Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Méga-centrale photovoltaïque Horizeo : le projet s'affine suite au débat public

Energie  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Méga-centrale photovoltaïque Horizeo : le projet s'affine suite au débat public

Après un débat public de quatre mois, mené de septembre 2021 à janvier 2022, les porteurs du projet que sont Engie, Neoen et RTE confirment leur volonté de poursuivre la construction de la centrale photovoltaïque Horizeo. Situé en Gironde, au cœur d'une parcelle de sylviculture de pins maritimes, ce parc sera associé à un électrolyseur pour produire de l'hydrogène, un centre de données, de l'agrivoltaïsme et du stockage par batterie.

Avec ses 1300 MW, cette centrale sera surtout la plus grande d'Europe lorsqu'elle entrera en fonctionnement en 2026. Elle a donc suscité de nombreuses inquiétudes auprès des participants au débat public, notamment sur son emplacement et les défrichements qu'elle nécessite (1 000 ha). Mais pour les porteurs de projets, l'emplacement est idéal et ne sera pas modifié. « Il présente en effet un ensemble de conditions favorables qui, additionnées, créent une opportunité sans précédent », à savoir : 2 000 ha clôturés, proximité immédiate d'une conduite de gaz et d'un poste électrique, fort potentiel d'ensoleillement, proximité de l'aire métropolitaine bordelaise.

Le projet sera toutefois modifié sur d'autres aspects : le centre de données sera déplacé dans une zone artificialisée, voire urbaine, avec une alimentation à 100 % en énergies renouvelables, en provenance d'Horizeo ou d'un autre parc photovoltaïque. La brique agrivoltaïque, fortement plébiscitée par le public, sera conservée sur une surface de 10 à 25 ha, pas plus. Les porteurs de projets s'engagent à développer par d'autres biais les synergies avec l'agriculture. L'électrolyseur sera au maximum de 10 MW mais les usages locaux potentiels seront mieux étudiés.

Sur le sujet sensible du défrichement, Engie, Neoen et RTE s'engagent à compenser la surface défrichée par de la plantation compensatoire à hauteur du double, au plus proche du site via un appel à manifestation d'intérêt, et à optimiser la production sylvicole sur les parcelles préservées. Enfin, ils envisagent un financement participatif, l'ouverture du capital aux collectivités locales et la mise en place d'une offre d'électricité verte pour les habitants voisins.

Prochaine étape : deuxième trimestre 2023, avec le dépôt des demandes d'autorisation du projet pour une mise en service progressive à partir de 2026.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Éolien-solaire : réussir la phase conception-construction de votre projet Q ENERGY France