En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Suivi des milieux aquatiques : le développement de l'utilisation de l'ADN doit être accompagné

Un nouvel outil pourrait compléter la panoplie des écologues : l'utilisation de l'ADN pour le suivi de la biodiversité. Si cette approche comporte différents avantages, elle nécessite également d'établir un cadre pour son bon usage.

Eau  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com
Nous avons détecté une activité anormale depuis votre adresse IP 34.204.187.106
L'accès aux articles a été verrouillé
Pour levez cette limitation, merci de nous contacter par email ou par téléphone :+ 33 (0)1 45 86 92 26.
Suivi des milieux aquatiques : le développement de l'utilisation de l'ADN doit être accompagné
Actu-Environnement Le Mensuel N°400 Cet article a été publié dans Actu-Environnement Le Mensuel n°400
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]
Rechercher des traces d'ADN pour confirmer la présence d'un individu dans un lieu : cette approche n'est plus que l'apanage des enquêteurs de la police judiciaire, elle intéresse également de plus en plus des écologues ou les gestionnaires des milieux naturels. Ainsi, dans le cadre d'une campagne d'expérimentale de l'Office français de la biodiversité (OFB) et de la société de biotechnologie Spygen, le gobie à tâche noire, poisson exotique envahissant, a été recherché dans le Verdon...

La suite de cet article est réservée à nos abonnés

Abonnez-vous pour un accès illimité 12,50 € par mois

Déjà abonné ? Identifiez-vous pour consulter l'article

Mot de passe oublié ?

Partager