En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Néonicotinoïdes : l'autorisation du thiaclopride n'est pas renouvelée

Agroécologie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

La Commission européenne a décidé, lundi 13 janvier, de ne pas renouveler l'approbation du thiaclopride, appartenant à la famille des néonicotinoïdes. « L'avis scientifique de l'EFSA [Autorité européenne de sécurité des aliments] est clair : l'utilisation de ce pesticide pose problème sur le plan environnemental, en raison notamment de son incidence sur les eaux souterraines, mais aussi pour la santé humaine en raison de sa toxicité pour la reproduction », explique la commissaire à la santé et la sécurité alimentaire, Stella Kyriakides. Le règlement adopté sera publié au Journal officiel de l'Union européenne dans les prochains jours, précise le communiqué. La France a déjà interdit l'usage du thiaclopride et de quatre autres néonicotinoïdes en 2018.

Par ailleurs, la Commission européenne a confirmé, le 10 janvier, le non-renouvellement de l'approbation de deux pesticides, le chlorpyrifos et le chlorpyrifos-methyl, « suite à la confirmation, par l'EFSA, d'effets nocifs sur la santé humaine, en particulier la génotoxicité et des effets neurotoxiques pour le développement ». Les règlements entérinant ces décisions seront prochainement publiés.

Réactions1 réaction à cet article

 

Un autre pesticide interdit en Europe, fort bien. C'est une bonne nouvelle. Mais il est tout de même curieux que les instances délivrant les AMM ne se soient pas aperçu plus tôt des effets nocifs de ces produits qui sont conçus pour bloquer ou invalider certaines fonctions vitales d'organismes vivants... Une remise à plat des protocoles de délivrance des AMM et de l'indépendance des agences officielles est aussi indispensable qu'urgente.
Et quid de l'autorisation de cette molécule ailleurs qu'en Europe, notamment en Afrique, continent très apprécié des labos qui recherchent désespérément des débouchés à leurs produits interdits ?
Question subsidiaire : par quelle autre chimère cette molécule toxique est-elle remplacée en Europe ?

Pégase | 14 janvier 2020 à 12h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager