En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Union des fabricants de menuiseries veut structurer la collecte des fenêtres PVC

Déchets  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

Le 17 septembre l'Union des fabricants de menuiseries (UFME) a annoncé le lancement d'une mission, dans le cadre du label VinylPlus, dédiée à l'animation et au développement du réseau de collecte de fenêtres PVC en fin de vie en France. « Il est essentiel, pour toute la filière et à brève échéance, de structurer et d'augmenter les capacités du réseau de collecte sélective de fenêtres en fin de vie », justifie la fédération professionnelle, qui rappelle que chaque année 8,4 millions de fenêtres sont déposées. Une étude, réalisée par les professionnels du bâtiment en amont de l'adoption de la loi économie circulaire (Agec) de février 2020, avait évalué à 33 % le taux de recyclage des déchets en PVC.

Anticiper la REP déchets du bâtiment

La mission des fabricants de fenêtre poursuit deux objectifs. Le premier est « [la valorisation] des organisations de collecte et de recyclage déjà recensées ou en cours de développement ». Un chargé de mission animera et développera le réseau de collecte. La mission doit aussi permettre d'« accompagner les acteurs dans l'amélioration de leurs pratiques, en accord avec la charte UFME pour le recyclage des menuiseries en fin de vie ».

Avec cette mission, l'UFME compte anticiper la création, à partir de 2022, d'une filière de responsabilité élargie du producteur (REP) portant sur les produits ou matériaux de construction du secteur du bâtiment. La démarche rejoint une disposition de la loi Agec qui offre la possibilité aux producteurs de contribuer à l'ouverture de nouveaux points de reprise des déchets issus des produits qu'ils mettent sur le marché. Dans le même esprit, la future REP maintient le réseau de points de reprise de leurs produits en fin de vie mis en place par les distributeurs. Cette disposition était inscrite dans la loi de transition énergétique de 2015.

Réactions1 réaction à cet article

 

Les fenêtres en bois, stock naturel de CO2, ont hélas été massivement remplacées par les fenêtres en PVC, émettrices de GES polluants et facteurs de réchauffement et dérèglement climatique. La meilleure façon d'améliorer le taux de recyclage des déchets en PVC ce serait, comme pour les néonicotinoïdes, d'en interdire simplement la fabrication. Cela recréerait, de plus, des emplois dans le noble métier de menuisier.

Quid | 21 septembre 2020 à 10h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager