En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les Mooc, un bon outil pour sensibiliser aux enjeux écologiques

Les formations numériques gratuites (Mooc), pourraient bénéficier aux entreprises et associations, afin d'alimenter les débats internes au sujet de l'environnement et adapter les compétences et techniques à la transition écologique.

Gouvernance  |    |  Eva GomezActu-Environnement.com
Les Mooc, un bon outil pour sensibiliser aux enjeux écologiques

Les Mooc, ces formations gratuites en ligne, pourraient être un bon moyen de sensibiliser les citoyens et les professionnels aux enjeux environnementaux et d'adapter leurs activités à la transition écologique. C'est la conclusion d'une étude publiée en mai par le ministère de l'Environnement.

Le Massive open online course (Mooc), développé depuis 2010, est un outil pédagogique numérique très utilisé dans l'enseignement supérieur, mais aussi par les organismes de formation, certaines associations ou encore des entreprises pour des formations internes. Dans cette étude menée par le commissariat général au développement durable (CGDD), le Mooc est envisagé comme outil de diffusion des connaissances, de formation aux problématiques environnementales et de fédération de multiples acteurs autour de la transition écologique. Il s'agit également d'introduire ces sujets dans le débat et de leur donner une visibilité.

Six fois plus de Mooc sur la transition écologique en deux ans

''L'émergence des Mooc repose sur les leviers de la transition numérique à l'œuvre dans les organisations et la société : la capacité à toucher un large public cible, la capacité à renouveler les pratiques pédagogiques et la capacité à créer des communautés d'apprenants et d'experts'', constate le CGDD.

Entre 2014 et 2016, le nombre de Mooc en français traitant du développement durable a été multiplié par six. De cinq en 2014, ils sont passés à une trentaine en 2016. 44% d'entre eux abordent des problématiques sociétales, 13% ont pour sujet l'énergie et le climat, 18% couvrent des thématiques de biodiversité.

Ces formations numériques prennent des formes multiples : ce sont des parcours pédagogiques séquencés, généralement de façon hebdomadaire, qui incluent des vidéos, des activités, des quizz ou encore des serious game

 
Le Mooc peut permettre de faire émerger des sujets dits « orphelins » dans les cursus de formation en présentiel, de fédérer une communauté sur des thématiques « émergentes » telles que santé-environnement ou les pratiques agroécologiques.  
La CGDD
 

Un outil bénéfique aux professionnels

Les Mooc s'adressent en particulier aux étudiants, aux jeunes actifs ou aux personnes en reconversion professionnelle, mais ils permettent aussi de ''former et accompagner les acteurs et citoyens pour tenir compte des enjeux climatiques dans leurs activités''. Ainsi, des thèmes comme la responsabilité sociétale ou l'éco-conception sont traités.

''Le Mooc peut permettre de faire émerger des sujets dits « orphelins » dans les cursus de formation en présentiel, de fédérer une communauté (…) sur des thématiques « émergentes » telles que santé-environnement ou les pratiques agroécologiques'', ajoute le rapport de l'étude. Le Mooc peut donc être utilisé comme outil de construction collaborative de la connaissance. En effet, les entreprises et les organismes de formation professionnelle ''se saisissent de cet outil, notamment dans le champ de l'accompagnement et de l'évolution des métiers, des cadres réglementaires et des stratégies d'entreprise''.

Par exemple, la plateforme Mooc Bâtiment durable, lancée par l'Ademe et le Plan bâtiment durable en 2015, regroupe des Mooc dédiés à la transition énergétique dans le secteur du bâtiment. 11.000 professionnels du bâtiment les utilisent pour améliorer leurs compétences.

Former au développement durable

Mais ''les universités et les grandes écoles françaises et francophones restent les productrices les plus importantes du secteur''. Une façon de créer des vocations pour la transition écologique. L'université numérique Environnement et développement durable, a déjà créé cinq Mooc autour des enjeux environnementaux, quatre autres sont en préparation. Ils sont disponibles sur la plateforme France université numérique (FUN), ''dont environ 20% de l'offre concerne des enjeux de développement durable''.

Dans le monde associatif, les Mooc sont surtout utilisés pour transmettre des connaissances aux adhérents et ''co-construire des savoirs scientifiques et issus de l'expérience''. L'étude évoque l'exemple du Mooc de l'association Tela Botanica qui vise ''la valorisation de la botanique et de l'expertise naturaliste tant professionnelle que profane''. Au programme, neuf semaines de formation qui allient théorie et pratique de terrain autour de la botanique.

Quel public pour ces Mooc ?

''L'ensemble des inscrits à des Mooc sur les thématiques du développement durable avoisine les 200.000 apprenants sur la période étudiée (2014-2016)'', détaille le rapport. Cependant, ceux qui ont réalisé l'ensemble du parcours pédagogique représentent entre 5 et 35% de ces apprenants.

Le public amateur de Mooc, étudiants, jeunes actifs, est d'après l'étude ''rompu à l'usage des outils numériques ainsi qu'aux pratiques de l'enseignement supérieur''. Ce qui pose la question de la démocratisation de l'accès aux savoirs via les Mooc. Toutefois, il ne s'agirait pas d'un problème propre au thème de la transition écologique car ''ces apprenants sont assez représentatifs de la population générale des usagers de Mooc''.

L'avenir du Mooc, entre développement et remise en question économique

La CGDD évoque la piste du développement de ces formations numériques dans le secteur public, dans la mesure où ''cette sensibilisation peut permettre de diffuser la diversité des formes de savoirs, des outils réglementaires, des bonnes pratiques ou des initiatives innovantes''. Par ailleurs, selon cette étude, ''l'animation et les formes d'accompagnement sont des facteurs clés de réussite pour éviter les décrochages et favoriser l'engagement des apprenants au sein d'une communauté''.

Mais le modèle économique du Mooc fondé sur la gratuité, se retrouve dans une relative difficulté. Il s'agit de chercher un modèle économique pérenne afin que le format se développe. Le rapport d'étude évoque notamment ''la certification et les services payants (freemium), ou l'articulation avec la formation continue (au travers des Small Private Online Courses)''. Enfin, le Mooc ne peut être le seuil outil de sensibilisation aux enjeux climatiques, et il doit faire partie d'une ''boîte à outils plus large'' comprenant des sites web, des chaînes Youtube ou encore des jeux en ligne et des plateformes collaboratives.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Eva Gomez

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…