En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Nitrates : la France plaide pour une révision de la réglementation européenne

Agroécologie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

Samedi, à l'occasion d'un déplacement en Gironde auprès d'agriculteurs, le Premier ministre a indiqué que la France plaiderait pour une remise à plat de la réglementation européenne relative à la protection des eaux contre la pollution par les nitrates à partir de sources agricoles (directive 91/676/CEE). Le 4 septembre, la Cour de justice de l'Union européenne condamnait pour la deuxième fois la France pour sa mise en œuvre incomplète de la directive nitrates.

"Nous travaillerons à une adaptation de cette directive nitrates dont l'approche normative a clairement montré ses limites", a déclaré Manuel Valls. Le gouvernement veut lancer de nouvelles études scientifiques sur le sujet, afin d'appuyer sa demande de révision auprès de Bruxelles.

"Plutôt que de prendre le problème des nitrates à bras le corps, il semblerait que le gouvernement cède à la tentation de relâcher les normes", regrettent Julien Bayou et Sandrine Rousseau, porte-paroles d'Europe Ecologie les Verts, dans un communiqué. Ils rappellent que "malgré cinq programmes d'action depuis 1991 et la mise en place de la Directive nitrates, la pollution des eaux souterraines et de surface augmente dans de nombreuses régions françaises conduisant même à la fermeture de captages d'eau potable devenue impropre à la consommation". Ce qui coûterait chaque année de 1 à 1,5 milliard d'euros…

Réactions33 réactions à cet article

 

C'est scandaleux!!! Ce gouvernement aux ordres de la fNSEA et du MEDEF n'en fini pas de faire l'inverse de ce pourquoi il a été élu. donner le blanc seing aux pollueurs est une honte. N'oubliez pas citoyens que l'on discute ici de votre santé et de l'eau que vous buvez quotidiennement. Il n'est même plus question de protection des milieux aquatiques. ça va mal finir...

pierre | 08 septembre 2014 à 15h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce serait une riche idée de réviser les bases scientifiques de la problématique des nitrates et de la santé avant de monter sur ses grands chevaux.

Quant à la FNSEA et au MEDEF, ce sont des organisations fort respectables qui représentent les acteurs qui font tourner l'économie de notre pays. Tout le monde n'a pas le privilège d'être fonctionnaire.

Mais ne vous inquiétez pas, nous sommes sauvés : « Ségolène Royal veut faire de la lutte contre les nitrates et les pesticides une priorité » (billet du 23 juillet dernier)

Wackes Seppi | 08 septembre 2014 à 19h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mr Valls propose de casser le thermomètre !
Tout pour les entreprises agricoles ou autres...
Tant pis pour la santé et la nature.
Vivement les prochaines élections que ce gouvernement soit mis en l'air.
Cela ne pourra être pire en matière environnementale !
Au fait que fait EELV ?
Encore du sociétal dans doute !

jms | 09 septembre 2014 à 08h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ca montre bien les limites d'une politique reglementaire drastic en zones vulnérables. Résultats faible pour des dépenses maximum pour l'etat, l'europe et les agriculteurs. D'ailleurs, les nitrates sont ils réellement dangereux pour la santé? Question que l'on voit de plus en plus dans les medias...
Quand au discours "agriculteur/pollueur!" merci d'être un peut moins "mouton" et "bête" et de commencer à réfléchir et allez sur le terrain.

kathar | 09 septembre 2014 à 10h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les nitrates n'étant ni nocifs pour la santé ni nuisibles pour l'environnement il faut tout simplement abroger la directive "nitrates".

Laurent Berthod | 09 septembre 2014 à 10h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A tous les donneurs de leçons issus très certainement du sérail agricole, je ne suis pas fonctionnaire,par contre je connais les impacts de l'eutrophisation et des phénomènes épisodiques ou chroniques d'anoxie. Quand aux cyanobactéries je veux bien vous conduire sur le terrain (comme vous le dites) histoire de vous faire "tester" quelques cours d'eau. Vous avez parlé de moutons c'est ça??? behhhhhh tocard

pierre | 09 septembre 2014 à 13h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

pour relativiser la portée objective de certains commentaires je vous conseille vivement la lecture du blog de Laurent Berthod

pierre | 09 septembre 2014 à 14h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci de conseiller la lecture de mon blog.

