Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le ministère des Armées publie sa stratégie « climat et défense »

Gouvernance  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com

« Le changement climatique affecte déjà le contexte stratégique international et, par là, les conditions dans lesquelles les forces armées françaises exercent leurs missions ainsi que les capacités dont elles doivent disposer », avance le ministère des Armées. Pour tenter d'y remédier, la ministre, Florence Parly, a approuvé, le 25 avril, une nouvelle stratégie ministérielle « climat et défense ». Issue de l'engagement « Changement climatique et forces armées » pris, en novembre dernier, avec 26 autres pays lors du Forum de Paris pour la paix, elle englobe et complète les stratégies du ministère sur la biodiversité et l'énergie.

En plus de réduire son empreinte sur les espaces naturels et de limiter sa dépendance aux produits pétroliers, le ministère des Armées ambitionne de renforcer son organisation « en matière de connaissance-anticipation des enjeux stratégiques du changement climatique et de la mise en œuvre d'une politique d'adaptation ambitieuse ». D'ici à la fin de l'année, cette stratégie sera déclinée sous la forme d'un « plan d'orientation et d'actions à conduire à l'horizon 2030 », par un coordinateur climat et défense. Ce nouveau poste de délégué Climat du ministère a été attribué à Éric Autellet, général d'armée aérienne et actuel major général des armées.

Réactions1 réaction à cet article

 

On va donc équiper les avions de chasse Rafales, chars d'assaut Leclerc et autres bâtiments navals à propulsion classique de pots catalytiques et filtres à particules ?
Plus sérieusement, les Armées feraient œuvre climatique et écologique fort utile en cédant à des conservatoires du patrimoine naturel leur réserves foncières désaffectées plutôt qu'à des collectivités locales qui peuvent en bousiller la biodiversité sauvage, souvent patrimoniale, pour les transformer en parkings, aires de loisirs ou centres commerciaux. Ainsi, à titre d'exemple, Châteauroux Métropole (Berry), avec la création du centre national de tir sportif sur une ancienne zone militaire isolée des grandes cultures environnantes, a préféré décider en 2012 flinguer une biocénose de milieu calcaire pour s'offrir une vitrine nationale et s'attirer des crédits. Le ministère des Armées ne se préoccupait alors en rien du devenir de ses anciennes bases, du moment que l’État pouvait s'en débarrasser à bon compte.

Pégase | 04 mai 2022 à 14h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager