétrole. Pour ce faire, la compagnie prévoit de sectionner les pipelines endommagés et d'y ajuster une structure permettant de capturer le pétrole. Ce dernier serait ensuite siphonné jusqu'à un navire. Cette opération pourrait durer jusqu'à une semaine. Cependant, même en cas de réussite de celle-ci, BP attend l'achèvement de puits secondaires qui seront prêts en août pour colmater définitivement la fuite... Le groupe pétrolier n'exclut pas non plus que les opérations en cours soient retardées, la saison des ouragans devant débuter ce mardi dans la région.

Interrogée le dimanche 30 mai par la chaîne de télévision CBS, la conseillère du président Barack Obama pour l'énergie, Carol Browner a déclaré que l'administration américaine ''se prépare au pire'' face à cette catastrophe, qu'elle a présenté comme le pire désastre écologique que les Etats-Unis aient jamais connu. Elle a également souligné que la dernière tentative infructueuse d'arrêter la catastrophe avait provoqué une augmentation temporaire des volumes relâchés de l'ordre de 20 %.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

DIP-Booster, le système anti-inondation des réseaux d'eau SIDE Industrie - DIP SYSTEME
VEGABAR 83 - Capteur de pression avec cellule métallique VEGA