NB1 J'attends des réfutations étayées de votre part.
NB2 Merci de vos insultes sur Twitter. Elles m’honorent.

Laurent Berthod | 09 septembre 2014 à 14h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

si pour vous les phénomènes d'Eutrophisation et les cyanobactéries ne sont pas dangereux, je ne peut effectivement pas grand chose.

pierre | 09 septembre 2014 à 14h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

D'accord avec Pierre!!! A bas les paysans qui polluent nos terres. Tous le monde sait que les nitrates sont extrêmement dangereux pour la santé, voir mortel. On ne parlera pas de l'impact sur le milieu naturelle avec leurs pratiques.
Vive l'agriculture à échelle familiale et la bio dynamie!!!

GreenPower | 09 septembre 2014 à 16h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'aurais voulu faire une parodie de la sottise écolo j'aurais pas fait mieux que le message de GrenPower !

Laurent Berthod | 09 septembre 2014 à 18h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Vous les connaissez les causes de l'eutrophisation des milieux aquatiques ? Non, vous répétez ce que vous lisez dans le journal et entendez à la télé.

Et les cyanobactéries vous savez quel rôle elles jouent dans l'eutrophisation ? Visiblement pas. Elle fixent l'azote de l'air et le fournissent au milieu aquatique dès que les conditions sont favorables au développement des ulves, en l'absence de nitrates de quelque autre origine que ce soit. Impossible donc de maîtriser la prolifération des ulves par la maîtrise des apports des nitrates : s'il n'y en a pas, ce sont les cyanobactéries qui les apportent. Le seul facteur de maîtrise c'est les phosphates (s'ils sont eux-mêmes maitrisables, ce qui n'est pas forcément toujours le cas).

Laurent Berthod | 09 septembre 2014 à 18h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quand LB s'ennuie, il se prend pour un révolutionnaire luttant contre la dictature écologiste! un petit peu d'adrénaline ça ne peut pas faire de mal, sa prochaine cible? le journal de Mickey ?

lio | 09 septembre 2014 à 20h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Depuis quand les nitrates ne sont pas dangereux pour l'environnement et la santé ? Des milieux aquatiques riches en biodiversité disparaissent littéralement à cause de ça. Et l'eau potable ? il me semble que ce serait utile qu'elle le reste...

C'est inadmissible que le gouvernement cède ainsi à la pression des lobbys. Quand un polluant dépasse la norme, on réduit la norme plutôt que de résoudre le problème de pollution... merveilleux raisonnement ! d'une simplicité et d'une absurdité déconcertantes...

B&B | 09 septembre 2014 à 20h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le problème de la norme de "potabilité" est qu'elle a été fixée arbitrairement. Vous remarquerez aussi qu'avant 1992 l'eau était parfaitement saine. Pourquoi? parceque ceux qui prennaient les mesures se plantaient dans les calculs. Est ce que avant 1992 il y avait plus de malades? Les gens ressemblait il a des Shtroumph? Non. Une chose est sur par contre, depuis 92, les exploitations agricoles se sont mises en conformité au niveau des stockages (je suis dexelliste), se sont modernisées au niveau des outils et ont en zone vlunérable des Plan de fumure, cahier d'épandage et Plan d'épandage. Le résultat? Des améliorations faibles sur le milieu. La leçon a retenir? On c'est peut être trompé de cible et avons "gaspillés" du temps et de l'argent.

kathar | 10 septembre 2014 à 10h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'ajouterais aussi que le business de l'eau minérale est pas mal et profite au plus grand (Nestlé?). Vous pouvez regarder un extrait de Franck Lepage à propos de l'eau en bouteille.

kathar | 10 septembre 2014 à 10h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Monsieur Berthot, votre argumentaire est bien connu et tellement redondant avec la propagande de la FNSEA " prouvez que c'est nous les responsables" mais votre argumentaire, même "technique" ne tient pas.Vous dites que les cyanos captent l'azote de l'air pour le fournir aux milieux aquatique, ceci est vrai, au détail près que ce captage intervient uniquement lorsque le milieux aquatique est dépourvu d'azote...

pierre | 10 septembre 2014 à 11h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"...ceci est vrai, au détail près que ce captage intervient uniquement lorsque le milieux aquatique est dépourvu d'azote..."

