En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

NDDL : Bruxelles clôt la procédure d'infraction contre la France

La Commission européenne a classé sans suite la procédure d'infraction visant Notre-Dame-des-Landes. Il semble que l'adoption du Scot de Nantes Saint-Nazaire ait répondu a ses interrogations sur les impacts environnementaux connexes.

Aménagement  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com

Jeudi 27 avril, la Commission européenne a classé sans suite la procédure d'infraction ouverte contre la France en 2014 concernant le projet controversé d'aéroport du Grand Ouest Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). Bruxelles s'interrogeait sur l'évaluation environnementale des impacts environnementaux du projet.

Cette décision, non commentée par l'exécutif européen, satisfait les partisans de l'aéroport. L'Association contre le survol de l'agglomération nantaise (ACSAN) et le Syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest (SMA) appellent tous deux le prochain gouvernement à lancer le début des travaux.

Evaluer l'ensemble des impacts environnementaux

Depuis 2009, la Commission européenne "suit de très près la manière dont les impacts cumulatifs du projet seront pris en compte", avait indiqué en 2013 Karl Falkenberg, le directeur général de l'environnement de la Commission. Début 2013, elle engage une procédure de précontentieux qui porte notamment sur l'absence de certaines évaluations d'impact environnemental. "Ce projet est un vrai millefeuille qui va à l'encontre de la directive "plans et programmes" qui prévoit qu'un tel projet fasse l'objet d'un seul et même dossier pour assurer sa clarté", explique à Actu-Environnement Sandrine Bélier, députée européenne EELV, au lendemain d'une rencontre avec la direction générale de l'environnement de la Commission européenne.

Dans le cadre de cette procédure précontentieuse, Bruxelles demande à deux reprises des informations aux autorités françaises compétentes concernant le respect des exigences prévues par la législation environnementale européenne. Concrètement, la Commission veut s'assurer du respect de la directive de 2001 relative à l'évaluation des incidences de certains plans et programmes sur l'environnement. Celle-ci impose d'évaluer les impacts environnementaux notables, y compris ceux associés aux effets secondaires et cumulatifs.

Un Scot pour régulariser la situation

En avril 2014, la Commission européenne n'est visiblement pas satisfaite des réponses apportées par les pouvoirs publics français : elle met en demeure la France. L'exécutif européen reproche aux autorités françaises de n'avoir pas mené, lors de la procédure d'autorisation, "une évaluation des effets synergiques et des impacts cumulés de l'ensemble des infrastructures du projet". Celle-ci "aurait dû être établie au moins avant la publication des arrêtés de décembre [2013, ndlr] qui permettent d'initier les travaux d'aménagement", expliquait la Commission européenne au site d'informations Presse Océan. Ces quatre arrêtés préfectoraux, relatifs à la loi sur l'eau et à la biodiversité, rendaient possible le démarrage des travaux, moyennant des mesures compensatoires des zones humides impactées.

Pour répondre à la mise en demeure de l'UE, les pouvoirs publics ont réalisé un document de synthèse environnementale qu'ils ont intégré au schéma de cohérence territoriale (Scot) métropolitain de Nantes Saint-Nazaire adopté le 9 décembre 2016. Celui-ci prévoit de "renforcer l'accessibilité du territoire", notamment grâce à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes et sa desserte routière. Selon le Syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest, la note transmise par les autorités françaises à la Commission européenne concluait qu'"avec l'adoption du SCoT, les autorités françaises considèrent avoir mis en œuvre les mesures nécessaires à éteindre les griefs figurant dans la mise en demeure du 16 avril 2014 et sollicitent donc le classement de l'infraction". Il semble que la Commission les ait entendues. A noter toutefois que la Confédération paysanne a déposé un recours contre le Scot devant le tribunal administratif de Nantes. Elle estime que le schéma ne permet pas de limiter la consommation des terres agricoles.

Réactions3 réactions à cet article

 

et la compensation très insuffisante des zones humides ?

Yec'hed mat | 02 mai 2017 à 07h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pour une fois qu'un scot servira à quelque chose!!

audaces | 02 mai 2017 à 11h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Rendez la terre a ceux qui nous nourrissent !
Quand on regarde en arrière. Quand on prend du recul et que l on comptabilise le nb d habitants sur Terre :8 milliards d humains. En cherchant le nombre d hectares disponible pour nous nourrir on tombe sur 4 milliards d hectares. Il faudrait 1 à 1.8 hectares par an et par humain pour manger normalement sans devoir nous résigner a manger des sauterelles. Il semble évident que ça ne soit pas tenable et inciterait les peuples a garder les terres restantes notamment proche des grands pôles urbains issus de la métropolisation. Sauf que dans l agitation permanente on fonce. Ca oui on va en marche vers un mur ! Il serait bien que l’on regarde en arrière pour constater les origines du déclin de bon nombre de civilisations avant nous ; qui n ont jamais su modérer le pillage des sols.

en veille | 02 mai 2017 à 13h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…