En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les eurodéputés s'opposent à la circulation transfrontalière des méga-camions

Transport  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

Le Parlement européen, en plénière, a adopté le 10 mars en seconde lecture la révision de la directive européenne de 1996 modifiant la conception des poids-lourds notamment pour réduire les émissions polluantes. La révision de cette directive, qui définit les poids et les dimensions des véhicules routiers, avait été lancée par la Commission européenne en avril 2013.

Le Parlement a rejeté la proposition de la Commission visant à autoriser la circulation transfrontalière des méga-camions (ou gigaliners) mesurant de 18,75 à 25,25 mètres et pesant de 40 à 60 tonnes. Ces véhicules, déjà expérimentés dans certains Etats membres, resteront autorisés sur leur propre territoire. "Malheureusement, ce nouveau texte ne signe pas la fin des méga-camions car les Etats gardent le droit de déroger aux 40 tonnes", a déploré l'eurodéputée écologiste Karima Delli. La France a autorisé le 6 décembre 2012 par décret "la circulation de certains méga-camions, rehaussant la limite du tonnage à 44 tonnes", a-t-elle rappelé.

La députée a en revanche salué l'adoption de nouvelles normes qui devraient favoriser "les camions utilitaires ou les bus équipés de moteurs faiblement émetteurs en carbone".

Le texte propose en effet d'encourager les camions et bus présentant des alternatives faibles en carbone (ayant une propulsion électrique ou hybride) en leur permettant de dépasser le poids maximal actuel d'une tonne, en fonction du poids du système alternatif. Pour stimuler le transport intermodal, il envisage que les camions utilisés pour les opérations de transport combiné route-rail ou route-bateau soient 15 cm plus longs (afin de faciliter le chargement dans des containers standards de 45 pieds).

La nouvelle directive permettra aux fabricants de concevoir des camions plus aérodynamiques, afin de réduire la consommation de carburant de 7 à 10% et les émissions de gaz à effet de serre mais aussi d'améliorer la sécurité routière, a indiqué la Commission européenne. Les eurodéputés ont confirmé l'accord informel trouvé en décembre dernier par le Comité des représentants permanents du Conseil (Coreper), le Parlement et la Présidence du Conseil. Ces nouveaux véhicules devraient comprendre des cabines de conduite plus rondes et des ailerons aérodynamiques à l'arrière du véhicule à partir de 2022. Le Conseil des ministres de l'UE doit formellement approuver ce texte. Les Etats membres devraient transposer le texte d'ici 2019.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager