En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les microalgues sont à l'étude pour produire des biocarburants

Dans un contexte de polémique sur les bio ou agrocarburant, l'institut national de recherche en informatique et en automatique (INRIA) lance des recherches pour produire un nouveau biocarburant à partir de microalgues autotrophes à l'horizon 2010.

Energie  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
Les biocarburants ou agrocarburants sont depuis quelque temps particulièrement plébiscités par les pouvoirs publics et par conséquent très encouragés. En Europe, conformément aux objectifs de la directive communautaire 2003/30/CE, le taux d'incorporation de ces agrocarburants dans l'essence et dans le gazole devrait atteindre 5,75% exprimé en valeur énergétique en 2010. En France, à la même date, ce taux d'incorporation devrait atteindre 7%.
Fabriqués à partir de plantes comme le blé, le colza, le maïs ou la canne à sucre et mélangés à de l'essence ou à du gazole, il est vrai que les agrocarburants ont des atouts au regard des carburants d'origine fossile. On notera qu'ils contribuent à diminuer certains impacts globaux et représentent un élément de réponse à l'augmentation du coût des carburants et à la baisse des réserves pétrolières. De plus, ils contribuent faiblement aux émissions globales de gaz à effet de serre liée à l'automobile puisque le dioxyde de carbone rejeté lors de la combustion des biocarburants est en grande partie absorbé lors de la croissance des plantes qui servent à le fabriquer : il n'y a pas d'apport de carbone fossile dans l'atmosphère.

Toutefois, depuis que leur développement s'accélère, l'intérêt de ces carburants est de plus en plus remis en question. Selon les études, le bilan environnemental des biocarburants reste terriblement contrasté. Plusieurs organismes ont alerté sur les risques de déforestation accrue liés aux besoins d'espace pour ces nouvelles cultures. Ils font également concurrence au secteur alimentaire et sont à l'origine d'une hausse des prix des denrées qui menace les populations les plus pauvres de la planète. De plus, les biocarburants peuvent avoir un impact négatif sur l'environnement (la biodiversité, la qualité des sols et la ressource en eau) car ils sont généralement issus de cultures intensives, consommatrices d'engrais et de pesticides. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle certains souhaitent un changement définitif de la dénomination Biocarburant au profit du terme Agrocarburant. Enfin, les méthodes de production entraînent une consommation élevée d'énergie. C'est dans ce cadre que des efforts de recherche sont consentis pour développer la deuxième génération de biocarburants, à base de ligno-cellulose.

Pourtant, la flore terrestre n'est pas la seule éligible à la production de carburants. Dans ce contexte, le projet SHAMASH de l'institut national de recherche en informatique et en automatique (INRIA), financé par l'ANR (Agence Nationale de la Recherche) et soutenu par les pôles de compétitivité Mer (Toulon) et Capénergies (Cadarache), a pour objectif de produire à l'horizon 2010 un nouveau biocarburant à partir de microalgues autotrophes.

Ces microorganismes d'une taille de l'ordre de 2 à 40 millièmes de millimètre ont en effet des avantages sur les espèces oléagineuses terrestres : ils peuvent accumulerjusqu'à 50% de leur poids sec en acides gras, permettant d'envisager des rendements à l'hectare supérieurs d'un facteur 30 aux espèces oléagineuses terrestres , explique l'Institut national de recherche en informatique et en automatique de Sophia-Antipolis, chargé du projet.

En outre, selon les chercheurs, toujours comparativement aux espèces oléagineuses terrestres, ces microalgues présentent de nombreuses caractéristiques favorables à une production d'acides gras. Si les biocarburants des céréaliers sont accompagnés de pesticides et des engrais, la culture de microalgues en serre à grande échelle n'a pas besoin d'apport de produit phytosanitaires et permet de maîtriser le cycle de l'azote et du phosphore en contrôlant le recyclage des éléments nutritifs. Enfin le rendement de croissance et par conséquent des productions à l'hectare est supérieur aux espèces oléagineuses terrestres.

