En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Nettoyage des boues rouges en Hongrie : beaucoup reste à faire

Près de trois mois après la rupture d'une digue et le déversement de plusieurs tonnes de déchets toxiques en Hongrie, le gouvernement a décidé de prolonger l'état d'urgence. Une enquête de l'association Robin des Bois témoigne des dégâts occasionnés.

Déchets  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com
Nettoyage des boues rouges en Hongrie : beaucoup reste à faire

Alors que la Hongrie s'apprête à prendre la tête de l'Union européenne le 1er janvier prochain, le nettoyage des 5.000 ha sur lesquels se sont déversées quelque 700.000 tonnes de déchets toxiques (boues rouges) en octobre dernier se poursuit. L'état d'urgence a été prolongé jusqu'au 31 mars 2011 vu l'ampleur des dégâts.

Selon le ministre de l'Intérieur Sandor Pintér, cette prolongation de trois mois est nécessaire surtout à cause des conditions météorologiques. "L'hiver très humide a ralenti les travaux de nettoyage, de reconstruction, ainsi que les travaux de protection en cours pour protéger les lieux d'autres catastrophes éventuelles", a-t-il déclaré selon l'AFP.

Selon l'association Robin des Bois, qui s'est rendue sur place en novembre et vient de publier un rapport complet sur la gestion de la crise, le nettoyage est en effet loin d'être terminé. Si les routes ont été nettoyées, les fossés curés et les ponts reconstruits, de nombreux déchets gisent encore dans les villages et la campagne environnante. "Des accumulations de boues mêlées à des déchets divers se sont formées et n'ont pas toutes été collectées un mois et demi après la catastrophe", relate l'association dans son rapport. Les opérations de dépollution à l'extérieur sont en effet conditionnées par la météo. Poste de télévision, bouteilles plastiques, produits chimiques, véhicules hors d'usage, les déchets sont variés et présents loin en aval de la catastrophe.

 
Retour sur l'accident Le 4 octobre 2010 à 13h30, la digue ouest de la décharge en exploitation de Magyar Alumínium ZRt – MAL (Aluminium Hongrois Co.) rompt et laisse dévaler quelques 700.000 m3 de boues rouges issues du traitement de la bauxite faisant 10 morts et de nombreux blessés. Au moins 7 communes ont été et près de 5.000 ha dont 2 sites Natura 2000.
Résidus de l'extraction d'alumine à partir du traitement de la bauxite, ces boues rouges contiennent de la soude caustique, du fer, de l'alumine, du silicium, du sodium, du calcium, du titane, du manganèse, du vanadium, du chrome hexavalent, du plomb et du cadmium. Le cumul de tous ces métaux et minéraux fait des boues rouges un déchet toxique pour la faune aquatique, les animaux domestiques et d'élevage.
 
En ce qui concerne les terres agricoles contaminées, le gouvernement hongrois prévoyait d'excaver près de 1.000 ha de sols sur 30 cm de hauteur. Pour les parcelles où la couche de boues n'excède pas 3 cm, un agent neutralisant la réaction alcaline de ces déchets toxiques pourrait être épandu. "Ici et là, des essais d'épandage de résidus de charbon ou de lignite sur les boues rouges semblent déjà avoir été effectués", note Robins des Bois. Mais le décapage des terres agricoles n'est pas encore programmé. "Il n'y aura de toute façon pas de culture l'année prochaine et les cultures ou plantations ultérieures seront non vivrières", remarque l'association. Certains experts préconisent la plantation de cultures destinées à la filière bois énergie comme les saules, peupliers ou acacias mais aucune décision n'avait encore été prise fin novembre. L'Etat hongrois a proposé aux propriétaires de racheter les parcelles contaminées ou de les échanger avec des parcelles intactes. Les agriculteurs peuvent également choisir de garder leurs parcelles mais s'engagent à ne pas faire de cultures vivrières pendant 10 ans.

Robin des Bois constate par ailleurs que la rivière Torna dont la vallée à servit de lit à la coulée de boues rouges continue d'accueillir les eaux pluviales et de nettoyages des villages qu'elle traverse. En aval, les équipes de nettoyage continuent d'épandre du gypse pour faire baisser le pH de l'eau et il faut aller jusqu'à 70 km en aval de l'accident pour voir disparaître les traces de gypse ou de boue rouge. L'association a également constaté la mort de la faune et la flore contaminée.

Forte de ses observations, l'association a transmis son rapport et ses recommandations aux autorités hongroises et aux instances européennes. Robin des Bois s'inquiète tout particulièrement des conditions de stockage des déchets et du manque d'infrastructures adaptées. Elle recommande également le maintien de la surveillance de la qualité de l'eau, de l'air, des denrées alimentaires sur une longue période même si elle estime que le gouvernement hongrois ne fait pas preuve de transparence en la matière : "seules les organisations préalablement accréditées par le gouvernement hongrois sont autorisées à effectuer des mesures de suivi et des prélèvements, ceci pour 'éliminer les résultats de mesure non authentifiés et informer la population sur la base d'informations fiables et précises' ", explique l'association. "Cette tentative de mainmise sur l'information n'est pas admissible dans un pays de l'Union Européenne. Elle est d'autant plus regrettable que les informations diffusées par le gouvernement hongrois sont partielles, arbitraires et manquent d'actualisations", ajoute-t-elle.

À l'échelle européenne, l'association prône l'élaboration de plans d'information préventive pour les populations et les acteurs économiques potentiellement soumis à des risques de coulées de boues et de submersion dues à des ruptures de digues et demande, notamment, la rédaction d'une directive européenne sur la gestion des déchets après des catastrophes industrielles et/ou naturelles.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…