En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement
Pole Expertise

Structurer l'univers des données numériques

Martin Bonney, directeur international des services de conseil d'Epiq Systems, revient sur les défis posés par le big data pour les entreprises du secteur de l'énergie, lesquelles devront adopter une approche proactive et pérenne en matière de gestion de l'information.

Avis d'expert  |  Energie  |    |  Actu-Environnement.com

Le big data constitue un défi de taille pour les entreprises opérant dans le domaine de l'énergie, qui se trouvent aujourd'hui au cœur d'une véritable explosion du volume des données. Ces dernières stockent des volumes de données déjà supérieurs à la moyenne, et cette tendance devrait s'accentuer avec l'introduction de compteurs intelligents sur l'ensemble du territoire. Les députés européens français ont récemment adopté une proposition de loi sur la transition énergétique, texte qui prévoit le déploiement de réseaux intelligents sur les quatre prochaines années. La première phase du programme de réseaux intelligents Linky implique l'installation de 3 millions de compteurs intelligents et de 80 000 concentrateurs de données d'ici la fin de l'année 2015. 35 millions de ces compteurs seront installés d'ici 2021 pour les entreprises et les particuliers. Lorsque les installations seront achevées, le programme Linky représentera sans doute le déploiement de compteurs intelligents le plus vaste au monde. Les fournisseurs et les opérateurs de réseaux doivent dès à présent prouver aux consommateurs et aux régulateurs qu'ils pourront traiter les données des compteurs intelligents, ainsi que celles générées par d'autres sources, de façon légale et sécurisée.

Des compteurs intelligents mais pas seulement

La collecte, le stockage et l'extraction des données constituent un défi en constante évolution, rendu plus difficile encore par la grande diversité des supports mobiles et connectés à même de générer lesdites données. Par exemple, l'installation de millions de compteurs intelligents dans le cadre du programme Linky représente un formidable défi technologique. Linky est un compteur communicant, ce qui signifie qu'il peut recevoir et envoyer des données sans nécessiter la présence physique d'un technicien. Jusqu'en 2020, Électricité Réseau Distribution France(ERDF) aura à gérer non pas une à deux mesures par an comme c'est le cas actuellement, mais une mesure par jour pour l'ensemble de ses clients, ce qui représente environ 530 millions de mesures quotidiennes. Face à ce défi sans précédent, l'ensemble de la chaîne de collecte, de stockage, d'analyse et de restitution de ces grands volumes de données doit être repensé. Il est donc essentiel de savoir précisément où sont stockées les données et de pouvoir y accéder facilement afin notamment de respecter les réglementations toujours plus contraignantes.

 
Méthodologie Enquête réalisée par téléphone en novembre 2013. 100 personnes appartenant à de grandes entreprises (définies comme réalisant un CA annuel supérieur à 500 millions de dollars, mais 74 % de celles ayant participé à l'enquête affichant un CA annuel supérieur à 1 milliard de dollars) ont été interrogées au Royaume-Uni, en Allemagne, aux Pays-Bas et en Suisse. De grandes entreprises européennes ont participé, représentant les secteurs suivants : industrie et BTP, commerce de détail, services financiers, distribution d'énergie ou d'autres services essentiels, industrie pharmaceutique, services professionnels et informatique/télécommunications. Au sein de chaque société, la personne interrogée occupait le poste de directeur financier, de responsable de la conformité ou de directeur du département juridique.
 
Nous avons récemment mené une enquête sur les conséquences induites par l'accroissement du volume des données pour les grandes entreprises. Plus des trois quarts des firmes consultées ont déclaré être confiantes en leur capacité à accéder aux éléments nécessaires en cas d'enquête ou de litige. Cependant, des recherches plus approfondies laissent à penser qu'une telle confiance n'est pas justifiée. L'enquête révèle en effet que seule la moitié des entreprises interrogées contrôlent et mettent à jour régulièrement leurs bases de données. Les délais réglementaires pour produire des documents étant parfois inférieurs à 14 jours, si les données ne font pas l'objet d'un examen constant, il est plus compliqué de répondre à une demande avec rapidité et précision, et de manière défendable.

Structurer les données…

Par où commencer et comment se repérer dans ce labyrinthe de données ? Adopter une approche proactive suppose tout d'abord d'avoir une compréhension claire de l'univers des données, des règles de conservation des archives et des exigences légales et réglementaires qui en découlent pour les entreprises. Les bénéfices de cette approche sont évidents, non seulement en termes de réduction des coûts de stockage (que nombre d'entreprises estiment à 40 %), mais aussi en termes de coûts liés au traitement et à l'examen des documents. Plus important encore, mais plus difficilement quantifiable, les entreprises qui n'adoptent pas cette approche risquent de conserver des données qui pourraient être utilisées contre elles, alors qu'elles auraient pu les supprimer de façon tout à fait légitime si les réglementations sur la conservation des données avaient été appliquées.

Pour une stratégie de gestion de l'information efficace, la planification et la communication sont essentielles. Les acteurs principaux dans ce domaine, au minimum les départements informatiques, juridiques, de conformité et les fournisseurs tiers de solutions d'investigation informatique (eDiscovery), doivent communiquer et prendre le temps d'établir une carte de la structure des données. Il est essentiel que les entreprises disposent d'une description de leurs types de données, d'une infrastructure technique et de solutions de stockage. Cette première étape est incontournable, l'évaluation des actions nécessaires pour préserver et collecter les données permettant de comprendre en amont l'étendue et la nature du défi que représente la gestion de l'information.

… pour pouvoir les restituer

Établir une carte de la structure des données permet également aux entreprises de déterminer rapidement celles qui peuvent être exclues en cas d'obligation de divulgation, par exemple, les sauvegardes de copies d'e-mails. Ce qui est d'autant plus utile en cas d'enquête interne des autorités de contrôle ou de litige. Faire preuve d'une réelle réactivité en cas de demande de divulgation peut par ailleurs attirer la bienveillance des autorités de contrôle et des tribunaux.

Notre expérience du secteur suggère que le défi pour les entreprises du secteur de l'énergie va bien au-delà d'une divulgation en cas de litige et englobe notamment des questions économiques, les chefs d'entreprise reconnaissant l'importance d'une approche transparente en matière de prix pour regagner et conserver la confiance des consommateurs.

Pour adopter une solution appropriée, et plus important encore, pour la pérenniser, les parties concernées doivent faire front commun pour définir les priorités de l'entreprise en termes de temps, de coût et de champ d'application. Le paysage des données changeant constamment, sa gestion ne peut se résumer à un exercice ponctuel. Un contrôle irrégulier des données est insuffisant, et toutes les grandes entreprises reconnaissent aujourd'hui les avantages de s'associer à des experts qui peuvent les aider à adopter une approche proactive et pérenne en matière de gestion de l'information.

Avis d'expert proposé par Martin Bonney, directeur international des services de conseil d'Epiq Systems

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager