En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La Conférence de Montréal sur la protection de la couche d'ozone est une réussite

Les 191 pays présents à la conférence du Protocole de Montréal ont conclu un accord visant à accélérer l'élimination progressive des HCFC, substances qui appauvrissent d'une part la couche d'ozone et contribuent d'autre part à l'effet de serre.

Gouvernance  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
Les participants à la Conférence des Nations unies sur la protection de la couche d'ozone, qui se tenait à Montréal, ont conclu un accord sur une accélération du calendrier de retrait des hydrochlorofluorocarbones (HCFC), gaz utilisés dans des produits tels que les mousses d'extinction des incendies et les systèmes de réfrigération et de climatisation. Néfastes pour la couche d'ozone, ces gaz contribuent également à l'effet de serre avec leur haut pouvoir réchauffant. Le Protocole de Montréal, déjà considéré comme l'accord environnemental le plus fructueux à ce jour, fera encore plus pour protéger la couche d'ozone et lutter contre le problème le plus criant de notre époque - les changements climatiques, a déclaré le ministre canadien de l'Environnement John Baird. L'annonce d'aujourd'hui met en évidence le type de mesures concrètes que réclament les citoyens du monde entier, a-t-il ajouté. Ce sont, en effet, 190 pays, plus l'Union européenne, qui se sont mis d'accord à l'issue de cette 19ème réunion des parties du Protocole de Montréal qui se tenait du 17 au 21 septembre dans la ville où il a été signé 20 ans plus tôt.

Rappelons que le protocole de Montréal prévoyait l'élimination des HCFC en 2030 pour les pays développés et 2040 pour les pays en développement. En vertu de cet accord, la production de ces substances sera gelée dès 2013 à son niveau de 2009-2010, avant leur élimination totale, qui a été avancée à 2020 pour les pays développés et 2030 pour les pays en développement. Plus concrètement, les pays développés ont convenu de réduire leur production et leur consommation de 75% dès 2010, puis de 90% en 2015. Les pays en développement ont quant à eux accepté une réduction de 10% en 2015, qui passera à 35% en 2020 et à 67,7% en 2025. L'accord prévoit malgré tout que les pays en développement pourront continuer d'utiliser pendant la période 2030-2040 une petite quantité de HCFC équivalant à 2,5% de leur consommation originelle.
Les parties ont également conclu un accord pour s'engager à continuer à financer le Fonds multilatéral mis en place en vertu du protocole pour aider les pays en développement à respecter leur engagement mais sans toutefois fixer de chiffre. Mais rappelons qu'avec deux milliards de dollars US d'aides attribués depuis 1991 par le Fonds multilatéral pour l'application du Protocole aux pays les moins avancés, les dépenses sont restées à ce jour relativement modestes aux regards des enjeux. Enfin, les parties ont consenti que les pays développés utilisent en 2008 mais à titre ''exceptionnel'' 4.600 tonnes de bromure de méthyle, un produit phytosanitaire nuisible à la couche d'ozone utilisé par fumigation dans la production fruitière.

Ce qui est d'autant plus remarquable est que nous avons un accord portant sur la couche d'ozone et les changements climatiques qui inclut la Chine, l'Inde et les Etats-Unis, a souligné dans un communiqué le ministre Baird. Ceci est également encourageant dans le contexte des rencontres internationales sur les changements climatiques qui se tiendront la semaine prochaine aux Nations Unies à Washington.

Quant à Achim Steiner, directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l'environnement, il s'est réjoui que les gouvernements aient saisi l'occasion de s'attaquer au double défi des changements climatiques et de la protection de la couche d'ozone : la réduction précise et définitive des émissions de gaz à effet de serre pourrait atteindre plusieurs milliards de tonnes, ce qui met en évidence la complémentarité des accords environnementaux internationaux. Selon le PNUE, l'élimination plus rapide des HCFC 22, les plus répandus, permettrait par exemple d'éviter l'émission de l'équivalent de 3,5 milliards de tonnes de CO2 par an.

Réactions1 réaction à cet article

 
néocolonianisme

Dans un dossier de "courrier international" relatif aux sceptiques du réchauffement de la planète, il y a un article d'un brésilien qui souligne qu'au fond les réductions des Gaz à effet de serre ne serait qu'une stratégie des pays occidentaux pour limiter le développement des pays émergents ... ainsi que cela aurait déjà été fait avec les CFC (dont le brevet tombait dans le domaine public). Tout cela est bien obscur mais personnellement je reste sur l'idée que pour limiter les dégâts, il faut limiter notre consommation.

chriis | 27 septembre 2007 à 10h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…