En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Préserver la nature pour sauver le climat ?

Biodiversité  |    |  Déborah Paquet Actu-Environnement.com

L'agence régionale pour la nature et la biodiversité d'Ile-de-France, Natureparif, a publié une brochure qui vante les atouts de la préservation et la restauration de la nature pour atténuer et s'adapter au changement climatique. En 36 pages, l'agence, avec la participation de l'Agence de l'eau Seine-Normandie et du Groupement d'intérêt scientifique (GIS) Climat-Environnement-Santé, formule des propositions pour la Conférence climat de Paris (COP 21). Ces solutions sont divisées par milieu : la ville, l'agriculture et la forêt.

Concernant le milieu urbain, les auteurs proposent notamment de végétaliser les rues, places et bords de voirie pour réduire les îlots de chaleur et le stress hydrique, de diversifier les espaces verts urbains via une gestion écologique ou une non-gestion, et de développer l'agriculture urbaine et les trames vertes. Dans le milieu agricole, il s'agit, entre autres, d'encourager la diversification des cultures, de conserver ou rétablir des zones d'expansion des crues, et d'encourager le retour de l'élevage dans les fonds de vallées franciliennes et la polyculture-élevage. Enfin, concernant les forêts, la brochure propose de favoriser le mélange des essences, de préserver les milieux associés (clairières, landes, plans d'eau), ou encore de maintenir des îlots de vieillissement.

Les auteurs insistent sur l'importance de préserver et de restaurer les zones humides franciliennes, qui sont des écosystèmes particulièrement vulnérables au changement climatique. "Pour l'Ile-de-France, l'enjeu principal est de préserver les zones humides existantes et les milieux inondables associés (prairies humides, forêts alluviales) de toutes tailles (notamment les mares et mouillères forestières) et de limiter la gestion trop intensive de ces milieux : conversion en peupleraies, exploitation des forêts alluviales, destruction des ligneux colonisateurs et étrépage des tourbières, creusement des mares devenues non fonctionnelles, enlèvement des bois morts", conclut Natureparif.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager