Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Les deux tiers des rivages rocheux du littoral méditerranéen sont menacés

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson

La dernière actualisation de la Liste rouge des écosystèmes en France, proposée par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), ne révèle pas de bonnes nouvelles pour les littoraux méditerranéens. Les deux tiers des rivages rocheux sont menacés, ou quasi-menacés, du fait de l'urbanisation, de la fréquentation ou de la présence d'espèces végétales exotiques envahissantes, établissent le comité français de l'UICN, l'Office français de la biodiversité (OFB) et le Muséum national d'histoire naturelle (MNHN) dans une étude publiée le 30 septembre.

« En France, les rivages rocheux représentent près des deux tiers du trait de côte méditerranéen, pour l'essentiel situé en Corse et dans la région Paca, expliquent les trois partenaires. À l'interface entre terre et mer, ils abritent une flore et une microfaune particulières très riches, adaptées à des conditions écologiques contraignantes, liées à l'influence de la mer. Ils constituent également des espaces de haltes migratoires, d'hivernage et de reproduction pour les oiseaux marins, pour la plupart protégés et dont certains sont menacés à l'échelle nationale ou régionale. Leur configuration spatiale, souvent restreinte et fragmentée, les rend particulièrement sensibles aux pressions anthropiques. »

Les experts ont évalué six écosystèmes. Les deux plus menacés, qui ne relèvent d'ailleurs pas strictement des côtes rocheuses, sont les plages de galets et graviers à végétation vivace, classées « en danger », et les plages de galets et graviers à végétation pionnière, classées « vulnérables ». Les falaises et rivages rocheux méditerranéens, de même que les garrigues basses et phryganes, sont identifiés comme « quasi-menacés ». Seuls les maquis bas et fourrés ont été évalués comme n'étant pas menacés, tandis que les fourrés halonitrophiles n'ont pu être classés en raison du manque de données suffisamment robustes.

Cette évaluation fait suite à celle des dunes côtières et rivages sableux méditerranéens, publiée en mai 2020, qui avait montré que sept de ces écosystèmes, sur les neuf évalués, étaient menacés. Au final, onze écosystèmes du littoral méditerranéen sur les quinze évalués sont donc menacés. Ces résultats appellent à « la mise en place d'actions de protection et de restauration de ces milieux, dans des régions particulièrement marquées par une forte densité de population et un haut niveau d'artificialisation du littoral », concluent les trois organismes partenaires.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]