Les chercheurs estiment entre 200.000 et plusieurs millions le nombre d'espèces d'algues existantes ; un nombre bien supérieur aux 250.000 espèces de plantes supérieures recensées. Une telle diversité non exploitée constitue un réel potentiel pour la recherche et l'industrie et les atouts des microalgues semblent en faire d'excellentes candidates pour la production de biocarburants. Tout l'objet du projet sera d'évaluer la viabilité technique et économique d'une telle filière de production.

Ce programme, qui a démarré en décembre 2006, est finance sur trois ans à hauteur de 2,8 millions d'euros. Il réunit 8 équipes et entreprises françaises. Coordonné par Olivier Bernard charge de recherche à l'INRIA, il intègre des spécialistes de la culture, de la physiologie et de l'utilisation de microalgues, des spécialistes de l'optimisation des procédés biotechnologiques ainsi que des spécialistes des biocarburants et de l'extraction et de la purification de lipides.

Réactions11 réactions à cet article

 
Super mais...

C'est génial... Esperons juste que le lobby des céréaliers ne va pas empêcher l'exploitation de ce type de trouvailles. On sait déjà aujourd'hui que, pour des raisons liée à ce lobby (mais en même temps, je ne comprend pas pourquoi les agriculteurs ne se recyclent pas), le maïs ou le colza ont été préférés au raisin et à la betterave pour produire du biocarburant, alors que le rendement (et l'impact écologique) sont bien inférieurs. Esperons que la culture de cette algue ne necessitera pas une adaptation technique trop compliquée...

Calagan | 23 juin 2007 à 06h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 
horreur de biocarburant

entre le biocarburant et l'elevage,que restera t il a cultiver pour notre alimentation!!! le betail et l'automobile!!!
que mangeront nous? c'est epouvantable et bien pire que le petrole!!!

domimusique | 28 juin 2007 à 10h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Agro-carburant... une démarche dans le mauvais sen

Sous la pression de la propagande étatique et de lobby loin de toute volonté d'un développement durable, le volume des agro-carburants se développe à coups de milliards, tout en accroissant la pression sur l'environnement.
Soutenir cette filière pourrait éventuellement être recevable si une réelle volonté de réduire les gaspillages énergétique de tout ordre ainsi que le trafic automobile, était engagée.
Toutes les actions visant à soutenir les agro-carburants semblent véritablement être le fait d'une volonté de faire croire aux gens que l'on peut poursuivre le gaspillage et la pression sur la nature, tout en gardant nos mauvaises habitudes.
Méfions nous des personnes qui associent agro-carburants et développement durable, leur projet n'est très certainement pas l'honorable cause du développement durable ! D'ailleurs celles-la les appellent bio-carburants. C'est encore une histoire de packaging et de marketing pour flouer les gens.
Refusons ces pseudo combustibles dits d'avenir, ne nous laissons pas endormir par des aides fiscales nous faisant franchir le pas vers ces accélérateurs du changement climatique. Déjà les Etats tentent de nous y habituer en les mélangeant à l'essence... Cela ressemble aux approchent des dealers recherchant la dépendance de leurs clients...
Choisissons de vraies alternatives !

Jerome | 28 juin 2007 à 12h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 
bravo

je suis très contente de lire cette nouvelle ; j'ai moi-même fait des cultures de chlorelles, j'attendais avec impatience que des recherches démarrent ; pour la culture , pas de problème, la méthode est simple à réaliser, reste à optimiser les molécules qui serviront de biocarburant.

martine | 02 juillet 2007 à 21h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 
+microalgues --CO2

Je pense que nous avons déjà 4 ans de retard sur les USA
Israel, le Mexique, la Chine etc... qui ont deja des fermes experimentales de production (plusieurs centaines d'hectares).
L'interet des microalgues est une production de biofuel a l'hectare de 50 a 100 fois superieure a celle du colza, canne à sucre et l'absorption de CO2 des fumées d'usine indispensables a la croissance.
La récolte se fait tous les jours au lieu d'un an pour les plantes
Voir les sites de Green Star Products, Greenfuelonline , The Oilgae Story, Biodiesel etc...
Je ne connais pas actuellement de projet français ??

