En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Trois mesures d'urgence pour sauver le photovoltaïque résidentiel

Energie  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com

"Le photovoltaïque français va s'écrouler". C'est par ces mots que David Haïun, président de Groupe solaire de France, spécialisé dans le photovoltaïque résidentiel, interpelle la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal, dans une lettre ouverte publiée sur le Huffington post le 22 avril. "Pour l'entreprise que je dirige, ce sont 600 emplois qui sont directement menacés", précise-t-il.

Le chef d'entreprise propose trois mesures d'urgence à la ministre. Tout d'abord, sortir la filière photovoltaïque de sa "dépendance à l'égard d'un acteur qui n'a eu de cesse de nous affaiblir". Selon lui, "le tarif de raccordement est défini de manière discrétionnaire par EDF : en quatre ans, il a quintuplé sans raison, passant de moins de 500 euros à plus de 2.500 euros dans certain cas". Il propose donc, comme de nombreux acteurs du photovoltaïque l'ont fait avant lui, de permettre aux installateurs de poser eux-mêmes des compteurs photovoltaïques afin de réduire les délais et les coûts d'installation.

David Haïun demande ensuite la reconduction du crédit d'impôt développement durable (CIDD) pour les installations photovoltaïques. La loi de finances 2014 a exclu ces produits de la liste de produits permettant aux ménages de prétendre au CIDD.

Enfin, le président de Groupe Solaire de France demande un gel de la baisse trimestrielle du tarif d'achat pour les petites installations, qui est passé, entre 2010 et 2013, de 46 c€/kWh en 2010 à 29 c€/kWh.

Réactions11 réactions à cet article

 

C'est :

Je monte ma boîte dans un environnement sécurisé par des mesures gouvernementales complaisantes ; je me fais des c... en or...

Mais le vent tourne ; l'arnaque devient par trop évidente ; et la France n'a plus de sous à jeter par la fenêtre...

Alors je fais le chantage du chômage...

Combien coûte réellement le photovoltaïque ? Attention : centrales de secours comprises ?

Wackes Seppi | 23 avril 2014 à 23h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Wackes Seppi", au-delà de votre langage grossier, n'oubliez pas de mentionner que l'investissement des particuliers dans les EnR permet à l’Etat français de respecter ses engagements auprès de l'Europe en matière d'EnR.

Prag | 24 avril 2014 à 10h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Evoluant dans la filière amont depuis 7 ans (une eternité) je m'aperçois encore que les supposés acteurs de cette filière valorisent les emplois.
On se fout du monde , qu'ils commence par acheter des produits de qualités (français en l'occurence) pour promouvoir le dit 'emploi', et après on discute de la transition énergétique.

breizh | 24 avril 2014 à 10h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,

j'ai quelques idées à mettre en avant :

- le choix fait par EDF via l'Etat français du tarif de rachat élevé ne peut être reproché aux entreprises. Par contre, il pourrait être reproché à l'Etat sa volte face depuis 2010 : ce n'était pas trop compliqué d'anticiper les coûts conséquents à ce choix,
- il aurait sans doute été plus judicieux de créer de la valeur par un soutien direct à la filière (constructeur, installateur, ...) tout en accordant une aide aux clients (particuliers et non particuliers),
- enfin, étant propriétaire d'une centrale : avant d'obtenir un quelconque gain, un lourd investissement est nécessaire (financièrement, en temps ... et quelquefois en souci !).

Alors du coup le cliché sur les patrons qui se gavent, ... de grâce, dépensons notre énergie à trouver des solutions et non des problèmes.

Cela n'est que mon humble avis,

jojo | 24 avril 2014 à 10h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Chantage au chômage, si l'on veut ; en fait, pour les politiques, on pourrait également parler d'aides (indirectes) à l'emploi, pour des employés qui ont, quand même, un statut valorisant.
Le principal problème reste la réalisation de profits indus par des entreprises capitalistiques, dommages "colatéraux" de ces aides.

Levieux | 24 avril 2014 à 11h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Acteur de la filière nous constatons que le secteur PV français est déjà écroulé.

Quand a M. Haun, qu'a t il a dire quand a ces méthodes de démarchage et aux couts trop élevés des installations proposés par groupe solaire de france (nous avons constaté des prix 3x plus élevé que ceux du marché), des méthodes de ventes qui incite à prendre des crédits prohibitif, des relevé de productible beaucoup trop optimiste.

ce qui manque à cette filière ce sont des acteurs sérieux et honnête !

Combien coute le PV ? centrale de secours ? on parle d'un secteur qui ne représente même pas 1% de la production totale ! Des temps de retour énergétique du matériel de 2 à 4 ans !

Et le nucléaire on en parle ? Quel est le cout de démantèlement d'une centrale ?

crom73 | 24 avril 2014 à 11h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

cout d'installation photovoltaiquev 1700€ le kilowatt en allemagne(rapport du german energy transition) energytransition.de/‎
cout en France ???
cout CSPE?
1500w en autoconsomation en netmetering pour les particuliers(1/3 de la puissance souscrite)
pour un cout raisonnable:des clients,des emplois,des economies d'energie
sans incidences sur la cspe

domifa | 24 avril 2014 à 12h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

M./Mme Prag (jeudi 24 avril 2014 à 10h18),

J'assume totalement la prétendue grossièreté de mon langage.

Que « l'investissement des particuliers dans les EnR [ait permis] à l’Etat français de respecter ses engagements auprès de l'Europe en matière d'EnR » ne contredit en aucune manière le fait que certains s'en soient mis plein dans les poches, grâce en partie à l'irresponsabilité et la naïveté de gouvernements qui, sous prétexte de faire de l'« écologie » et du « renouvelable », ont monté de véritables pompes à fric.

Y compris pour les premiers investisseurs.

C'est (presque) pareil pour l'éolien.

Wackes Seppi | 24 avril 2014 à 14h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce qui est grossier chez Wakes seppi ce n'est pas son langage mais ses opinions, servis pas une malhonnêteté intellectuelle flagrante.

lio | 26 avril 2014 à 09h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

S'il n'y a plus de crédit d'impôt sur le PV et si la filière s'écroule car les gens n'ont pas confiance c'est exactement de la faute aux sociétés comme celle de Monsieur Haïun (qui ne mérite certainement pas autant de respect...), alors maintenant c'est lui-même qui vient se plaindre que ce qu'il a cassé est cassé...on marche sur la tête!!
J'en ai vu des devis exorbitants de son groupe (avec des bons démarchages abusifs) et des crédits en veux-tu en voilà, endetter les gens et vendre à des prix déraisonnable ne l'a pas gêné pendant des années et maintenant que piller les gens marchent moins bien il se plaint...!
Que la filière s’assainisse, et là il sera pertinent de demander du soutien! Mais que cela soit fait par des gens honnêtes et non des escrocs...!

Aurél | 06 mai 2014 à 17h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

cet homme qui donne des leçon au ministre à coulé sa boite en partant avec le fric de ses clients. Combien de coup de tel au 080003000310 pour avoir comme réponce ne vous inquitez pas on s'occupe de tout, combien d'engoisse, mais on se veut rassurant. Si on était un con je pourais le comprendre. Mais non on est conscient de la soufrance qu'il fait subir. Comment peut trouver de la malhonneté chez des gens qui dénonse se systhème

artgil | 01 juillet 2014 à 23h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…