Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Une nouvelle méthode de calcul rehausse l'empreinte carbone moyenne des Français

Risques  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com
Une nouvelle méthode de calcul rehausse l'empreinte carbone moyenne des Français

Le cabinet de conseil en stratégie bas carbone, Carbone 4, a présenté, ce mardi 11 janvier, les résultats de sa nouvelle méthode de calcul de l'empreinte carbone moyenne des Français. Selon son dispositif MyCO2, destiné aux particuliers et aux professionnels, l'empreinte carbone d'un Français s'élève à 9,9 tonnes d'équivalent CO2 par an (tCO2eq/an), soit 0,9 t de plus que l'estimation du ministère de la Transition écologique, délivrée en octobre 2021. Ces chiffres correspondent à des conditions « hors Covid-19 », c'est-à-dire sans considérer la réduction de l'activité et des déplacements imposée par la crise sanitaire, en 2020 et en 2021.

Pour arriver à cette mesure, les experts de Carbone 4 et MyCO2 se sont appuyés sur trois facteurs absents des calculs « entrées-sorties » de la comptabilité nationale effectués par le ministère : la prise en compte des trois autres gaz à effet de serre retenus dans le Protocole de Kyoto, des émissions importées dues à la déforestation à l'étranger et l'impact des trainées de condensation des avions. « Ces facteurs ne sont pas pris en compte par le ministère à ce stade pour des questions d'homogénéité de méthode, mais ils le sont dans les bases carbone de référence », indique Carbone 4 dans un communiqué.

   
L'empreinte carbone française en 2019, selon la méthode MyCO2. © MyCO2 / Carbone 4
 
   
La méthode MyCO2 vient ainsi comptabiliser les hydrofluorocarbures (HFC) et les perfluorocarbures (PFC), tous deux utilisés, entre autres, comme fluides frigorigènes, ainsi que l'hexafluorure de soufre (SF6), issu de diverses applications médicales et électriques. Ils s'ajoutent aux trois principaux gaz à effet de serre déjà pris en compte par le ministère : dioxyde de carbone (CO2) d'origine fossile, le méthane (CH4) et le protoxyde d'azote (N2O), ayant pour origine, notamment, l'épandage d'engrais azotés. Les trois gaz supplémentaires sont responsables de 293 kgCO2eq/an d'émissions par personne, en France. Les émissions dues à la déforestation importée sont évaluées à 402 kgCO2eq/an. Quant à celles provenant des trainées de condensation des avions, elles sont estimées à 186 kgCO2eq/an.

En somme, d'après les calculs de Carbone 4, les principales sources de gaz à effet de serre en France (rassemblées dans le tableau ci-dessus) restent les véhicules motorisés individuels (2 tCO2eq/an par personne), la consommation de produits alimentaires d'origine animale (1,4 tCO2eq/an par personne) ainsi que l'utilisation de gaz et de fioul pour le chauffage intérieur (environ 1,2 tCO2eq/an par personne).

Réactions1 réaction à cet article

 

Merci pour le graphique. C'est simple, lisible et on sait sur quoi jouer pour faire baisser le constat (même si pour ma part, je me doutais du résultat).
Je suppose que là dedans sont comptabilisés les rejets provenant de tous NOS biens de consommation fabriqués en Asie, non?

nimb | 14 janvier 2022 à 10h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager