En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Mont-Saint-Michel : bientôt un périmètre d'exclusion des éoliennes

Energie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com

Un périmètre d'exclusion des éoliennes autour du Mont-Saint-Michel, classé au patrimoine mondial de l'Unesco, serait en préparation selon l'AFP. Il s'agirait d'un ovale d'une quarantaine de km de rayon à l'ouest et à l'est du rocher et d'une vingtaine de km au nord et au sud, a expliqué à l'AFP Gérard Clouet, adjoint au directeur régional de l'environnement, de l'aménagement et du logement de Basse-Normandie.

Le principe de sa création a été arrêté en novembre par les préfets et présidents de conseils régionaux de Basse-Normandie et de Bretagne et le document devrait être finalisé d'ici à septembre, a précisé M. Clouet.

Ce périmètre fait suite aux inquiétudes exprimées par l'Unesco en juin 2011 et à sa demande de suspendre les projets de parcs éoliens qui pourraient avoir un impact visuel sur la baie du Mont-Saint-Michel. Pour l'instant, seul le parc des Argouges (Manche) situé à 19km du Mont-Saint-Michel a vu son permis de construire accordé par le Préfet de la Manche le 27 novembre 2007. Les trois éoliennes d'une hauteur de 100 mètres et d'une puissance totale de 6,6 mégawatts seront situées le long de l'autoroute A 84. Une dizaine de projets dont un offshore sont également envisagés et notamment le parc de 6 éoliennes de Baguer-Pican (Ille-et-Vilaine) situé à 17 km du site.

Réactions3 réactions à cet article

 

Voilà une belle et bonne décision.
Il serait temps que les financiers sachent que l’on ne peut faire n’importe quoi avec le patrimoine de la France.
Ici, la réaction des pouvoirs publics a été positive du fait de la notoriété du Mont St Michel.

Mais qu’en est-il du projet de ZDE en Limousin, dans le cône de visibilité de la Collégiale de Le Dorat, collégiale qui est la plus belle du Sud-ouest de la France ?
Il était prévu 22 éoliennes dans cette zone au patrimoine très riche, et de plus, l’implantation prévue l’était dans un couloir principal de migration de grues cendrées, il était prévu de détruire des bois pour l’implantation de deux d’entres elle, et une des ZDE se situe même à 500 m d'une zone Natura 2000.

Tireman | 21 mars 2012 à 19h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En effet il y a des limites mais simultanément on peut supposer que tous les habitants habitant dans ce rayon de 20 à 40 km auront recours à la bougie pour l'éclairage et aux groupes électrogènes pour le chauffage. Peut être préfèreraient ils une bonne vieille et sympathique centrale nucléaire à leurs portes avec un peu de fuite de temps en temps de façon à augmenter les cancers locaux. Alternativement une centrale thermique ferait aussi l'affaire avec de la bonne vieille fumée? L'Energie (sauf erreur) ne vient pas de nulle part alors arrêtons de nous conduire ou bien comme des autruches ou bien comme des enfants qui croient au Père Noel.

arthur duchemin | 10 avril 2012 à 10h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"on peut supposer que tous les habitants habitant dans ce rayon de 20 à 40 km auront recours à la bougie pour l'éclairage et aux groupes électrogènes pour le chauffage."...
Ha ?
Parce qu'il ne l'ont pas le courant au jour d'aujourd'hui ?
Et on m'aurait caché cela ???

Tireman | 11 avril 2012 à 10h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager