En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Une nouvelle prime à la conversion des véhicules s'appliquera à compter du 3 août

À partir du lundi 3 août, un nouveau barème de la prime à la conversion des véhicules va prendre le relais de l'actuel dispositif exceptionnel. La prime « rétrofit » et la « surprime » de l'État restent maintenues.

Transport  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Une nouvelle prime à la conversion des véhicules s'appliquera à compter du 3 août

Le 25 juillet, le ministère de la Transition écologique a annoncé la nouvelle version de la prime à la conversion qui prendra la suite, dès le 3 août, du dispositif exceptionnel de prime appliqué depuis le 1er juin pour acheter un véhicule peu polluant.

Pour rappel : dans le cadre du plan de soutien à la filière automobile après la crise sanitaire, la prime à la conversion avait été élargie, le 1er juin, afin d'augmenter le nombre de bénéficiaires. Les critères d'éligibilité pour la mise au rebut avaient été assouplis, et les montants de l'aide avaient été augmentés pour l'ensemble des véhicules éligibles. Le plafond de revenu fiscal de référence par part permettant de bénéficier de la prime exceptionnelle avait été relevé de 13 489 à 18 000 euros. Le Gouvernement a réservé ce dispositif exceptionnel aux 200 000 premiers véhicules, neufs ou d'occasion.

Retour au barème de la prime d'avant le plan de soutien

Ces 200 000 primes à la conversion exceptionnelles ont trouvé preneur fin juillet, a indiqué le ministère dans un communiqué. À partir du 3 août, le barème de la prime à la conversion sera celui qui prévalait avant le plan de soutien exceptionnel.

Pour l'achat d'un véhicule électrique ou hybride rechargeable, le montant de la prime pourra aller jusqu'à 5 000 euros pour les particuliers dont le revenu fiscal de référence (RFR) est inférieur ou égal à 6 300 euros. Idem pour les « gros rouleurs » (plus de 12 000 km/an) dont le RFR est inférieur à 13 489 euros. Dans les autres cas, la prime sera limitée à 2 500 euros.

Afin de « permettre au plus grand nombre de ménages de bénéficier de cette mesure », resteront éligibles pour la mise au rebut tous les véhicules classés Crit'Air 3 ou plus anciens. Soit les véhicules essence immatriculés avant 2006 et les véhicules diesel immatriculés avant 2011. Pour les véhicules thermiques Crit'Air 1 ou 2, le dispositif ne s'appliquera qu'aux particuliers dont le RFR est inférieur à 13 489 euros. Le montant de la prime sera de 1 500 à 3 000 euros.

La prime « rétrofit » et la « surprime » restent maintenues

 
Afin de permettre au plus grand nombre de ménages de bénéficier de cette mesure, resteront éligibles pour la mise au rebut tous les véhicules classés Crit'Air 3 ou plus anciens.  
 
Un dispositif transitoire est prévu pour permettre aux véhicules éligibles commandés jusqu'au lundi 3 août de bénéficier encore du dispositif exceptionnel. « Un délai de 3 mois étant accordé pour la facturation du véhicule », a ajouté le ministère. Deux mesures introduites lors du plan de relance restent également d'actualité. Il s'agit de la prime au « rétrofit électrique » pour la transformation d'un moteur thermique en un moteur électrique. Elle sera éligible au même titre que l'achat d'un véhicule électrique.

La surprime de l'État est également maintenue avec un maximum de 1 000 euros, lorsque le bénéficiaire habite ou travaille dans une « zone à faible émission » (ZFE) et qu'une aide similaire a été accordée par la collectivité territoriale concernée.

« Depuis le début du quinquennat, ce sont plus de 800 000 primes à la conversion qui ont pu être délivrées », a précisé le ministère. Le nouveau dispositif doit permettre d'atteindre l'objectif d'un million de primes délivrées sur le quinquennat, fixé par le président de la République.

Réactions1 réaction à cet article

 

Un truc qu'il me faudra voir, quid d'une install au gpl?
D'office c'est automatiquement 40% de moins de co2 remplacée par de la vapeur d'eau, pas de particules, ni oxyde d'azote.
Une prime de 3000€ serait la bienvenue.
Pour l'électrique j'attend les Chinoises, plus jolies, mieux finies et abordables, à mon avis en 2022.
Actuellement les Chinois ont commencé avec l'équivalent sans permis électrique à 6000€ ( prix moyen 12000€), des scooters électriques à moins de 500€, donc on peut penser à l'équivalent de la citroën ce à 10000€ moins les primes 12/13000 de la Zoé avec 300 km.
Je sais nos constructeurs? Tout le monde n'a pas la cervelle de mr Musk qui propose un très haut de gamme technologiquement plus évolué au prix des hauts de gamme européens diésels ou essence.

pemmore | 29 juillet 2020 à 10h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager