En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les zoos : mission de conservation ou de divertissement ?

Après trois années de travaux, le parc zoologique de Paris a rouvert ses portes avec une nouvelle configuration au service du bien-être animal. Mais la fonction de ces parcs n'est-elle pas sociale avant tout ? Reportage.

Reportage vidéo  |  Biodiversité  |    |  Marie Jo SaderActu-Environnement.com
Les zoos : mission de conservation ou de divertissement ?

170 espèces, un parc divisé en 5 zones géographiques de la planète, le zoo de Vincennes se veut être un parc au service de l'animal. L'institution a tenté de reconstituer au maximum le milieu naturel des animaux afin de plonger le visiteur dans l'univers de chaque espèce.

Il est invité à observer et chercher l'animal quitte à parfois patienter de longues minutes pendant que le loup ibérique ou le lion africain sont en train de faire leur sieste au loin dans leur enclos.

Fini le temps où les animaux étaient exposés dans de minuscules cages et dans des conditions déplorables face à un spectateur passif. Mais aujourd'hui à quoi servent les zoos ?

Les parcs animaliers estiment être d'importants relais pour l'information du public mais surtout pour la conservation des espèces. En voie d'extinction dans leur milieu naturel, certains animaux n'auraient plus d'autre refuge que dans les zoos dont le but final serait des les réintroduire dans la nature.

Mais si tel est le cas, pourquoi y accueille-t-on le public ? Pour le géographe Jean Estebanez, la fonction première du zoo demeure sociale. Le public s'y rend pour vivre une expérience avec un être non humain et non pour se renseigner au sujet de la biodiversité. Et pour preuve, les parcs zoologiques attirent chaque année dans le monde plus de 600 millions de visiteurs, soit bien plus que les musées ou les spectacles sportifs.

Réactions3 réactions à cet article

 

Vous n'indiquez pas qu'il s'agit d'un PPP décidé au plus grand bénéfice de Bouygues: quelle que soit l'affluence, l'Etat versera une dîme colossale à Bouygues. Et comme il y a de grandes chances que ce soit un fiasco commercial: entendu la réaction de visiteurs se plaignant de ne rien voir pour une entrée à 22 euros...
S'il vous plaît, au lieu de jérémiades écolos, informez nous mieux sur les tenants et aboutissants de ce PPP, au moins aussi scandaleux que celui de l'hôpital d'Evry et que la privatisation des autoroutes.
Merci d'avance.
Merci d'avance.

Albatros | 06 mai 2014 à 09h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

ne rêvons pas au rythme ou vont les choses(surpopulation, destruction des habitats, pollution,etc), les seuls endroits sur terre ou l'on pourra bientôt observer les animaux sauvages se seront les zoo.

lio | 06 mai 2014 à 11h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le problème c'est que les zoos ont besoin d'animaux qui sont très souvent sauvages. Ils vont donc s'approvisionner en milieu naturel et contribuent à l'érosion de la biodiversité. Un tigre ou 2 dans un zoo ce n'est rien mais imaginons qu'il y ait 2.000 zoos dans le monde, l'impact est déjà moins négligeable... Et ne me faites pas croire que les ours polaires sont issus de fécondations in vitro!

tetedeturc | 07 mai 2014 à 10h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Marie Jo Sader

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…