En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La mobilité en voiture diminue en France

Selon la société d'études économiques et de conseil en stratégie BIPE, la mobilité des Français en voiture particulière diminue de 0,8% chaque année depuis 2003 alors qu'elle augmentait depuis 10 ans.

Transport  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com
Dans une étude basée sur les données des ministères des transports de l'Allemagne, de l'Espagne, de la France, de l'Italie et du Royaume-Uni, la société d'études économiques et de conseil en stratégie BIPE a analysé la mobilité en véhicules particuliers dans les cinq grands pays européens. Il semblerait que l'usage de la voiture soit en recul depuis 2003 sauf en Espagne et au Royaume-Uni.
Exprimée en voyageurs-km la mobilité en voitures particulières continue ainsi d'augmenter dans la péninsule Ibérique de 3,8% chaque année depuis 1995. Ceci est principalement dû à la forte croissance du réseau autoroutier espagnol, la plus forte du G5 entre 1995 et 2003 (5% par an en moyenne). Parallèlement, le réseau ferroviaire espagnol a la plus faible densité du G5.

Au Royaume-Uni, cette mobilité se stabilise alors qu'elle tend à la baisse en Italie (-0,2%), en Allemagne (-0,3%) et en France depuis 2003. Dans l'hexagone, cette baisse atteint 0,8% et il semblerait que ce soit surtout l'utilisation en ville d'autres modes de transports que la voiture qui en soit la raison. Le développement des offres de transports publics urbain (extension des lignes de métro, développement des lignes de tramway) et interurbain (développement des lignes à grande vitesse et des offres low cost en aérien) et les contraintes liées à l'usage de la voiture en ville (problèmes d'accès, stationnement) y sont pour beaucoup dans cette tendance sans oublier la hausse du prix des carburants depuis 2004. Réduire l'utilisation de la voiture en ville est ainsi le premier geste envisagé par les Européens en réponse à la hausse du prix des carburants. En substitution, les Français optent prioritairement pour la marche à pied et les transports publics alors que les Allemands se reportent sur le vélo.

Parallèlement, le nombre moyen de kilomètres annuels parcourus par véhicule a diminué. Cette tendance devrait s'accélérer dans les années à venir : le Bipe prévoit qu'à l'horizon 2015, en France, le nombre moyen de kilomètres annuels parcourus par véhicule essence baisse de 1,5% par an et celui par voiture diesel de 2%.

D'après un sondage Eurobaromètre réalisé récemment et publié le 26 juillet, la plupart des Européens sont favorables à des mesures qui incitent à utiliser les transports en commun et qui vont dans le sens d'une mobilité plus durable même si la majorité des habitants de l'UE (51 %) mentionnent l'automobile comme leur principal moyen de transport.
Pour la majorité (35 %) des personnes interrogées, le meilleur moyen d'inverser la tendance à l'augmentation des émissions de dioxyde de carbone (CO2) dues au transport routier serait de n'autoriser que la vente de véhicules moins polluants. Pour 30 % des personnes interrogées, en revanche, il faudrait encourager par des incitations fiscales l'achat de véhicules moins gourmands en carburant. Une petite majorité des Européens sont prêts à payer plus pour utiliser un moyen de transport moins polluant (54 %). Toutefois, la plupart des citoyens de l'UE (60 %) désapprouvent l'idée selon laquelle tous les usagers de la route devraient acquitter des péages pour compenser les encombrements et les dégâts environnementaux, alors que 35 % des personnes interrogées sont en accord avec cette proposition.

Réactions1 réaction à cet article

 
Déconnez pas !

Les statistiques et les moyennes, ça ne fait surtout qu'induire des conceptualisations erronées.

Et les sondages trompent énormément.

Même si c'est parfois prétexte à une relativement bonne décision pour l'intérêt général.

Déjà que le diviseur "population" change toutes les secondes (après la balance nouveaux-nés et nouveaux morts) et qu'aucun "grand" pays ne connaît le nombre de sa population clandestine..

Qui trouve notre société rationnelle ne l'est guère !

Sprikritik | 06 septembre 2007 à 05h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…