En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Nagoya : adoption définitive par le Conseil européen du règlement sur l'accès aux ressources génétiques

Biodiversité  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

Après un accord en première lecture avec le Parlement européen, le Conseil a adopté définitivement, le 14 avril, le règlement sur l'accès aux ressources génétiques et le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation (APA), encadrant ainsi la mise en œuvre du protocole de Nagoya sur le territoire européen. La date d'entrée en vigueur du protocole dans l'UE, et donc de ce règlement, sera communiquée ultérieurement au Journal officiel de l'Union européenne.

"En vertu de ce règlement, les utilisateurs (tels que l'industrie agro-alimentaire et l'industrie de l'alimentation animale, l'industrie pharmaceutique et cosmétique et les chercheurs) seront tenus de faire preuve de la diligence nécessaire pour s'assurer que l'accès aux ressources génétiques et aux connaissances traditionnelles associées aux ressources utilisées est conforme aux dispositions légales applicables et que les avantages qui en découlent sont partagés de manière juste et équitable", indique le compte rendu du Conseil.

Ainsi, les conditions de transferts des ressources génétiques et des connaissances traditionnelles doivent faire l'objet d'un accord, qui prévoit notamment les modalités de partage des avantages. Les utilisateurs doivent pouvoir justifier d'un certificat de conformité internationalement reconnu. Et, "au moment du développement final d'un produit élaboré par le biais de l'utilisation de ressources génétiques ou de connaissances traditionnelles associées aux ressources génétiques, les utilisateurs déclarent aux autorités compétentes [désignées par chaque Etat membre], qu'ils ont rempli les obligations qui leur incombent". Les Etats membres sont chargés d'établir des sanctions "effectives, proportionnées et dissuasives".

La Commission, de son côté, établira et tiendra un registre Internet des collections de ressources génétiques au sein de l'Union.

Réactions3 réactions à cet article

 

Je n'ai rien compris aux enjeux soulevé par votre article !
C'est comme parler une langue étrangère...
Y a-t-il un rapport avec les brevets sur le vivant et l'appropriation de la génétique par les semenciers ? A moins que ce soit la phytopharmacie qui s'approprie des plantes dont les vertus sont traditionnellement reconnues et déposent un brevet d'exclusivité à leur seul profit ?
Merci de clarifier les enjeux.

lmdhara | 15 avril 2014 à 05h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,

Pour en savoir plus sur les enjeux de ce réglement, je vous invite à lire l'interview de Claude-Anne Gauthier, Directrice adjointe de la FRB :
https://www.actu-environnement.com/ae/news/interview-claude-anne-gauthier-frb-nagoya-11292.php4

Cordialement,

La rédaction

La rédaction | 15 avril 2014 à 10h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour, cette règlementation marque surtout un nouvel et fort engagement de l'Union européenne dans la lutte contre la biopiraterie. la France est en train de suivre le même chemin. A suivre avec beaucoup d'attention. Cordialement

Indigenas | 21 avril 2014 à 12h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager