En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

“Marmagne : 65% de l'énergie photovoltaïque produite sera autoconsommée par la ville et ses habitants”

La ville de Marmagne porte un projet ambitieux d'autoconsommation collective. D'ici fin 2018, les panneaux photovoltaïques installés sur les bâtiments communaux devraient couvrir une majorité des besoins de la commune et d'une partie de ses habitants.

Interview  |  Energie  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com
   
“Marmagne : 65% de l'énergie photovoltaïque produite sera autoconsommée par la ville et ses habitants”
Olivier Crouzet
Directeur d'Omexom en région Centre
   

Actu-Environnement : Vous avez annoncé le lancement d'un projet d'autoconsommation collective dans la ville de Marmagne (Cher). Quelle sera son échelle ?

Olivier Crouzet : Nous souhaitons concrétiser, avec la ville de Marmagne et le syndicat départemental d'énergie du Cher (SDE 18), les récentes avancées réglementaires sur l'autoconsommation collective. La configuration de cette ville rurale est plutôt bonne : comme dans beaucoup de centre-bourgs, l'ensemble des bâtiments de la collectivité sont proches les uns des autres et raccordés au même poste de transformation d'électricité, ce que requiert la loi. Nous allons donc équiper ces neuf bâtiments de panneaux photovoltaïques (817 panneaux, 220 kWc). Cette production sera autoconsommée et, puisque la loi nous l'autorise, nous allons en faire bénéficier les riverains. Le surplus sera réinjecté sur le réseau.

AE : Quelle sera la part d'autoconsommation ?

OC : Notre objectif est d'autoconsommer le plus possible. La réinjection du surplus sur le réseau ne sera pas rémunérée donc l'intérêt est d'autoconsommer un maximum de l'électricité produite. Un système de stockage tampon de 100 kW permettra, à court et moyen terme, de faire coïncider production et consommations, qui ne sont pas naturellement en phase. Nous pourrons stocker dans la journée l'électricité produite et la réaffecter, par exemple, à l'éclairage public le soir. Ou encore couvrir un pic de consommation en soirée ou le matin.

Ce système de stockage permettra également d'effacer la production d'électricité à la demande du gestionnaire de réseau de distribution Enedis. L'objectif est d'arbitrer entre autoconsommation immédiate, stockage et injection sur le réseau. Pour ce faire, un système de management de l'énergie permettra de prévoir les périodes de stockage en fonction de données météorologiques, de prévisions de consommations des différents usagers (commerces, particuliers…). Les courbes de consommation et les différents types de consommateurs dans le périmètre d'autoconsommation ont été étudiés. Des compteurs intelligents seront déployés dans les bâtiments communaux et chez les consommateurs concernés pour permettre de mieux connaître les profils de consommation. Nous estimons que 69% des besoins de la commune seront couverts par la production photovoltaïque (éclairage public, bâtiments communaux), et 65% de l'énergie photovoltaïque produite sera autoconsommée par la ville et ses habitants, 35% seront donc injectés sur le réseau.

AE : Quels sont les habitants qui pourront bénéficier de l'énergie produite et de quelle manière pourront-ils l'acheter ?

OC : Pour en bénéficier, les consommateurs doivent être raccordés au même poste de transformation. Selon nos estimations, 61 foyers sont concernés, ainsi que des petits commerces et des artisans. Notre système sera pérennisé sur vingt ans, la collectivité vendra donc l'électricité, via une société d'exploitation, à un prix de départ moins élevé que le tarif actuel réglementé, avec une inflation garantie. Les consommateurs qui souhaiteront consommer cette énergie produite localement devront se fédérer en association de consommateurs. Cette association définira les règles de répartition de l'énergie (au kWh…) et les prix (qui pourra être fixé, par exemple, selon le type d'usagers…). Elle pourra aussi faire le choix de donner une part de l'électricité produite à une association. Une facture sera établie pour chaque habitant en fonction de la part de l'électricité couverte. Enedis sera le garant du comptage. Les habitants qui seront sur ce réseau pourront également, un jour, faire le choix d'équiper leur maison de panneaux et de devenir eux-mêmes producteurs.

AE : Quel est le calendrier du projet ?

OC : Le budget (près de 1,6 M€) devrait être bouclé au premier trimestre 2018, pour une mise en service d'ici la fin de l'année.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager