En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Montagne d'or : le dossier du débat est enfin disponible

Aménagement  |    |  Albane CantoActu-Environnement.com
Montagne d'or : le dossier du débat est enfin disponible
Environnement & Technique N°379 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°379
[ Voir un extrait du numéro | Acheter le numéro]

Une semaine après l'ouverture officielle du débat public sur le projet de mine d'or en Guyane, le dossier du maître d'ouvrage est disponible pour le public. "Ce dossier devra toutefois être accompagné de fiches thématiques, notamment sur la prévention et la gestion des risques, la préservation de la biodiversité et les conditions sociales de la mise en œuvre éventuelle du projet. La Commission nationale a décidé par ailleurs de faire intervenir des experts indépendants sur la cyanuration et l'hydrogéologie", indique Roland Peylet, président de la commission particulière du débat public sur le site de la CNDP dédié au projet.

Les réunions vont se dérouler en Guyane. La première est prévue le 3 avril 2018, à Saint-Laurent-du-Maroni. Elle devrait être retransmise sur le site du débat. En complément, des questions et des avis peuvent également être postés, par tout citoyen français, sur le site internet.

Enjeux environnementaux

Dans son dossier, la société Montagne d'or détaille notamment les enjeux environnementaux liés au projet de mine. L'emprise totale du site sera de 800 hectares, dont une centaine pour la fosse d'extraction. Des mesures compensatoires pour la biodiversité sont en cours d'étude avec les autorités locales. Les enjeux portent également sur les infrastructures. Ainsi, l'aménagement de la piste d'accès va nécessiter le défrichement de 15 à 22 mètres des deux côtés de la voie. Avec la construction d'une ligne électrique haute tension, ce sont 682 hectares qui seront impactés, dont 30% à haute valeur écologique. Des "ponts de singe" sont prévus pour compenser cette rupture de la continuité écologique.

Côté énergie, les besoins en électricité de la mine vont représenter 10% de la consommation électrique de la Guyane. Des projets de nouvelles capacités devraient permettre d'y répondre, mais si elles ne sont pas prêtes (ou suffisantes), Montagne d'or envisage de faire appel à des groupes électrogènes.

Quant aux besoins en eau, ils seront assurés par trois puits. Les enjeux portent aussi sur l'imperméabilité des zones de stockage des déchets de la mine, et sur le dimensionnement du bassin de stockage des résidus, qui doit être adapté à des événements pluviométriques exceptionnels.

Le dossier aborde également les sujets de l'air, du bruit, des vibrations, de la lumière nocturne et des risques, citant notamment le cyanure et le risque de rupture du parc à résidus.

Réactions1 réaction à cet article

 

Article glaçant : on nous présente une catastrophe écologique juste pour extraire un métal précieux... Derrière, évidemment, le chantage à l'emploi... Espérons un blocage...
Et si on commençait par réfléchir au recyclage de l'électronique, consommateur majeur de ces métaux rares ?! Parce que j'ose espérer que ce pillage, ça n'est pas juste pour augmenter le stock de la banque de France... Mais non bien sûr, les composants sont fabriqués dans des pays à bas coût qui n'ont certainement pas les moyens de ce recyclage. Effet pervers de la mondialisation, du concept fou d'industrie sans usine (chez nous) : cachez cette pollution que je ne saurais voir, pour paraphraser Molière, ça arrange également bien nos zécolos, qui verraient d'un très mauvais œil de telle usines sur notre territoire...

dmg | 15 mars 2018 à 18h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…