En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Marseille va accueillir la première centrale française de production thermo-frigorifique marine

Energie  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com
Environnement & Technique N°341 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°341
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

Cofely, filiale de GDF Suez, a signé le 30 septembre un contrat pour la construction de la "première centrale française de géothermie marine" située dans le quartier d'affaires Euroméditerranée à Marseille.

   
   
La centrale de production thermo-frigorifique marine Thassalia alimentera le réseau urbain de distribution d'énergie de l'EcoCité Euroméditerranée, en plein cœur du Grand Port maritime de Marseille. Ce sont 500.000 m2 de bâtiments qu'elle alimentera grâce à un réseau long de 3 km, parmi lesquels Euromed Center, Les Quais d'Arenc, Les Docks et le futur Parc Habité d'Arenc, indique Cofely. La centrale "fournira la totalité des besoins énergétiques des bâtiments et permettra une réduction de 70% des gaz à effet de serre", souligne Euroméditerranée dans un communiqué.

Les travaux de la centrale débuteront début 2015. "La centrale doit être mise en service fin janvier 2016 et les premiers clients seront raccordés en juin 2015 grâce à une centrale provisoire pour ne pas freiner leur installation", a précisé à l'AFP Jean-Pierre Monéger, directeur général de Cofely Services.

L'investissement s'élève à 35 millions d'euros, dont 5 millions de subventions publiques (Ademe, Fonds européen de développement régional, ville de Marseille, conseil général, conseil régional, Marseille-Provence-Métropole).

Réactions3 réactions à cet article

 

Apparemment l'ambition reste bien modeste puisqu'il ne s'agit que d'aller chercher l'eau dans le port! or on sait qu'a grande profondeur, PARTOUT en mer, on trouve une eau a température constante = a 4°C.

ami9327 | 01 octobre 2014 à 23h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ami9327
Ne soyez pas tout le temps négatif, ce n'est pas bon pour la santé.
Il s'agit en fait de trouver le meilleur compromis entre coûts d'installation/exploitation et efficacité energétique, et d'utiliser la technologie la plus adéquate (ce ne sera pas la même pour un cas où on pompe d el'eau à 4°C).
Pour trouver de l'eau à température constante devant Marseille, il va vous falloir mettre en place des canalisations sur des distances probablement plus de 10 fois plus importantes, avec le surcoût qui va avec (on est bien loin du cas des atolls polynesiens où l'on peut aller chercher "facilement" de l'eau à 4°C à -200m en bordure de recif). Et même dans ce cas vous obtientrez une température au mieux de l'ordre de 13°C car en cherchant un peu sur internet vous vous rendrez vite compte que le fond de la mediterranée, malgré sa profondeur importante, est bien plus chaud que celui des océans (et non, on ne trouve pas PARTOUT en mer de l'eau à 4°C). Cela n'empêche pas de disposer pour ce projet d'une efficacité déjà bien meilleure que celle qu'on peut attendre de pompes à chaleur air-air... Cela va donc dans le bon sens.

aeni | 02 octobre 2014 à 10h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci @AMI9327 pour cet explicatif.

Coudenhov | 07 octobre 2014 à 15h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…