En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Méthanisation : les agriculteurs craignent d'être supplantés par les industriels de l'énergie

Les représentants de la méthanisation agricole dénoncent un projet de révision des tarifs d'achat qui menacerait leurs installations au profit des sites industriels. Ils critiquent aussi le projet de réforme de la règlementation applicable aux digestats.

Energie  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

Les représentants de la méthanisation agricole sont vent debout contre un projet de révision des tarifs d'achat du biométhane injecté dans le réseau. Les projets de decret et d'arrêté, qui sont étudiés ce mardi 15 septembre par le Conseil supérieur de l'énergie (CSE), prévoient une série de dispositions qui, prises dans leur ensemble, menacent le modèle défendu par l'association des agriculteurs méthaniseurs de France (AAMF). À l'inverse, les projets « industriels » bénéficieraient de conditions plus favorables. Ces critiques sont partagées par France Gaz Renouvelables et par le Réseau pour la transition énergétique (Cler).

L'AAMF dénonce aussi un projet de cahier des charges digestats, mis en consultation cet été, qu'elle juge trop favorable aux sites « industriels » (voir encart). Avec ces deux réformes, la méthanisation échapperait aux agriculteurs, craint l'association qui demande l'annulation des deux textes, le report de la décision du CSE et la mise en place d'une concertation sous l'égide du Premier ministre.

Les projets de 100 à 200 Nm3/h pénalisés

 
Maintenir les plans d'épandage L'AAMF critique aussi un projet d'arrêté qui fixe un nouveau cahier des charges pour la mise sur le marché et l'utilisation des digestats de méthanisation. Le texte fusionne les trois cahiers des charges approuvés par les arrêtés de juin 2017 et d'août 2019. Le principal reproche de l'AAMF concerne la suppression de la restriction à la méthanisation agricole.
Les acteurs de l'eau voient dans la méthanisation une opportunité pour gérer leurs boues, estime l'AAMF qui veut que l'utilisation des digestats reste soumise à un plan d'épandage agricole. L'association estime que la vente des digestats ne doit pas devenir la norme, mais rester une exception permettant d'assouplir les contraintes liées à l'épandage.
 
Le projet prévoit d'accorder un tarif d'achat par guichet ouvert aux sites d'une capacité inférieure à 300 normo mètres cubes par heure (Nm3/h) et de soumettre les sites plus importants à des appels d'offres. L'enveloppe annuelle du guichet ouvert serait de 800 gigawattheures (GWh) et celle des appels d'offres de 700 GWh. Chaque année, une cinquantaine de sites (16 GWh en moyenne, soit 170 Nm3/h) bénéficieraient du tarif d'achat et un peu moins de 15 passeraient par les appels d'offres (50 GWh en moyenne, soit 530 Nm3/h).

Les agriculteurs critiquent l'équilibre entre « petits » et « gros » projets qui se partageraient quasiment le même volume d'injection, alors qu'aujourd'hui l'essentiel des sites sont de petite taille (la France compte 107 sites agricoles, 32 sites liés à des décharges ou au traitement de l'eau et 10 sites « industriels »). L'AAMF propose d'accorder 75 % du volume annuel aux petits projets. De même, selon l'AAMF, les appels d'offres devraient débuter à partir de 250 Nm3/h, plutôt que 300 Nm3/h.

Les projets de textes prévoient aussi une baisse de 1 à 15 % des tarifs d'achat par rapport à la grille actuelle. Mais cette baisse n'est pas linéaire : la baisse la plus importante impactera les sites d'une capacité de 100 à 200 Nm3/h. Elle s'échelonnera entre 4 et 15 % selon la proportion d'effluents agricoles. Avec une taille moyenne de 133 Nm3/h les projets agricoles portés par les adhérents de l'AAMF se trouvent en première ligne. L'association demande donc une réduction homogène des tarifs qui ne pénalise pas une catégorie de projets au bénéfice d'autres.

En outre, le dispositif reprend le principe appliqué au photovoltaïque d'une baisse trimestrielle des tarifs en fonction du nombre de contrats signés. La réduction devrait être de 2 % par an, mais elle pourrait être plus rapide si les projets affluent. La mesure passe d'autant plus mal que les rémunérations accordées par appels d'offres pourraient être supérieures à celles du guichet ouvert, ce que conteste aussi l'AAMF qui estime que la baisse ne devrait pas s'appliquer aux installations de moins de 150 Nm3/h.

Accumulation de dispositions contraignantes

Par ailleurs, des dispositions viennent s'ajouter et précariser les projets agricoles. C'est le cas d'une pénalité tarifaire applicable aux projets subventionnés par l'Agence de la transition écologique. Cela revient à « transformer les subventions de l'Ademe en avances remboursables », ironise Francis Claudepierre, président de l'AAMF. De même, les projets de textes suppriment la possibilité de bénéficier d'une surprime pour les garanties d'origines. Or, certains projets ne trouvent leur rentabilité que grâce à ces deux « coups de pouce » fait valoir l'AAMF.

Troisième exemple : la prime accordée à la méthanisation des effluents d'élevage fonctionnera par palier (30 et 60 % des intrants). Le second semble hors de portée pour l'essentiel des projets agricoles, explique l'AAMF. De même, les agriculteurs ne pourront pas bénéficier d'une prime pour l'usage de cultures intermédiaires à vocation énergétique (Cive).

Sur le plan administratif, le tarif d'achat ne pourra être obtenu qu'après avoir reçu l'autorisation ICPE et le permis de construire, ce qui rallonge sensiblement la procédure. Dans un contexte de baisse tarifaire programmée, les agriculteurs craignent d'obtenir un tarif qui ne serait plus compatible avec la rentabilité du projet prévue initialement. Les abandons vont se multiplier, prévient l'AAMF.

Dans le même esprit, le projet réduit drastiquement les possibilités d'évolution d'une installation. Le gouvernement ne veut autoriser qu'une augmentation de capacité de 30 % dans les 24 mois qui suivent le démarrage de l'installation. Pour l'AAMF, le texte devrait prévoir au moins deux augmentations de capacité au cours des 15 ans du contrat d'achat.

Réactions1 réaction à cet article

 

Quels que soient les projets, industriels, agricoles, territoriaux ou mixtes, les Français sont-ils d'accord pour accorder plus de 600 000 € par emploi direct créé de subventions ? Et ce sans précautions quant au sol, à l'air et aux nappes ? C'est ce qui se passe pour la méthanisation, maintenant en France.
Le CSNM

Daniel | 16 septembre 2020 à 19h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager