En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

De nouvelles normes mondiales pour un développement urbain durable

197 pays ont adopté le nouvel Agenda urbain de l'ONU qui établit des normes mondiales, non contraignantes, pour les politiques de logement et de développement urbain durables à l'horizon 2030.

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

La troisième conférence des Nations unies Habitat III s'est clôturée le 20 octobre, à Quito (Equateur), par l'adoption, par 197 pays, du nouveau programme mondial de développement urbain durable pour les vingt prochaines années. Il s'inscrit dans le cadre des 17 Objectifs de développement durable (ODD) d'ici 2030 (ODD n°11 pour bâtir des villes durables), adoptés par l'ONU en septembre 2015.

Ce nouvel Agenda urbain "reflète la large participation des gouvernements et tous les acteurs urbains (…) et nous aidera à repenser la façon dont nous construisons, gérons et vivons dans les villes", s'est félicité le secrétaire général de l'ONU Ban-Ki-Moon. Il établit des normes mondiales non contraignantes visant à rendre "les villes plus inclusives, plus sûres, plus résilientes et plus durables", dans un contexte d'urbanisation rapide dans les pays en développement. Alors que plus de la moitié de la population mondiale est aujourd'hui citadine, ce chiffre devrait atteindre 66% d'ici à 2050. Une quinzaine de nouvelles méga-villes, dont la population dépasse 10 millions d'habitants, vont émerger.

Lutte contre la pauvreté urbaine et les risques climatiques

"Cet Agenda garantira que tout le monde puisse bénéficier de l'urbanisation, en accordant une attention particulière à ceux qui sont en situation de vulnérabilité", a déclaré Joan Clos, directeur exécutif du Programme des nations unies pour les établissements humains, ONU-Habitat. L'extension des villes a aussi un impact sur l'environnement et le changement climatique. Les villes du monde n'occupent que 3% de la surface de la Terre mais représentent 60 à 80% de la consommation mondiale d'énergie, et 75% des émissions carboniques, rappelle l'ONU. "Contrairement aux objectifs fixés pour lutter contre le changement climatique dans l'Accord de Paris sur le climat, le succès d'Habitat III dépendra de politiques plus complexes et nuancées, élaborées avant tout par les responsables politiques nationaux et locaux", a prévenu Joan Clos. "Nous devons mettre en œuvre ces engagements".

Le nouvel Agenda urbain engage les Etats à favoriser l'inclusion sociale et l'éradication de la pauvreté, la prospérité et les opportunités urbaines ainsi qu'un développement urbain respectueux de l'environnement et résilient. Il lance notamment un appel à l'égalité des chances, à renforcer la santé publique et à développer une mobilité et des logements durables et abordables. Il engage les Etats à mettre en œuvre une gestion de l'eau et des risques climatiques, à réduire les émissions carbone et la pollution atmosphérique en vertu de l'Accord sur le climat de Paris, à protéger et restaurer les écosystèmes ou encore à promouvoir les espaces publics verts et les modes de consommation et de production durables, etc.

Appel à la mobilisation des parties prenantes et de financements

Pour ce faire, l'Agenda plaide pour une meilleure gouvernance urbaine ainsi que davantage d'investissements. "Un cadre politique favorable est nécessaire aux niveaux national, sous-national et local. Des processus et des acteurs complémentaires, tels que la planification participative, les banques régionales de développement, la coordination de stratégies de développement urbain et rural ainsi que la coopération internationale, aideront à mettre en œuvre le nouvel Agenda urbain", souligne le texte. "Son succès" dépendra de la collaboration de tous les pays et de toutes les parties prenantes (société civile, secteur privé, communauté scientifique et universitaire, etc.)

La France salue "un consensus ambitieux"

La ministre du Logement Emmanuelle Cosse a salué l'adoption du nouvel Agenda urbain. "Nous avons trouvé un consensus sur un texte ambitieux. Il s'agira de le mettre en œuvre avec détermination. La France sera attentive à ce que les dépositaires du nouvel Agenda urbain montrent la voie de la collaboration, de la cohérence, et de la coopération entre agences, institutions financières et programmes", a déclaré la ministre à Quito. Mme Cosse a annoncé le lancement par l'Agence française de développement (AFD), en lien avec la Commission européenne, d'un programme pour accompagner 100 villes à travers le monde dans leur planification de projets urbains solidaires et durables. La France soutient également le réseau international d'agences d'urbanisme, lancé lors d'Habitat III, "qui permettra de proposer aux villes du monde qui le souhaitent une expertise et un accompagnement supplémentaire".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager