Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Nitrates : ne pas confondre chambres d'agriculture et syndicats agricoles

Agroécologie  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Les chambres d'agriculture sont des organismes distincts des syndicats agricoles, rappelle le Conseil d'État dans une décision du 30 décembre 2020. Et le fait que ceux-ci soient représentés au sein des chambres d'agriculture ne permet pas de les assimiler à ces dernières pour la mise en œuvre de la procédure de concertation préalable à l'adoption d'un arrêté de délimitation des zones vulnérables aux pollutions par les nitrates.

L'article R. 211-77 du code de l'environnement prévoit que la procédure d'élaboration de ces arrêtés comporte une phase d'élaboration d'un projet en concertation avec les acteurs énumérés, dont les organisations professionnelles agricoles. Il prévoit ensuite une phase de consultation portant sur le projet de délimitation des zones vulnérables, qui doit être effectuée auprès des personnes publiques et organismes énumérés, dont les chambres régionales d'agriculture.

En l'espèce, le Conseil d'État a donné raison à une série de requérants, communes, syndicats agricoles (FDSEA, Jeunes agriculteurs, Coordination rurale) et chambres d'agriculture, qui avaient contesté l'arrêté du 14 mars 2015 du préfet de la région Rhône-Alpes. Cet arrêté avait délimité les zones vulnérables du bassin Rhône-Méditerranée-Corse. La cour administrative d'appel de Lyon avait estimé que l'absence de consultation des organisations professionnelles agricoles au cours de la phase de concertation les avait privées d'une garantie. Et que cette absence avait pu exercer une influence sur le sens de l'arrêté contesté.

Réactions2 réactions à cet article

 

La décision du Conseil d'Etat est parfaitement logique et compréhensible.
Mais il revient néanmoins aux chambres d'agriculture de témoigner au quotidien de cette indépendance. Or, actuellement, c'est bien la confusion des genres qui domine.
Réclamer, en justice si besoin, une affirmation de ses droits est parfaitement défendable. Mais user et abuser au quotidien de ces mêmes droits pour contourner ou écraser le débat public ne l'est plus du tout. Peut-être était-ce précisément ce que le préfet de région entendait, certes maladroitement, mettre en évidence... ?

Pégase | 04 janvier 2021 à 15h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il est notoire que la FNSEA domine la majorité des Chambres . Dire le contraire relève du jésuitisme politique .

sirius | 05 janvier 2021 à 11h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Série EZ : analyseurs d'eau en ligne multi-paramètres Hach®