Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La ministre des Transports confirme l'abandon du projet d'autoroute A45

Transport  |    |  Rachida Boughriet

Dans une interview accordée au quotidien régional Le Progrès, la ministre des Transports Elisabeth Borne a confirmé, le 17 octobre, l'abandon du projet d'autoroute A45 entre Saint-Etienne et Lyon (Rhône-Alpes). Ce projet avait été déclaré d'utilité publique (DUP) en juillet 2008. Mais l'opposition à cette autoroute restait vivace, suite à la validation du décret de concession à Vinci par le Conseil d'Etat, le 27 juin 2017. Le sort de ce projet n'était jusqu'ici pas tranché par la ministre.

Le financement de l'autoroute était pourtant "bouclé depuis avril 2017. Seule manquait la signature du gouvernement pour que le chantier démarre", ont dénoncé, dans un communiqué commun, les présidents de la région Auvergne-Rhône-Alpes, du conseil départemental de la Loire et de Saint-Etienne Métropole.

Des solutions alternatives routières et ferroviaires

"Si ce projet était simple et consensuel, l'autoroute A45 serait réalisée depuis longtemps. On ne peut pas ignorer le prélèvement de terres agricoles, l'impact environnemental, l'absence du grand contournement de Lyon sur lequel l'A45 doit déboucher", a expliqué la ministre au Progrès. Le gouvernement partage la position du Conseil d'orientation des infrastructures qui "a recommandé de travailler plutôt sur des solutions alternatives routières et ferroviaires à l'A45", a ajouté Elisabeth Borne.

L'Etat investira 400 millions d'euros "pour améliorer la relation entre Saint-Etienne et Lyon, que ce soit par la route ou par le rail". Selon l'AFP, la ministre a évoqué la piste d'un élargissement à 2x3 ou 2x4 voies ou d'un "nouveau pont de franchissement sur le Rhône" pour le nœud routier de Givors-Ternay, au sud de Lyon. Elle prévoit aussi de doubler le nombre actuel des 20.000 voyageurs quotidiens par train "par des travaux qui renforcent les infrastructures et des investissements dans du matériel roulant aux capacités d'accueil supérieures".

La Confédération paysanne et la Coordination des opposants à l'A45 ont salué l'abandon du projet. "Il est temps qu'Elisabeth Borne s'engage publiquement à jeter le décret de concession à la poubelle et à abroger la déclaration d'utilité publique qui est valable jusqu'en juillet 2020", demandent les opposants à l'A45.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Recharge Elec +, une qualification pour reconnaître le savoir-faire en IRVE Qualit'EnR
MCI Propreté : une innovation digitale au service de la Propreté Urbaine Infinitri