C'est justement ce qui fait que l'on ne peut maîtriser la prolifération algale par la maîtrise des nitrates puisque, même en leur absence, les ulves trouveront l'azote nécessaire à leur développement.

Il y en a qui la logique échappe. Pas grave, ça permet de continuer à adhérer à ses croyances..

Laurent Berthod | 10 septembre 2014 à 12h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bien sûr!!! nous avons donc à faire à des générations spontanées de cyanobactéries qui pullulent dans les masses d'eau grâce à l'azote de l'air... bon j'arrête de perdre mon temps avec vous, les lecteurs se feront leur propre opinion sur la question.

pierre | 10 septembre 2014 à 13h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ben, pour se permettre d'être désagréable il faut avoir les connaissances requises et ne pas raisonner bancale. Les cyanobactéries des milieux aquatique fixent et utilisent l'azote de l'air pour leur propre développement et elles n'ont besoin d'aucune autre source d'azote pour cela. Elles restituent ultérieurement tout ou partie de cet azote au milieu aquatique.

Vous confondez la génération spontanée, qui n'existe pas, et l'autotrophie, qualité bien réelle de certains organismes vivants. Vous avez le niveau SVT de troisième... et encore !

Laurent Berthod | 10 septembre 2014 à 18h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

« votre argumentaire est bien connu et tellement redondant avec la propagande de la FNSEA ».

(pierre, 10 septembre 2014 à 11h57)

Cela s'appelle un sophisme du discrédit par association. Ça marche chez ceux, malheureusement nombreux en France, qui ont perdu le sens des réalités et oublié que l'agriculture, la vraie, celle qui les nourrit. Et qui s'imaginent – bien aidés en cela par des médias complaisants envers la chienlit – que la FNSEA ne représente qu'une partie du monde agricole en pratiquant l'exclusion d'une partie de ce monde.

Quand on voit écrit « A bas les paysans qui polluent nos terres » (un certain « GreenPower »), les adultes d'aujourd'hui et surtout les enfants ont de très gros soucis à se faire. Mais ne perdons pas espoir : il restera l'aide alimentaire internationale.

« Ben, pour se permettre d'être désagréable il faut avoir les connaissances requises et ne pas raisonner bancale. »

Laurent Berthod, 10 septembre 2014 à 18h24)

Ben non ! Justement pas !

Wackes Seppi | 11 septembre 2014 à 14h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"du discrédit par association" je suis bien content de vous entendre dire que la FNSEA se discrédite par son argumentaire! que la FNSEA fasse de la propagande, c'est son job, que cette propagande soit digne de crédit, c'est réellement autre chose...

pierre | 11 septembre 2014 à 16h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On a visiblement affaire à un cas lourd ! Très lourd !

Wackes Seppi | 11 septembre 2014 à 16h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ne soyez pas si dur avec vous même!

pierre | 11 septembre 2014 à 17h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

1er) Pourquoi un assouplissement des contrôles PAC cette année concernant les cahiers de fertilisation alors que ce n'était pas demandé, semble-t-il, par les agriculteurs et que cela peut se traduire par un dépassement local des seuils limites en azote. En gros, peu importe que vous mettiez 1 tonne d'engrais azoté sur ½ ha à côté du cours d'eau, du moment qu'il s'agit d'une parcelle de plusieurs hectares, le seuil limite, calculé par rapport à la superficie totale, ne sera pas dépassé...

2ème) Il est contrôlé seulement ce que les agriculteurs veulent bien avoir écrit sur leurs cahiers de fertilisation. C'est du simple contrôle de déclaratif. Aucun contrôle de documents certifiés comme des factures. Même les agriculteurs s'en étonnent quand on voit comment le sujet est au cœur de l'actualité.

3ème) Le vrai souci n'est pas les seuils en azote, qui sont rarement dépassés, mais la faiblesse des bandes tampons le long des cours d'eau. Règlementairement, il est demandé 10 mètres alors que scientifiquement il a été prouvé qu'elles ne sont efficaces qu'à partir de 20 mètres de couvert végétal.

Gaet | 11 septembre 2014 à 18h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pierre, ou l'art de la rhétorique Shadok portée à incandescence. Point barre.

Laurent Berthod | 11 septembre 2014 à 22h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

et ils pompaient, pompaient...
sans rancune Laurent, bises

pierre | 12 septembre 2014 à 09h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Gaet: il existe tout simplement les contrôles directive nitrate qui vont jusqu'au factures en cas de doute sur le déclaratif.
Ensuite le minimum obligatoire des bandes tampons est de 5m et non 10m. J'ai toujours entendu dire qu'elles étaient jugés éfficaces. Avez vous un nom de l’étude cité svp?

Pour votre 1er point, quel est l'intérêt d'un agri de fertiliser qu'a un seul endroit? On raisonne bien à la parcelle et des matériels de modulation de dose avec report de mesures sattelites ou drone voir par relevé directe par camera commence à se rependre.

Kathar | 12 septembre 2014 à 10h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mettre un industriel à la tête d'un syndicat en majeur partie composé de petits paysans, chercher l'erreur, c'est du masochisme ou de la bêtise
LB, WS, kathar, il n'y a plus que des pollueurs sur ce site, ou bien, je crois que je vais reprendre une petite dose de nitrates puisque c'est bon pour la santé, trop fort LB

lio | 13 septembre 2014 à 15h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les sarcasmes de Lio ne peuvent rien contre les vérités scientifiques. Lio c'est l’écologiste à l'état pur : croyance, inculture scientifique, idéologie, militantisme borné... qui ne cherche surtout pas à actualiser ses connaissances, si connaissances il a jamais eues, car cela risquerait de lui faire perdre la foi.

Laurent Berthod | 15 septembre 2014 à 10h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Sinon Lio vous savez commenté de manière pertinente des articles ou vous êtes limité(e) à tout le temps contester et attaquer les autres sans amener de nouveaux arguments techniques?

Kathar | 15 septembre 2014 à 13h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

« Les sarcasmes de Lio... »

Je pense que vous lui faites trop d'honneur, M. Berthod.

Mme Lio ne sait pas – car ses lectures sont à sens unique – que M. Xavier Beulin a arrêté ses études à 17 ans pour « monter sur le tracteur » – lire : bosser sur la ferme et la faire tourner – au décès de son père.

Un industriel ? M. Beulin fait partie de ces agriculteurs dynamiques et visionnaires qui ont décidé de s'investir aussi dans l'aval pour développer et valoriser leurs productions et s'approprier une partie de la plus-value qui, autrement, leur échappe.

Un fils de bobo qui aurait mal tourné à 17 ans et aurait eu un parcours similaire à celui de M. Beulin – avec les sous, les appuis et le carnet d'adresses de papa il va de soi – serait adulé par la bobosphère. Mais voilà... Xavier Beulin n'est pas fils de bobo ; c'est même un « plouc »  ; et il est président de la FNSEA.

Une démarche d'extension des activités vers l'aval par des agriculteurs correspondant au profil idéalisé de la bien-pensance serait vantée. Mais voilà, Sofiprotéol est l'émanation de groupements de cette agriculture qui nous nourrit et que la bobosphère adore détester.

Wackes Seppi | 15 septembre 2014 à 13h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ah ! J'ai failli oublier !

« Mettre un industriel à la tête d'un syndicat en majeur partie composé de petits paysans, chercher l'erreur, c'est du masochisme ou de la bêtise » ?

C'est bien connu ! Les agriculteurs – surtout ceux qui sont syndiqués à la FNSEA – qu'est-ce qu'ils peuvent être bêtes ! Et ils sont tellement masochistes qu'ils l'ont réélu.

Wackes Seppi | 15 septembre 2014 à 14h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…