Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Les microplastiques perturberaient la croissance et le taux de reproduction des poissons

Biodiversité  |    |  Fanny Bouchaud  |  Actu-Environnement.com

Les microplastiques présents dans les milieux aquatiques perturbent la croissance et la reproduction des poissons. C'est ce qu'a montré une étude menée par l'Institut national de la recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (Inrae), l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer), ainsi que les universités de Bordeaux et d'Orebrö (Suède). Dans cette étude, publiée le 5 août dans la revue Journal of Hazardous Materials, les scientifiques ont exposé des poissons à l'ingestion chronique de microplastiques issus des matériaux les plus couramment utilisés dans la fabrication d'emballages et d'objets en plastique.

Pendant quatre mois, une espèce marine (le medaka marin) et une espèce dulcicole (le poisson zèbre) ont ainsi avalé des microplastiques issus de polyéthylène et de polychlorure de vinyle, seuls ou enrobés de polluants organiques. Résultat ? Quel que soit le type de microparticule ou l'espèce étudiée, les chercheurs ont observé que le poids et la taille des poissons avaient diminué de 20 % à 35 %, principalement chez les femelles. La durée de l'exposition semble également avoir un impact sur la croissance, puisque les chercheurs ont démontré que les effets étaient plus prononcés après quatre mois d'exposition qu'après deux mois.

Le taux de reproduction chute également, pouvant aller jusqu'à – 50 % en fonction des espèces de poissons et de la nature des particules. Ce déclin s'explique par un retard dans le déclenchement de la ponte chez les deux espèces observées, une diminution du nombre de pontes pour l'espèce d'eau douce et une diminution du nombre d'œufs pour l'espèce marine.

« Ces résultats mettent en évidence des perturbations (…) conduisant à de graves dysfonctionnements écologiques », expliquent les équipes scientifiques dans un communiqué. Dans le futur, elles souhaiteraient se pencher sur l'effet de la taille et de la composition chimique des microplastiques pour mieux comprendre leur toxicité.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Qualification OPQIBI : étude de la biodiversité et des écosystèmes OPQIBI