En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Nicolas Hulot annonce jusqu'à 17 réacteurs nucléaires qui pourraient fermer

Pour Nicolas Hulot, jusqu'à 17 réacteurs nucléaires pourraient fermer d'ici 2025, pour ramener à 50% la part de l'atome dans la production d'électricité. C'est la "première fois" qu'un ministre avance un chiffre, salue Greenpeace.

Energie  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Interviewé sur RTL, le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot a annoncé ce lundi 10 juillet que la  France pourrait fermer "jusqu'à 17 réacteurs" pour atteindre l'objectif de réduire à 50% la part du nucléaire dans la production d'électricité d'ici 2025, prévu par la loi de transition énergétique.

Dans son Plan climat, présenté le 6 juillet, le ministre a réaffirmé cet objectif mais essuyé les critiques des ONG environnementales l'appelant à "décider dès maintenant des réacteurs à fermer" tandis que des élus politiques  pointaient aussi "le flou" sur cette question. Nicolas Hulot avait également indiqué qu'il allait entamer des travaux en vue de planifier la "fermeture de certains réacteurs", se basant sur des critères de sécurité, sociaux mais aussi économiques.

"Ce sera peut-être jusqu'à 17 réacteurs, il faut qu'on regarde", a déclaré ce lundi le ministre sans apporter davantage de précisions. "Je vais planifier cette transition, et si nous voulons atteindre cet objectif, eh bien mécaniquement à mesure que nous allons baisser notre consommation et diversifier notre production, on va fermer un certain nombre de réacteurs", a-t-il ajouté.

17 à 20 réacteurs à fermer en 2025, selon la Cour des comptes

La France compte actuellement 58 réacteurs répartis dans 19 centrales. Emmanuel Macron avait déjà confirmé, durant sa campagne, la fermeture de la doyenne des centrales Fessenheim, pris par décret en avril dernier par l'ex ministre de l'Environnement Ségolène Royal. Cette fermeture interviendra quand l'EPR de Flamanville sera mis en service, avant le 11 avril 2020. Le Président de la République avait également assuré qu'il serait attentif aux emplois impactés. Les élus alsaciens et les syndicats ont saisi le Conseil d'Etat contre ce décret.

" Ne boudons pas notre plaisir, c'est la première fois qu'un ministre avance un chiffre. Maintenant, [il faut] faire face aux lobbies et passer à l'acte !", s'est félicité, sur twitter, Jean-François Julliard, directeur général de l'ONG Greenpeace France.

La Cour des comptes avait estimé, en février 2016, que de 17 à 20 réacteurs devraient être fermés pour respecter l'objectif des 50% en 2025. De leur côté, les ONG tablent sur la fermeture de cinq à huit réacteurs nucléaires d'ici 2018, et 19 à 23 d'ici 2023, pour respecter cet objectif. L'association négaWatt a également salué, sur twitter, "une annonce proche de [son] scénario qui envisage 20 réacteurs nucléaires fermés d'ici 2022" et a appelé à "anticiper dès maintenant les reconversions".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…