Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

[SMCL] Mobilité quotidienne bas carbone : « L'idée est de réduire de façon tactique la place de la voiture »

Le think tank The Shift Project travaille depuis de nombreuses années à l'accompagnement des collectivités dans leur stratégie de mobilité. Il a regroupé ses expériences en un guide que nous présente Laura Foglia, cheffe de projet mobilité du think tank.

Interview vidéo  |  Transport  |    |  Romain Pernot  |  Actu-Environnement.com

Dans le cadre de la loi d'orientation des mobilités (LOM) et de la loi Climat et résilience, les collectivités sont invitées à inscrire leur action dans un objectif de décarbonation des transports terrestres d'ici à 2050. La LOM rehausse ainsi l'ambition exprimée dans la loi de transition énergétique pour une croissance verte (LTECV) de verdir les parcs de véhicules gérés par l'État et les collectivités pour illustrer l'exemplarité des acteurs publics. Outre la gestion de son parc et des déplacements de ses agents, une collectivité peut aussi jouer un rôle bien plus important et élaborer une stratégie qui influencera le comportement de ses habitants.

Alors comment aborder la question de la décarbonation de la mobilité quotidienne pour une collectivité ? The Shift Project propose des éléments de réponse dans un guide (PDF), élaboré à partir de l'expérience des territoires. Grenoble, Arras, Poitiers ou encore Strasbourg… À travers des cas concrets, le think tank donne les clefs pour élaborer une stratégie de mobilité en agissant sur les trois composantes du système : les besoins de déplacements, conséquences de l'aménagement du territoire ; les modes de déplacements ; et le profil environnemental des véhicules. Ce guide est centré sur les modes de déplacements et selon les experts, le premier levier est de réduire la place de la voiture au profit de modes de déplacements moins carbonés.

Détail avec Laura Foglia, cheffe de projet mobilité du think tank, rencontrée à l'occasion du Salon des maires et des collectivités locales (SMCL) de novembre 2021.

Réactions3 réactions à cet article

 

Encore une bible pour les bobos urbanisés jusqu’aux oreilles qui ne tient pas compte de la réalité des territoires

scalectric4 | 19 novembre 2021 à 10h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'ai un exemple très intéressant à ce sujet, beaucoup d'habitants du sud Sarthe (logements moins chers moins de pollutions etc) partent tous les jours travailler nord Sarthe, donc pollution, temps de route, et il y a l'autoroute qui pourrait arriver en moins de deux.
Sauf qu'elle est payante, ça fait partie de l'écologie de nationaliser les autoroutes, vitesse 110 (conso - 20%) , multipliication des entrées et des sorties (- 10 km de route) , parkings de co-voiturage aisés, organisation bien structurée (j'ai vu ça en Bretagne il y a des années) la gratuité et le côté pratique impacte des comportements intelligents.
Quid de la mobilité électrique?
Encore mieux!
Covoiturage veut dire 1 passage sur 2 ou 3, et la charge le jour suivant, cqfd!
Et une batterie qui dure plus longtemps.

pemmore | 19 novembre 2021 à 11h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour ,le Conseil de Développement du Pays SUD Serre Ponçon Ubaye Durance , territoire TEPos , a étudié depuis 8 ans la mobilité en territoire rural et de montagne ; cette étude n'est pas issue d'à priori ,de concept mais de la réalité des déplacements , plus d'une douzaine ont été référencés et analysés jusqu'au déplacements pour raison de santé ou de loisirs .
Il en résulte que si on veut avoir un réel impact sur la pollution générée par les transports cars , trains voitures et sur l'impact carbone force est de constater qu'on n'agira pas au delà de 5% avec le covoiturage , l'autopartage ,l'autostop connecté et sécurisé , la mobilité dite douce vélo ,trotinette , skate ou marche à pied .Une étude sur le train Gap Briançon a pu montrer qu'avec un taux de remplissage de 30% de moyenne le train de 250 tonnes et consommant actuellemnt 4l au km pollue plus qu'un gros 4x4avec 298g de CO2/km/voyageur !!
A notre avis il n'y a que la voiture électrique qui puisse répondre aux enjeux de la mobilité en milieu rural et de montagne ,nous sommes intervenus devant les élus ,ingénieurs ,le CEREMA et l'ADEME en collaboration avec le SYMénergie 05 qui a installé des bornes de recharge tous les 20 km pour sécuriser cette mobilité .
Notre territoire est le plus ensoleillé de France , enregistrement fait depuis 5 ans par MONABEE et téléchargé sur BDPV : il nous semble indispensable d'associer recharge de VE et production locale in situ ,domicile ou travail par centrale photovoltaique .

CdD ROCHE | 20 novembre 2021 à 10h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Romain Pernot

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager