En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La dissémination d'un moustique transgénique autorisée au Brésil

Risques  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Le Brésil a autorisé le 10 avril la dissémination commerciale dans l'environnement d'un moustique transgénique, rapporte l'association Inf'OGM.

"Ce moustique transgénique stérile est censé permettre de lutter contre la dengue, une maladie qui fait encore de nombreuses victimes dans les pays tropicaux, explique l'association. Mais c'est aussi et surtout le premier animal transgénique qui est autorisé en vue d'être disséminé à grande échelle dans l'environnement".

La société britannique Oxitec, bénéficiaire de l'autorisation, entend contrôler la population des moustiques vecteurs de la dengue par ses moustiques transgéniques stériles. Pour cela, elle a réalisé des essais en champs en Malaisie, dans les îles Caïmans et au Brésil. Mais curieusement, s'étonne Inf'OGM, les essais prévus en Floride n'ont jamais eu lieu.

Plusieurs ONG, comme l'association brésilienne AS-PTA, dénoncent les lacunes du dossier de demande d'autorisation, la mauvaise consultation du public, voire même l'absence d'efficience de cette stratégie de lutte contre la dengue, ainsi que des risques graves pour l'immunité humaine, rapporte Inf'OGM.

"Nous pensons que le profil environnemental bénéfique, couplé avec une excellente efficacité à ce jour, fait du moustique d'Oxitec un nouvel outil précieux pour les autorités sanitaires dans le monde entier pour compléter leurs efforts existants dans la lutte contre les moustiques qui propagent la dengue", s'est félicité de con côté Hadyn Parry, PDG d'Oxitec.

Réactions2 réactions à cet article

 

Les apprentis sorcier sont de retours, attention les dégâts.
Et contre les dingues a t'on trouvé la solution!!!

lio | 16 avril 2014 à 10h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En lisant la réference "les essais en champs en Malaisie" on apprend que c'était dans une zone inhabitée et que ces moustiques ne sont pas vraiment stériles, mais leur progéniture vit beaucoup moins longtemps. on apprend aussi que l'information du public a été faite APRES la dissémination des 6000 moustiques.
Maintenant difficile d'imaginer quels risques présentent des moustiques qui vivent moins longtemps, difficile aussi de savoir si cette modification est transmissible et à quelles espèces. Il est trés peu probable qu'elle puisse concerner l'homme (nous ne sommes pas des insectes). Imaginons qu'elle se propage a d'autres moustiques c'est ce qui est le plus vraisemblable Quel serait l'inconvénient? de plus la modification est sûrement récessive puisqu'elle contraire l'expansion de l'espèce.
LEs insectes vecteurs de maladies sont un des plus grand problème de santé publique: on pense d'abord au Paludisme, à la Maladie du Sommeil, la Chikungunya, la Dengue, et la liste est encore longue.
LEs moustiques sont des vecteurs de plusieurs des maladies que j'ai citées (à part la Maladie du sommeil). On a essayé toutes sortes de moyens et le moustique GM en est un. On peut aussi chercher à GUERIR les moustiques sans les tuer: c'est aussi difficile que les autres techniques. Mais il faut ensuite trouver un moyen de dissémination de la résistance du moustique à la maladie et là ce ne peut être que par voie OGM..

ami9327 | 16 avril 2014 à 14h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager