En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Nature 2050 : le programme de CDC Biodiversité lance son premier chantier de restauration écologique

Biodiversité  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com

La réhabilitation d'une forêt cévenole à Saint-Jean-du-Gard (Gard) avec le collectif "Construisons ensemble la forêt de demain" sera le premier projet soutenu par le programme Nature 2050. Lancé en octobre 2016 par CDC Biodiversité, ce programme vise à restaurer des écosystèmes et à les adapter aux changements climatiques. Les actions sont basées sur des solutions naturelles car la résilience des écosystèmes est la meilleure façon de résister aux changements climatiques. Quatre types d'espaces sont particulièrement visés : les espaces forestiers et agricoles, les zones humides, les trames vertes et bleues, et la biodiversité urbaine.

Dans le Gard, le Collectif "Construisons ensemble la forêt de demain" propose un projet de reboisement de 24 hectares pour améliorer les connaissances sur l'adaptation du massif forestier cévenol et le développement de nouvelles méthodes de gestion des sols. La châtaigneraie cévenole, qui s'étend sur plus de 30.000 ha, est en grande partie dans un état de dépérissement très inquiétant. Ce territoire est devenu en partie très vulnérable à l'incendie à cause de l'embroussaillement et de la colonisation anarchique des pins maritimes. Le programme doit permettre de reboiser avec des essences autochtones mais aussi introduites pour favoriser la biodiversité (mellifères, médicinales, feuillus précieux et nourriciers ainsi que des essences mychorisées) et développer d'autres ressources afin de redynamiser le territoire.

Son budget de 300.000 euros sera financé par CDC biodiversité qui tire ces fonds des apports des entreprises, privées ou publiques, qui souhaitent "volontairement et concrètement agir pour les territoires où elles sont implantées et où vivent leurs clients et partenaires", explique CDC Biodiversité. Les contributeurs financent tous les projets, ce qui devrait permettre d'éviter les opérations de greenwashing. Dix-huit entreprises ou associations professionnelles, telles que AccorHotels, Transdev ou la Banque Postale Asset Management, se sont d'ores et déjà engagées dans le programme Nature 2050.

Réactions1 réaction à cet article

 

Etonnate démarche, une fois les ruraux qui ont bâti ces forêts et ces paysages éliminés par l'industrie agroalimentaire et les importations de pays esclavagistes, on demande au industriels de se cotiser pour remettre en état les territoires accaparés. Ces cotisations vont leur permettre de détruire ailleurs d'autres foréts. C'est bien pensé n'est ce pas.

ouragan | 06 janvier 2017 à 18h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager