Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Pesticides néonicotinoïdes : l'Efsa approuve les dérogations d'utilisation d'urgence

La France et dix autres États européens ont délivré des dérogations d'urgence pour des néonicotinoïdes pourtant interdits. L'Autorité européenne de sûreté des aliments confirme leur pertinence, controversée, compte tenu de l'absence d'alternative.

Agroécologie  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com
Pesticides néonicotinoïdes : l'Efsa approuve les dérogations d'utilisation d'urgence

Le 18 novembre, l'Autorité européenne de sûreté des aliments (Efsa) a rendu les conclusions de son évaluation des dérogations d'urgence accordées par onze États-membres – dont la France – pour l'utilisation de produits phytosanitaires à base de néonicotinoïdes. Pour rappel, en novembre 2020, le Parlement français a adopté l'instauration de telles autorisations, jusqu'au 1er juillet 2023, uniquement pour l'emploi de semences de betteraves sucrières. L'objectif est de combattre le BYV, le virus de la jaunisse de la betterave. De nombreuses espèces de pucerons (de la famille des aphidoïdés), ciblés par les substances citées, en sont vecteurs.

Validation européenne des réautorisations d'urgence

« Dans les 17 cas (évalués), l'Efsa a conclu que les autorisations d'urgence étaient justifiées, soit parce qu'aucune méthode ou produit alternatif – chimique ou non chimique – n'était disponible, soit parce qu'il existait un risque que l'organisme nuisible développe une résistance aux produits alternatifs disponibles », indique l'Autorité européenne dans un communiqué. Cette dernière explique avoir abouti à cette conclusion à la lecture des évaluations scientifiques et des dossiers de dérogation délivrés par les autorités et ministères concernés, ainsi que la liste de « tous les produits pesticides disponibles autorisés sur leur territoire pour lutter contre cet organisme nuisible dans la betterave sucrière, (et) toutes les méthodes de lutte non insecticides disponibles » – y compris les recherches en cours concernant la lutte contre ces mêmes nuisibles.

 
L'Efsa fournit une analyse parcellaire qui omet les effets dévastateurs de ces pesticides sur les pollinisateurs et l'ensemble du vivant  
Pollinis
 
Plus spécifiquement, l'Efsa a évalué la pertinence, côté français, de l'utilisation d'urgence de deux néonicotinoïdes (l'imidaclopride et le thiaméthoxame) envers quatre espèces de pucerons vecteurs du BYV. Elle atteste qu'aucune « substance active alternative » autorisée en France n'existe pour traiter efficacement les semences de betterave contre le BYV. « Les applications par pulvérisation foliaire, dirigées contre les vecteurs aphidoïdés du BYV, ne peuvent être considérés comme une méthode alternative suffisante au traitement des semences, car elles ne contrôlent pas la prolifération des aphidoïdés », précise l'Efsa.

Les défauts d'une « analyse parcellaire »

L'association Pollinis, quant à elle, s'insurge de cette conclusion, qui valide « une politique déplorable », exploitant une « brèche dans la loi européenne » contournant l'interdiction des néonicotinoïdes de 2018. « En prenant en compte uniquement l'absence de solutions immédiates "aux organismes nuisibles évalués", l'Efsa fournit une analyse parcellaire qui omet les effets dévastateurs de ces pesticides sur les pollinisateurs et l'ensemble du vivant, signe l'ONG dans un communiqué. Risque qu'elle a pourtant elle-même pointé dans le cadre de l'interdiction de ces substances en Europe en 2018. »

 
Le boom de l'exportation des néonicotinoïdes Le 18 novembre, les associations Public Eye et Unearthed (l'organe investigateur de Greenpeace) ont publié une enquête dévoilant les quantités de produits phytosanitaires à base de néonicotinoïdes exportées par des États membres de l'Union européenne, dont la France, à travers le monde. Selon leurs chiffres, des 3 859 tonnes exportées entre le 1er septembre et le 31 décembre 2020, principalement vers le Brésil, la Russie et l'Ukraine, 702 concerneraient le thiaméthoxame, l'imidaclopride et la clothianidine, tous interdits en Europe. La France serait le deuxième pays exportateur de ces substances, derrière la Belgique.
 
Ajouté à cela, l'association Agir pour l'environnement a rapporté, en octobre dernier, des biais dans les données recueillies par le ministère de l'Agriculture sur la production des betteraves à sucre en amont de la délivrance des dites dérogations. Selon ses informations, sur 170 échantillons étudiés, 110 auraient été prélevés sur seulement 17 sites, « sélectionnés manifestement pour démontrer une menace importante ». De plus, 15 % des prélèvements ont eu lieu « dans des départements ne cultivant pas de betteraves mais faisant apparaître une menace potentielle ». L'ONG affirme donc qu'à « la lecture de ces documents, force est de constater que certains départements n'ont pas connu de baisses significatives de rendement justifiant l'utilisation d'insecticides "tueurs d'abeilles". »

Ces informations sont vouées à alimenter les recours déposés devant le Conseil d'État, notamment par Agir pour l'environnement, contre ces dérogations d'urgence. Par ailleurs, Pollinis et l'association Notre Affaire à tous ont lancé, en septembre, une action en justice contre l'État français pour manquement à ses obligations de protection de la biodiversité, par réautorisation de tels pesticides.

Réactions1 réaction à cet article

 

L'Efsa a déjà largement démontré sa perméabilité aux exigences économiques des producteurs de pesticides (cf. les Monsanto Papers). Aussi, en quoi son avis favorable sur les dérogations à l'interdiction du recours aux néonicotinoïdes reflèterait-il une quelconque indépendance de vue en la matière et apporterait la moindre garantie sanitaire au citoyen et consommateur européen qu'elle est censée protéger ?
La proximité idéologique de nombre de nos dirigeants européens avec les grandes entreprises toxiques met à mal l'idée même de fonctionnement démocratique et transparent des institutions européennes et c'est impardonnable. On vient de le constater une fois encore avec l'adoption d'une nouvelle PAC pro-lobbies de l'agrochimie.
Il est grand temps pour l'UE d'ériger une véritable barrière sanitaire autour d'elles afin qu'elles fonctionnent conformément à leurs missions et objectifs.

Pégase | 24 novembre 2021 à 17h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Kartotrak, logiciel pour la caractérisation des sites et sols pollués Geovariances