En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

“NDDL : la Commission nous a annoncé avoir engagé une procédure de précontentieux contre le projet d'aéroport”

Des recours ont été déposés devant le Parlement européen contre le projet aéroportuaire de Notre-Dame-des-Landes. L'instruction des dossiers a abouti mi-janvier à l'ouverture par la Commission européenne d'une procédure de précontentieux accélérée dans le cadre d'EU Pilot.

Interview  |  Aménagement  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com
   
“NDDL : la Commission nous a annoncé avoir engagé une procédure de précontentieux contre le projet d'aéroport”
Sandrine Bélier
Député européen EELV
   

Actu-environnement : Vous avez indiqué la semaine dernière que la Commission européenne avait ouvert une procédure de précontentieux à l'encontre de la France dans le dossier de Notre-Dame-des-Landes. Qu'en est-il ?

Sandrine Bélier : Des représentants associatifs à l'origine de recours à l'encontre du projet d'aéroport et moi même, en tant que député européen, avons rencontré la direction générale de l'Environnement de la Commission européenne la semaine dernière. Les représentants de l'exécutif nous ont annoncé d'emblée qu'ils ont engagé une procédure de précontentieux appelée EU Pilot.

Dans le cadre de cette procédure, la France dispose de 10 semaines pour répondre à la Commission et cette dernière dispose de 10 semaines pour étudier cette réponse et engager une procédure en manquement. La procédure ayant été engagée en janvier, le premier délai s'achèvera mi-avril et le second mi-juin.

AE : Sur quelles bases juridiques s'appuient ces recours ?

SB : Fin 2012 des associations ont ouvert des procédures devant la commission des Pétitions du Parlement européen. Elles visent le non-respect de plusieurs directives européennes dans différents volets du dossier du projet aéroportuaire de Notre-Dame-des-Landes. La Commission européenne en a retenu certaines relatives à quatre directives.

En matière d'eau, les questions concernent la directive cadre sur l'eau (DCE) et les mesures à prendre d'ici 2015 pour le rétablissement du bon état des masses d'eau. Sont aussi visés l'artificialisation des sols sur zone humide et l'absence de compensation.

La réglementation Natura 2000 est aussi visée, notamment parce que le projet menace 26 espèces d'intérêt communautaire listées en annexe de la directive Habitats. En France le Conseil national de protection de la nature (CNPN), rattaché au ministère de l'Ecologie, doit rendre un avis dans le cadre de l'étude technique en cours. Il semble que le CNPN étudie de quelle façon on pourrait déclasser certaines espèces, mais cela semble bien difficile puisqu'il y a beaucoup d'espèces de tritons qui sont liées aux zones humides. Or, on ne peut pas reconstituer leur habitat pour les déplacer.

Un autre point soulevé concerne le respect des textes communautaires sur l'évaluation environnementale qui encadrent les études d'impacts. Ici, deux arguments se distinguent parmi l'ensemble des moyens avancés. Tout d'abord, le dossier ne présente aucune alternative au projet d'aéroport, alors que différentes options doivent être envisagées pour que l'option la moins préjudiciable à l'environnement puisse être retenue. La participation du public n'est pas respectée puisqu'il n'y a pas de choix possible entre le projet et des alternatives. Ensuite, la question de l'indépendance de l'expertise a été soulevée. La direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal) a instruit le dossier et a procédé à l'évaluation environnementale. Elle est à la fois juge et partie.

Enfin, ce projet est un vrai millefeuille qui va à l'encontre de la directive Plans et Programmes qui prévoit qu'un tel projet fasse l'objet d'un seul et même dossier pour assurer sa clarté.

AE : Comment se déroule la procédure devant la commission des Pétitions du Parlement européen ?

SB : La dénomination "pétition" n'est pas forcément bien choisi car il évoque en France la notion d'une opposition à un projet soutenue par un certain nombre de citoyens. En réalité, il s'agit d'une procédure en précontentieux qui vise la résolution des conflits avant la saisine de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE).

Lorsqu'un citoyen, une association ou une partie-prenante estime que le droit européen n'est pas ou est mal appliqué, il peut saisir la commission des Pétitions du Parlement européen. En France, dans de telles situations on se tourne directement vers le pouvoir judiciaire, alors qu'en Europe le pouvoir législatif peut être saisi en amont au travers de la commission des Pétitions.

Une fois la commission des Pétitions saisie, elle reçoit le pétitionnaire et laisse ouverte ou clôt la pétition en fonction de la solidité des arguments. Si la pétition est recevable, le Parlement peut demander des compléments à l'entreprise ou l'Etat membre concerné, il peut enquêter sur place et, dans certains cas, il peut voter une résolution en plénière. Il s'agit donc avant tout d'un pouvoir de pression politique.

Pour instruire ces dossiers, le Parlement saisit la Commission européenne qui est garante de l'application du droit communautaire. Elle participe donc à la procédure d'audition et elle doit surtout agir rapidement pour répondre aux parlementaires en interrogeant directement l'entreprise ou l'Etat visé. C'est aussi l'un des intérêts de la démarche, puisque le dossier progresse plus rapidement.

AE : Qu'attendez-vous de cette procédure ?

SB : Cette procédure a démontré son efficacité. L'un des premiers cas que j'ai suivi en tant que parlementaire membre de la commission des Pétitions concernait des permis de construire accordés en zone Natura 2000 à Guérande en Loire-Atlantique. Face à cette procédure, le maire de la commune concernée a finalement retiré les permis de construire litigieux.

J'espère que dans le dossier de Notre-Dame-des-Landes nous n'irons pas jusqu'au contentieux et que l'Etat fera machine arrière en s'appuyant sur les arguments des pétitionnaires. Cette procédure lui offre l'occasion d'une sortie par le haut, quitte à ce qu'il se retranche derrière l'Europe qui l'empêche de mener à bien son projet.

Dans le dossier des algues vertes et du non respect de la directive Nitrates ce ne fut malheureusement pas le cas. Avant même le passage en commission des Pétitions le dossier a donné lieu à une procédure d'infraction devant la CJUE.

Réactions8 réactions à cet article

 

C'est pas avec ce genre d'intervention dans les affaires intérieures d'un État que la Commission va redonner confiance aux européens dans l'Europe !

Laurent Berthod | 27 février 2013 à 16h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Parfait, la voila l'occasion d'arrêter le projet sans être ridicule.

muscade | 27 février 2013 à 16h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est avec ce style d'intervention dans les affaires qui touchent l'air, l'eau , le respect de la nature que l'Europe prouve toute son utilité.

sirius | 27 février 2013 à 19h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ayrault n'attend peut-être qu'un "non" de Bruxelles pour abandonner ce projet coûteux et injustifié sans perdre la face.

Sagecol | 28 février 2013 à 06h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En tout cas, on voit enfin une pointe d'espoir dans ce projet ! Et ce serait trop bon que l'action citoyenne aka la pétition soit récompensée :-)

Caroclean | 28 février 2013 à 09h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Entièrement en accord avec sirius ..

Espérons que les socialistes de France sauront "se réfugier" derrière une décision européenne défavorable à l’aéroport de mr Ayrault.

Après tout cela est possible puisque ils sont coutumiers de ce procédé
qui leur permet de ne prendre leurs responsabilités .

Pour une fois la protection de la nature pourrait bénéficier de ce manque de courage politique (et qui n'est pas propre à ceux qui nous gouvernent en ce moment ! )

jms | 28 février 2013 à 10h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bravo,il faut arrêter ces projets inutiles qui font le fric de grosses sociétés privées

naphtes | 28 février 2013 à 14h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bravo Madame la jolie députée.
Je ne vote pas pour vous mais si vous arrêtez ce stupide projet, je vous applaudis sans réserve. Si vous pouviez faire de même pour quelques autres moulins envahissants...
Pour le reste, je rejoindrais plutôt Laurent dans sa dénonciation d'une trop grosse commission qui n'a aucune légitimité pour décider à notre place. Mais quand on peut l'utiliser, il ne faut pas se priver...

Albatros | 28 février 2013 à 18h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…