En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'usine de bio méthanisation de Calais est opérationnelle

Inauguré le 8 décembre dernier, l'usine de Calais pourra accueillir 28.000 tonnes de déchets fermentescibles par an issus des collectes sélectives et des industries agroalimentaires de la région.

Déchets  |    |  Carine SeghierActu-Environnement.com
Dans le cadre de sa politique de traitement et de valorisation des déchets, le Syndicat d'élimination et de valorisation des déchets du Calaisis (Sevadec) qui regroupe 59 communes autour de la ville de Calais a décidé de la construction d'une usine afin d'accroître la valorisation des déchets non recyclables en compost. Une usine aujourd'hui opérationnelle.

À Calais, la méthanisation s'est imposée suite à une forte mobilisation des habitants de la région face à l'incinération pourtant prévue par le Plan départemental d'élimination des déchets. Procédé de dégradation de la matière organique grâce à l'action de micro-organismes en l'absence d'oxygène, la méthanisation s'applique à la plupart des déchets organiques fermentescibles que sont les déchets alimentaires, les journaux, les déchets verts, etc.
En 2005, plus de 3,5 millions de tonnes de déchets ont été traitées par méthanisation en Europe. Cette technique connaît un fort développement ces dernières années et une centaine d'unités sont actuellement en service dans la Communauté européenne. Les pays qui ont une politique forte en matière d'énergie renouvelable (éolien, solaire) favorisent souvent la méthanisation, comme c'est le cas des Allemands et des Suisses particulièrement actifs sur ce créneau. Les Espagnols connaissent également une forte poussée de cette technique : rien qu'à Barcelone, trois usines ont été installées par trois constructeurs différents. À ce rythme, dans cinq ans, la quantité de déchets traités par la méthanisation devrait atteindre 7 millions de tonnes sur le territoire européen.
En France, une dizaine de projets sont en cours. De nombreuses collectivités territoriales, toutes confrontées à l'épineux problème du traitement des déchets ménagers, étudient cette solution comme à Metz, Romainville ou Forbach, à Montpellier ou encore à Lille.

L'usine de Calais, inauguré le 8 décembre dernier, par le maire Jacky Hénin (PCF), pourra accueillir 28.000 tonnes de déchets fermentescibles par an issus des collectes sélectives et des industries agroalimentaires de la région (27.000 tonnes/an de biodéchets issus de la collecte sélective et 1.000 tonnes/an de graisses et huiles). Elle produira du compost destiné à l'agriculture et du biogaz valorisé qui permettra la production de 6.600 Mwh/an d'électricité revendue à EDF, 4.900 Mwh/an sous forme d'eau chaude destinée au séchage du compost et au chauffage des locaux de la plate-forme HQE et 3.000 Mwh/an de vapeur destinée prioritairement au chauffage du digesteur. Le choix d'ajouter 1.000 tonnes/an d'huiles et graisses par rapport aux biodéchets habituels permet de produire un million de m3 de biogaz supplémentaire, explique le SEVADEC. Elles représentent un apport consistant au bilan énergétique : 1.925 Mwh/an en électrique et 2.600 Mwh/an en thermique.

Autre atout : des préoccupations environnementales ont été intégrées dans la conception des bâtiments : utilisation de bois (mélèze) sur les façades des bâtiments et digesteurs, renforcement de l'isolation thermique et accoustique des bureaux, installation de brise-soleil sur les façades sud et ouest afin d'éviter la surchauffe l'été, utilisation de revêtements linoléum au lieu du PVC et de peinture sans solvant organique. D'autre part, le chauffage des locaux sera assuré par le biogaz produit par la méthanisation.

L'installation d'un coût de 20 millions d'euros est un projet de Valorga International, filiale du groupe espagnol Urbaser et vient en complément du centre de tri pour la valorisation de tous les types d'emballages (11.000 tonnes par an), de la plate-forme de regroupement du verre (7.900 tonnes) et du centre de transfert des ordures ménagères (86.000 tonnes/an). La plate-forme de regroupement du verre centralise les dépôts provenant des colonnes d'apports volontaires et de la collecte sélective.
Le centre permet, quant à lui, de trier, séparer (à la fois de manière manuelle et automatique), les différents types de matériaux (briques alimentaires, bouteilles et flacons plastiques, boîtes métalliques et aluminium, cartons, journaux et magazines) puis de les stocker en silos ou en alvéoles et enfin de les conditionner sous forme de balles, de paquets ou en vrac pour qu'ils soient acheminés vers les différents centres de valorisation. Les emballages aluminium sont revendus à une fonderie. Les plastiques séparés eux-mêmes par nature (PET clair, PET coloré, PEHD) sont vendus à Valorplast pour être transformés. Les cartons, briques alimentaires…sont revendus à des papeteries spécialisées pour devenir des chiffons essuie-tout. Les papiers blancs sont séparés des cartons et des papiers couleurs, les filières de recyclage étant différentes pour ces trois produits.

Reste désormais à finaliser les démarches administratives et à réaliser les essais avant une mise en service en février pour atteindre son plein rendement en octobre 2007.

*Le SEVADEC regroupe la Communauté d'agglomération du Calaisis (CAC), la Communauté de commune de la région d'Audruicq (CCRA) et le Syndicat mixte de ramassage et de traitement des ordures ménagères du Calaisis (SMIRTOM)

Réactions3 réactions à cet article

 
partenariat

bjr mr , je tiens tout simplement à dire que l'idée est geniale ,le faite de penser à recycler tous les dechets de la region . mais j'ai qu 'à meme une proposition à vous faire cher mrs .je suis en cote d'ivoire , exploitant agricole , je dispose en ce moments de plus de 100.000 tonnes de coke de cacao pour votre unsine de bio méthanisation .je souhaiterai vous vendre ce tonnage à un prix defiant toutes concurence. nous faisons le sac de (50 kg ) à 12 euros l'unité .vous donnez votre accord d'achat et nous vous livrons 30 pourcent immediatement et vous payerez des reception de la marchandise .
merci et bien vous .
tel mobile : (225) 06066690
mr kossa siao konhon edmond .

tchingo | 18 octobre 2007 à 16h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 
payer toujours payer pour que ça ne fonctionne pas

il est bien dommage d'avoir payé si chère une usine qui ne fonctionne pas, de qui se moque-t-on, il semble que les élus qui ont décidé la construction ne sont pas concient des erreurs qu'ils ont pu comettre

batavia | 15 octobre 2008 à 22h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
OK, Très Bien, a priori.
Questions:
1) comment sont collectés / séparés les FFOM, càd la Fraction ) Fermentissibles des OM, trop souvent mélangés dans la même poubelle des OM globales.
2) Comme Mes est de 2006, quel est le bilan global technico-économique de ce REX de 7 ans.
J'espère que ce n'est pas par TMB, fortement remis en question.
Merci de nous dire.
A+ Salutations
Guydegif(91&68)

Guydegif(91) | 06 février 2014 à 09h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…