En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Eolien en mer : Nass&Wind finalise une nouvelle alliance pour le second appel d'offre

Energie  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com
Environnement & Technique N°329 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°329
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

Nass&Wind Offshore poursuit actuellement des négociations avec différents acteurs du secteur, français et européens, avec lesquels il envisage de répondre au second appel d'offres pour l'installation de parcs éoliens en mer en France, a annoncé vendredi 13 septembre l'entreprise française spécialisée en matière de caractérisation des sites, de pilotage des études et procédures d'autorisation. Ce consortium viendrait concurrencer ceux formés autour de d'EDF et Alstom ainsi que GDF Suez et Areva.

Pour ce second appel d'offre, qui porte sur l'installation de deux parcs de 500 mégawatts (MW) au large du Tréport (Seine-Maritime) et des îles d'Yeu et de Noirmoutier (Vendée), Nass&Wind travaille sur les possibilités de construire "une offre européenne avec des partenaires compétents et expérimentés". A l'occasion du premier appel d'offre, l'entreprise participait au consortium réunissant EDF Energies Nouvelles, DONG Energy et Alstom qui a été retenu pour la création de trois des quatre parcs sélectionnés.

Réactions3 réactions à cet article

 

Plus d'un an de perdu et le prix d'achat de l'électricité est revu à la hausse, et une très forte hausse, de 175 € MW il passe à 220 € ! Ce n'est pas une paille ou une très grosse.
Et tout ça pour - semble-t-il - évincer le projet du consortium Iberdrola.
220 € le MW, soit presque 3 fois celui du prix des éoliennes à terre ! (et je ne parle pas de celui des centrales nucléaire, que beaucoup ne veulent plus mais pensent-ils au coût de l'électricité produite ? Les nécessiteux n'ont pas fini de demander des aides !)
Les partisans de la décroissance n’auraient-ils pas raison au moins en parti ?! Moins consommer en ayant moins de produits énergivores. (moins pas - consommant moins -)

Maurice | 18 septembre 2013 à 05h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le kW éolien peut descendre en dessous du centime d'euro si les éoliennes cessent d'être surfacturées, le kW marémoteur peut descendre à 0.2 centimes et pour l'hydrolienne, aucun chiffre disponible, mais le coût doit être au niveau des deux autres moyens cités ci dessus...
Le kW nucléaire est à 3 centimes en France, à dix ou à 15 au japon, les Japonais sont des gestionnaires assez transparents !
Tous les Pays situés géographiquement au dessus de Bruxelles possèdent des éoliennes en mer, portant ils ont de l'énergie et l'Allemagne a prouvé le fonctionnement 363 jours sur 365 sur les éoliennes de la mer du Nord (vu sur Arte récemment !) et les pays méditerranéens ( qui n'ont pas de petrole )n'en installent toujours pas?
Et pourquoi sommes nous en crise depuis 1973 ? Bizarre, Maurice, non ! ??

Démolissons | 20 septembre 2013 à 21h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bah... il est plus intéressant en France de se passionner pour l'expérimentation pour l'exploitation du gaz de schiste (prout), comme si les entreprises concernées ne pouvaient expérimenter ailleurs dans le monde ; ce pour le redressement productif qui s'intéresse moins à l'érection massive et durable d'énergies alternatives, le ministre fut-il en polo marin (en attendant le bonnet rouge du même fabricant... puis le béret de triste mémoire ?).

La surfacturation de certains élements de la filière ne fait pas de doute, mais aussi irresponsable est la non implication des personnes fiscalisées et votantes dans la région concernée, au moins celles là, dans la participation au capital via des SEM associant collectivités et particuliers ; mais il est vrai que quand on brade, on brade, en ne comprenant pas même que le meilleur endroit où garder le gaz de schiste à long terme c'est dans le sol, et que la meilleure énergie décarbonnée se trouve en mer pour les systèmes massifs et dans nos jardins, sur nos façades et nos toitures pour les moyens décentralisés (solaire thermique à très basses technologie sur principe Trombe...

Nos élus et fonctions publiques centrales d'Etat ou locales, ne sont vraiment pas bons ; et c'est grave.... Et inquiétant. Parce que le mouvement des bonnets rouges indique qui joue dans l'ombre pour récupérer, et là c'est bonnet brun.

BING | 27 novembre 2013 à 13h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…