Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Nouvelle méthodologie pour les bilans de gaz à effet de serre

Gouvernance  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com

Afin de renforcer la cohérence du dispositif avec les référentiels internationaux (norme ISO 14064 et le GHG protocol), le ministère de l'écologie a mis en ligne une nouvelle version de la méthodologie à appliquer pour la réalisation des bilans de gaz à effet de serre. Rappelons que la loi Grenelle 2 rend obligatoire, pour certaines entreprises, collectivités et établissement publics, ainsi que pour l'Etat, la réalisation d'un bilan des émissions de gaz à effet de serre, et d'une synthèse des actions envisagées pour réduire les émissions.

Selon le ministère cette nouvelle méthode introduit une modification majeure : l'approche par le contrôle des sources d'émissions couvertes par le bilan. Ainsi le périmètre du bilan GES est défini en fonction de ce que contrôle l'entité (contrôle financier ou oppérationnel). "L'approche par le contrôle (opérationnel ou financier) remplace le principe de prise en compte uniquement des sources démissions de gaz à effet de serre appartenant à la personne morale réalisant son bilan", explique le ministère.
"La consolidation par le contrôle opérationnel facilite l'établissement du plan d'action en prenant en compte l'intégralité des émissions générées par les biens et activités exploités par la personne morale et donc sur lesquelles il lui est possible d'agir. A contrario la consolidation par le contrôle financier peut induire dans certains cas (location), la prise en compte d'émissions pour lesquelles la personne morale est limitée en terme d'action de réduction (par exemple le bailleur d'une flotte de véhicules peut difficilement agir sur l'utilisation qui en est faite par le preneur)", peut-on lire dans la méthode.
Les bilans réalisés conformément à l'une ou l'autre des deux versions de la méthode générale seront recevables pour remplir l'obligation pour la première échéance du 31/12/2012. Au delà de cette échéance, seule la dernière version publiée de la méthode sera valide.
Les modifications de la version 2 de la méthodologie générale n'impactent pas la rédaction du guide spécifique sur les collectivités publié en septembre 2011, qui reste donc toujours valable.

Réactions2 réactions à cet article

 

Avant de penser à améliorer les bilans d'émission des gaz à effet de serre, on ferait mieux de mesurer l'effet de serre desdits gaz. On ne trouverait pas grand chose, après quoi on pourrait faire l'économie de tous ces gens qui se cassent la nénette à réfléchir à comment faire des bilans impossibles à faire. On pourrait financer les 60000 profs de Hollande en économisant des postes de fonctionnaires au ministère de l'écologie.

Laurent Berthod | 09 mai 2012 à 10h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Absolument d'accord avec Laurent! Dans certaines usines, le responsable environnement ne s'occupe plus d'environnement: il remplit les questionnaires de la grande distribution, de l'administration et il essaie de répondre aux injonctions souvent infondées des DREAL (Directions Régionales de l'Elimination de l'Activité par la Loi).
Il faut supprimer des fonctionnaires et des calculateurs de bilans GES comme "Bio IS" et consorts, qui vivent sur une escroquerie fondamentale... Et financer l'éducation et la (vraie) formation, pas ces simulacres de calculs pseudo-scientifiques.

Albatros | 22 mai 2012 à 16h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil en droit des problématiques Énergies-Climat Huglo Lepage Avocats