Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La Meuse inaugure le deuxième plus grand parc photovoltaïque de France

Energie  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com

Aux alentours de Marville (Meuse), un cheptel d'un millier de moutons paît l'herbe d'un parc photovoltaïque de 155 hectares (ha). Depuis le 9 septembre, jour de son inauguration, il est pleinement opérationnel. D'une puissance totale installée de 152 mégawatts crête (MWc), le parc de Marville assurera désormais une production annuelle de 156 gigawattheures (GWh), suffisante à l'alimentation de 90 % de la population du Grand-Verdun, pour les trente à quarante ans à venir. Il constitue la deuxième plus grande centrale solaire de France, après le parc photovoltaïque de Cestas (Gironde) de 260 ha et 300 MWc. L'exploitation du parc de Marville sera partagée équitablement entre la société française TSE, du côté ouest (exploité depuis mai 2021), et l'entreprise allemande Enerparc AG, côté est (depuis septembre).

Le parc de Marville est composé de 364 000 panneaux photovoltaïques déployés sur 64 000 modules. Chaque panneau comprend des cellules bifaciales, « qui permettent d'avoir une productivité de 5 à 8 % supérieure à des panneaux standards », a souligné Jérôme Courtade, chef de service énergies renouvelables chez Spie, l'un des constructeurs, lors de la cérémonie d'inauguration, d'après L'Est Républicain.

« C'est une formidable contribution à la transition énergétique et une sécurisation de cette friche militaire », a clamé Éric Dumont, président de la communauté de communes (Codecom) du pays de Montmédy. Projet de 80 millions d'euros, le parc de Marville occupe près d'un tiers des 383 ha laissés à l'abandon par une ancienne base militaire de l'Otan. Cette dernière a été occupée par la Force aérienne du Canada de 1953 à 1967, puis par l'armée française jusqu'en 2002, avant son rachat par la Codecom du pays de Montmédy en 2006.

Réactions13 réactions à cet article

 

Il serait plus pertinent d'installer des panneaux PV sur les toits des constructions plutôt que d'occuper 155 hectares de terrain...

doclne | 17 septembre 2021 à 09h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Sur le plan climatique C'est un massacre ! la température des panneaux monte à plus de 70°c l'été alors qu'une zone végétale ne dépasse pas les 30 ! plantez des arbres !

On peut installer des panneaux solaires mais pas en rasant les forêts comme en Nouvelle Aquitaine et pas sur des zones végétales ...

laurent | 17 septembre 2021 à 10h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'ai voulu poser des panneaux solaires sur mon toit, mais la présence d'une église patrimoniale me l'a interdit. La culture est plus forte que l'écologie. Or la France est remplie de bâtiments à protéger pour leur patrimoine. Merci de me donner une réponse?

le papet | 17 septembre 2021 à 11h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mon cher Laurent, vous avez raison, il faut protéger la végétation
Je propose que l'on construise des panneaux solaires sur les zones sans végétation comme les plages sableuses ou caillouteuses. Il y aura ainsi moins de cancer de la peau

le papet | 17 septembre 2021 à 11h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ le papet : pourquoi pas mettre les panneaux en ville ? c'est moche une ville, avec des panneaux en plus ça ne sera pas plus moche !
il faut produire au plus près de la consommation, c'est comme pour les éoliennes qu'il faut mettre autour des villes et pas dans les campagnes.

laurent | 17 septembre 2021 à 12h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

S'il faut produire au plus près de la consommation (ce que je peux comprendre), çà veut dire qu'il n'y aura que très peu de ce genre d'installations dans des départements aux démographies peu élevées.
Et pourtant, ils en auront besoin aussi, de ce type d'installations. Vous connaissez la Meuse? Hormis l'agriculture et les casernes militaires, que trouve-t-on? Et cette installation est construite sur une ancienne caserne, pas loin de la frontière, 30 kms au nord de Verdun (Verdun agglo, c'est 25.000 hbts ...seulement!), en gros un endroit où actuellement personne ne viendra créer de l'activité.... il faut donc relativiser les nuisances... selon moi, on peut faire mieux en théorie mais d'un autre côté, c'est bien de pouvoir penser pour les besoins de la campagne.

nimb | 20 septembre 2021 à 11h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ nimb : la nuisance est climatique : La température d'un panneau dépasse les 70°c, sur 1000 hectares l'accumulation de chaleur est colossale, on met en place des "Hot Spot" alors que le dérèglement climatique impose des points de fraicheur !
La température des surfaces végétales vivantes (donc pas sèches) ne dépasse pas les 30°c !
Les canicules sont provoquées par le manque d'eau et de végétation : cf : www.mediaterre.org/actu,20200810121408,1.html

laurent | 20 septembre 2021 à 11h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Laurent, interessant votre référence. Moi je proposerais à l'Algérie qui possède un désert minérale qui renvoie un maximal de chaleur, de planter des végétaux sur ce désert en compensation de toute l'énergie fossile qu'il exploite . Ce pays sera alors un exemple dans le onde pour la lutte contre le réchauffement climatique, ce qui arrêtera aussi l'immigration massive car cette revégétalisation du sahara qui a été couvert de forêts autrefois , aura besoin de beaucoup de main d'oeuvre

le papet | 20 septembre 2021 à 11h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ le papet : vous avez entièrement raison, on peut facilement reboiser les déserts, mon cousin Henri Girard a mis en place le bocage Sahélien au Burkina Faso et le désert recul !
https://azn-guie-burkina.org/
On aura sauvé la planète quand les continents seront des océans de verdures en plein été !

laurent | 20 septembre 2021 à 11h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Laurent:j'ai aussi entendu parlé d'une expérience identique menée au Sénégal par un Sénégalais, ce qui encore plus remarquable Pensez vous que l'ONU devrait rétablir un protectorat sur les pays ne valorisant pas leur désert ou qui détruisent leur forêt. En France pays exemplaire d'un point de vue écologique grâce à l'énergie nucléaire et aussi par l'accroissement de la surface de nos forêts consécutif à la désertification d nos campagnes

le papet | 20 septembre 2021 à 11h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ le papet : un champ sec l'été c'est un désert pour le climat et la biodiversité, nos millions d'hectares de céréales qui ne sont pas couverts par de la végétation l'été sont des déserts ! la solution est très simple : la permaculture, couverture permanente des sols toute l'année et en priorité ! en partant du principe que la végétation ne consomme pas d'eau mais provoque les pluies, en assurant une continuité végétale l'été on rétablit le cycle de l'eau ! c'est du biomimétisme à l'image de l’écosystème forestier qui est vert l'été.

laurent | 20 septembre 2021 à 12h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Juste une réflexion : replanter des forêts prend un minimum de 10-20 ans avant d'avoir une surface "exploitable"...... que font ce genre de territoire en attendant ? On les laisse continuer de se dépeupler? Je parle ici de la Meuse, qui est l'exemple développé par l'article.

nimb | 20 septembre 2021 à 15h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ nimb : si tu implantes des saules coupés tous les ans pour la biomasse du rentabilise en 5 ans ! ça se fait au québec pour le recyclage des eaux usées de villes !
https://www.agrireseau.net/documents/Document_96859.pdf

laurent | 20 septembre 2021 à 19h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

LG NeON® H 360-365 Wc BIFACIAL, recto/verso qui exploite la réverbération LG Electronics France