Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le nano-argent, présent dans les boues d'épuration, inhibe les micro-organismes du sol

Risques  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com

La Commission européenne a relayé, le 21 novembre, une étude allemande qui révèle que les nanoparticules d'argent présentes dans les boues d'épuration sont nocives pour les micro-organismes du sol. Utilisées pour leurs propriétés antibactériennes, ces nanoparticules sont omniprésentes dans les produits de grande consommation (plastique, cosmétique, textile…) et donc dans l'environnement.

Résultat : "Les boues d'épuration à la sortie des usines de traitement des eaux usées peuvent contenir des nanoparticules d'argent. Or, dans de nombreux pays, ces boues d'épuration séchées sont épandues en tant qu'engrais sur les terres agricoles. En Allemagne, par exemple, environ 30% des deux millions de tonnes de matières solides sèches de boues d'épuration collectées des usines de traitement des eaux usées sont utilisés pour fertiliser les terres agricoles", indique la Commission.

Les chercheurs allemands ont révélé que, lorsque le nano-argent est appliqué sous forme pure, les bactéries essentielles au cycle naturel de l'azote sont de plus en plus inhibées au fil des jours (28 jours d'essais). "La taille globale des populations microbiennes, en termes de biomasse, a diminué au cours des 28 jours".

Lorsqu'elles sont incorporées dans des boues d'épuration, les nanoparticules d'argent produisent des effets similaires au bout de 100 jours (180 jours d'essai). "À des concentrations estimées comme pertinentes pour des applications réelles de boues d'épuration en Allemagne, les chercheurs ont constaté que la concentration prévisible sans effet de nanoparticules d'argent dans le sol était de 0,05 mg/kg de sol sec. Cela équivaut à un volume maximum de 30 mg/kg de boue sèche pour chaque application, sur la base des taux d'application en Allemagne de cinq tonnes par hectare de terres agricoles tous les trois ans".

Réactions7 réactions à cet article

 

"Ou l'on apprend que les boues d'épurations (Allemandes?) contiennent de l'ARGENT! Si c'est vraiment un problème qu'ils cessent de jeter de l'Argent à l'égout!
Plus sérieusement l'Argent est un métal lourd dont de nombreux sels sont insolubles à commencer par le chlorure, les oxydes etc... donc ces nanoparticules ne peuvent pas durablement agir.

ami9327 | 25 novembre 2013 à 18h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cher ami9327
tout cela est il si certain? Les nanoparticules, du fait de leur taille ont un comportement atypique et surtout différents des composés chimiques ordinaires. Il n'est donc pas si certain que les nanoparticules d'argent se comportent de la même façon que le chlorure d'argent ou les oxydes d'argent.

arthur duchemin | 26 novembre 2013 à 09h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les nanos une bombe a retardement ? L'homme aime bien jouer à l'apprenti sorcier, mais là ça devient extrêmement sensible

lio | 26 novembre 2013 à 11h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

BOn, ok pour l'argent pure et pour l'argent des boues de step. Maintenant ce qu'il faut savoir c'est son comportement une fois de le sol. Et la conséquence à long terme.

Le problème, pour moi, se règlera de lui même. De nouvelle technologie d'épuration se mettent en place. Des système révolutionnaire sans production de boue (épuration par micro algue) qui vont vraiment changer la donne.

J'espère simplement que l'application industriel de ces prototypes viendra rapidement.

Terra | 26 novembre 2013 à 14h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'influence à long terme des nanoparticules d'Argent est fonction de leur quantité ( il s 'agit de traces..) l'argent va se fixer définitivement dés que possible dans la terre.
L'épuration par des micro-ALGUES ne peut pas réduire la quantité de matières finales sauf à récolter ces algues pour un usage spécifiques tels que
+compostage= retour à la case départ.
+extraction de biocarburants= il existe des algues spéciales.
Pour réduire la quantité de matières il faut un procédé d'oxydation bactérienne et pour des grandes quantités a oxyder tous les jours il faut tout de suite d'énormes installations. L'oxydation bactérienne se faisant à l'air libre "ne passe pas inaperçue du voisinage" (odeurs...)

ami9327 | 26 novembre 2013 à 23h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Nanomatériaux et stations dépuration : quel impact sur le fonctionnement des stations d'épuration ? quel impact sur les qualités des eaux ? quel impact sur les sols agricoles où sont épandues les boues des stations d'épuration ?
Voici des questions sur lesquelles l'Association de Veille et d'Information Civique sur les Enjeux des Nanosciences et des Nanotechnologies a commencé à collecter des informations

Veillenanos | 27 novembre 2013 à 11h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Madame ou Monsieur ami9327
Je partage l'avis de 'arthur Duchemin' sur le comportement encore inconnu donc imprévisible des nano-particules quelles quelles soient, d'une part et d'autre part, je crains fort que votre analyse ne repose sur d'anciennes croyances maintenant largement controversées, non l'influence à long terme n'est pas forcément fonction de leur quantité, à l'instar de ce qui se révèle pour les résidus de pesticides, et autres phytosanitaires, mêmes de très très faibles quantités peuvent induirent des effets indéniables, sans même évoquer les effets cocktails possibles.

Daniel JAGLINE | 27 novembre 2013 à 15h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Box de stockage Securo pour substances dangereuses ou liquides inflammables DENIOS