Tanguy | 27 septembre 2007 à 12h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:+microalgues --CO2

Bjr,
Je suis étudiant et pour mon mémoire, je me penche sur la création d'un business plan et plan fiancier pour la création d'une entreprise qui créerait du biodiesel à partir de microalgue.
Je suis actuellement à la recherche d'information ou de contact pour m'aider dans l'avancement de mon mémoire...
si quelqu'un aurait des infos ou autre ce serait très sympa
merci d'avance

stephane | 23 octobre 2007 à 13h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 
sujet passionnant, on veut en savoir plus

L'enjeu de ces rcherches sur les microalgues oléagineuses est énorme. Pourquoi ne voit-on pas d'articles sur le sujet dans les média grand public ?
Peut-on obtenir des précisions sur l'état d'avancement des travaux en France mais aussi dans les autres pays

Microbu | 31 octobre 2008 à 17h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Agro-carburant... une démarche dans le mauvais

Ha oui lesquelles? le velo pour faire Paris/Brest... encore un VRAI écolo...c'est tres constructif comme raisonement.:

yannoum | 12 novembre 2008 à 16h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Agro-carburant... une démarche dans le mauvais

Bien que je sois d'accord avec vous quand vous dites qu'il faut "arrêter le gaspillage", je trouvre votre intervention incomplète.

Le développement des bio-carburants doit se développer en parallèle d'actions de réductions de consommation énergétique, l'un sans l'autre n'a pas beaucoup de sens, je pense que personne n'en disconviendra.

Mais comment, vous semblez avoir de vraies idées, je suis curieux d'en connaître quelques unes.

Cdlt.
AD

Alain | 23 janvier 2009 à 15h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Agro-carburant... une démarche dans le mauva

Bonsoir,
De nbreuses pistes de progrès sont déjà étayées par des experts et citoyens, qui donnent gratuitement de leur temps pour tenter de faire entendre aux politiques d'avoir un minimum d'esprit "collectif", une vision à moyen terme, une volonté d'agir pour le bien commun et non de favoriser des intérêts personnels qu'ils soient de pouvoir ou autres. Il est facile de dire que s'ils ont été élus c'est que la population est d'accord avec eux. D'abord il y a si peu de votant (qui pour la plupart votent faute de mieux), ensuite les gens se font berner par des discours dits politiques mais exclusivement à propagande commerciale et marketing pour vendre leur "produit" dont la pub parvient de plus en plus difficilement à masquer la véritable intention : "Nuire" à autrui pour favoriser les intérêts privés de qq uns.
Revenons rapidement aux multiples pistes de progrès qui ne sont bien sûr pas de faire un Paris-Brest à vélo, comme peuvent le crier des réfractaires aux changements mais tout simplement de ne plus utiliser la voiture dans la plupart des déplacements urbains où ce formidable outil est défavorable non seulement à l'activité économique (bouchons, temps perdus, gaspillages énergétique...) mais aussi est défavorable à notre bien être et notre bonne santé (asthme, maladies cardivasculaires, stress, absence de contact humain...).
Je reste un simple témoin de ce que crient les experts après des centaines d'heures de travail et ce que détruisent les politiques après qq minutes seulement... comme toutes les grandes villes de France qui possédaient un tramway et que les politiques ont rasé car cela faisait "pauvre" d'avoir des transports en commun... et aussi que leur enrichissement sur le dos des électeurs, leur donnait l'envie de rouler avec leur grosse voiture sur des routes dont les constructions ne pouvaient se justifier que par un accroissement du trafic...
Il est temps de changer radicalement.

Anonyme | 25 janvier 2009 à 20h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

j'ai une sujet de master sur les micro algues ,je demande de vous m'aider par des informations générales sur elle.

marwa01 | 23 septembre 2012 à 23h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager