Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Les nouveaux DPE sont suspendus pour les logements construits avant 1975

Bâtiment  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Ce vendredi 24 septembre, le ministère chargé du Logement recommande aux diagnostiqueurs immobiliers de suspendre la réalisation de nouveaux diagnostics de performance énergétique (DPE) pour les logements datant d'avant 1975.

La Direction générale de l'aménagement, du logement et de la nature (DGALN), qui dépend du ministère, a annoncé cette suspension afin de « corriger les anomalies » constatées au sujet de la nouvelle méthode de calcul du DPE qui est entrée en vigueur le 1er juillet dernier.

Cette décision fait suite aux remontées des professionnels de l'immobilier qui dénoncent la fiabilité de ce nouveau DPE et pointent une augmentation des logements classés comme énergivores (F et G), assimilés à des passoires thermiques. Selon la loi Climat, en métropole, les logements F et G ne seront plus proposés respectivement à la location en 2028 et 2025. Or, depuis le nouveau DPE, « le nombre de logements F et G est en train de doubler », a alerté, le 17 septembre, Jean-Marc Torrollion, président de la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim). « Nous nous félicitons que nos alertes aient été entendues et accueillons avec soulagement la recommandation de suspendre l'édition des DPE sur les logements de cette période », a-t-il déclaré dans un communiqué.

La Fédération interprofessionnelle du diagnostic immobilier (Fidi) avait aussi pointé des couacs concernant les logiciels de calcul du nouveau DPE. « Le ministère acte aujourd'hui de la réalité de ce que lui expose la Fidi depuis plusieurs semaines », a salué également Lionel Janot, président de la Fidi.

Le ministère réunira le 4 octobre les professionnels du secteur (diagnostiqueurs, agences immobilières et éditeurs de logiciels). Il présentera à cette occasion un bilan des DPE réalisés depuis le 1er juillet, «détaillant les anomalies constatées et précisant les mesures correctrices». Ces mesures « seront de nature à garantir la qualité des DPE réalisés depuis le 1er juillet, sans frais supplémentaires pour les propriétaires immobiliers », a ajouté le ministère. « Vu les enjeux financiers pour tous les propriétaires, nous saluons également la décision de permettre cette correction et cette transition sans que cela n'impute un double coût pour les ménages », s'est également félicitée la Fnaim.

Réactions4 réactions à cet article

 

Bonjour,

Est-on certain qu'il s'agit d'une défaillance du logiciel, ne serait-ce pas une réalité difficile à accepter pour beaucoup du fait des implications financières et d'interdiction de location dans les prochaines années ?

Urbaniste | 27 septembre 2021 à 09h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cela vise uniquement à réduire le nombre de passoires thermiques afin de ne pas enrayer la spéculation immobilière, un non sens absolu. Revoir les modes de calculs est une bonne chose, mais la formation des diagnostiqueurs en serait une meilleure. Désastreux de constater que la population la plus précaire va devoir demeurer dans ces logements insalubres.

BJ50320 | 27 septembre 2021 à 10h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A mourir de rire pour ceux qui savent , de pleur pour les innocents:
"le ministère chargé du Logement recommande aux diagnostiqueurs immobiliers de suspendre la réalisation de nouveaux diagnostics de performance énergétique (DPE) pour les logements datant d'avant 1975",ah bon et on fait comment, on arrête toutes les ventes de ce type de logement?Car on ne peut pas vendre sans DPE!!!

Darwin | 27 septembre 2021 à 13h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je pense que là haut, ils se sont peut être aperçus qu'à force de parler de poubelles thermiques, ils ont mis en porte à faux préjudiciable les actuels possesseurs de maison construites avant 1975.
Pas forcément que les bailleurs, mais aussi les propriétaires occupants qui sont peut être amenés à vendre leur bien et qui se les font rabaisser "grave" par qu'elle est désormais en classe G, donc forcément un bien qui ne vaut plus rien. Merci quand même pour ceux qui ont bossé 40 ans pour se payer ce bien désormais classifié verrue.
Je le vois ici, on préfère abattre des maisons qui ont 60-80 ans.. pour un peu qu'il y ait 6-10 ares de terrain, on te colle à la place à mini collectif pseudo BBC, tout en électrique, tout beau en blanc et gris, pour 150.000 balles le F2 de 45m².... la densification et le BBC ont le dos large pour les promoteurs et les spéculateurs, c'est surtout une poule aux oeufs d'or.

nimb | 28 septembre 2021 à 10h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

EcomZen 2 / EcomLite 2 : stations connectées pour la surveillance de la QAI Pollutec 2021