Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

EPR de Flamanville : trois nouvelles soudures posent problème

Trois nouvelles soudures ne respectent pas l'intégralité des exigences qui permettent de réduire sensiblement le risque de rupture. Or, si elles rompaient, la brèche serait plus importante qu'envisagé dans les études de sûreté.

Risques  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com
EPR de Flamanville : trois nouvelles soudures posent problème

Mardi 16 mars, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a annoncé la découverte d'un nouvel écart affectant le circuit primaire principal de l'EPR de Flamanville (Manche). Cette fois-ci, il s'agit d'un écart de conception concernant trois piquages du circu...

Réactions3 réactions à cet article

 

"application incomplète du référentiel d'étude" : qu'en termes technocratiques ces choses là sont dites, alors que le mot "défaut" suffirait amplement !
Un nouvel évènement montrant sans ambiguïté qu'EDF n'a pas les compétences requises pour assumer la complexité et la dangerosité de cette usine à gaz (radioactifs, tout de même...) qu'est un EPR.

Pégase | 18 mars 2021 à 10h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En clair, on change les règles du jeu en cours de partie : à ce petit jeu, il est évident qu'on trouvera toujours des failles. On peut difficilement là mettre en cause la réalisation initiale. Maintenant, les règles sont ce qu'elles sont, si le risque est avéré (et un vrai risque de sécurité, pas de sûreté, d'ordre purement administratif), il faut remédier au défaut. Juste espérer qu'un principe de réalisme finira par prévaloir : l'objectif de l'EPR n'est pas d'engraisser l'ASN. A quand la prise en compte de la chute de l'ISS ?

dmg | 21 mars 2021 à 09h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'apprécie particulièrement le " caractère hautement improbable de la rupture des équipements pour ne pas avoir à étudier l'ensemble des conséquences d'une rupture dans la démonstration de sûreté de l'installation ». Cela me, rappelle feu (pardon, "gloup !") le Titanic. Réputé insubmersible, le paquebot l'était… jusqu'à la preuve flagrante du contraire. En d'autres termes, s'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème (pcc les Shadocks).

Tonton Albert | 25 mars 2021 à 09h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil en Droit des Installations Classées Green Law Avocat