Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Pollution plastique : No Plastic In My Sea présente ses recommandations

Déchets  |    |  F. Bénard

Alors que le Gouvernement doit statuer en 2023 sur le déploiement de dispositifs de consignes, l'association No Plastic In My Sea et ses partenaires Réseau Consigne, Réseau Vrac et l'Institut du commerce publient un rapport contenant 12 recommandations pour transformer les modes de production et de distribution et renforcer la lutte contre la pollution plastique. Des mesures qui permettraient également, selon eux, d'accélérer l'application de la loi Agec (Antigaspillage pour une économie circulaire) de 2021.

En juin 2022, No Plastic In My Sea et six autres ONG avaient déjà envoyé des recommandations au ministre de la Transition écologique, poussant le Gouvernement à favoriser la consigne pour réemploi à celle pour recyclage, jugée insuffisante.

L'association revient donc sur le sujet des consignes et présente d'autres solutions aux emballages plastiques. Les 12 recommandations de ce nouveau rapport visent un grand nombre d'acteurs concernés par le sujet : producteurs, distributeurs, marques de grande consommation, collectivités locales, chaînes de restauration, gouvernement, éco-organismes, établissements recevant du public (ERP)… et tous les « secteurs concernés par l'obligation de 5 % de réemploi en 2023 » et par la pollution microplastique. Tous sont appelés à anticiper leurs obligations prévues par la loi Agec et à adopter rapidement des mesures.

No Plastic In My Sea plaide aussi pour l'instauration de « campagnes de communication massives » au même titre que celles sur le tri. Les entreprises et distributeurs sont, quant à eux, incités à développer l'écoconception, le vrac et la recharge, dont le déploiement serait facilité par un « signal prix favorable » en cette période d'inflation. Le rapport met également en avant les « deux angles morts de la pollution plastique » que sont les mégots et les déchets issus de la pêche, et le besoin d'une « réglementation plus ambitieuse » les concernant.

Enfin, les auteurs présentent 500 solutions recensées en France et à l'international : des « initiatives récentes, pour la plupart rentables, centrées sur la réduction de l'emballage, le réemploi et l'éco-innovation ». Une compilation de bonnes pratiques qui a le potentiel de devenir « la nouvelle norme », selon l'ONG.

RéactionsAucune réaction à cet article

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

Votre conseil en Droit des Déchets, des Pollutions et des Nuisances Green Law Avocat
Benne BT pour chariot télescopique GOUBARD