Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Nucléaire : Greenpeace s'introduit dans la centrale de Cattenom et tire un feu d'artifice

Risques  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com
Nucléaire : Greenpeace s'introduit dans la centrale de Cattenom et tire un feu d'artifice

Ce jeudi 12 octobre à 5h35, des militants de Greenpeace ont déclenché un feu d'artifice à proximité de la piscine d'entreposage du combustible usé de la centrale nucléaire de Cattenom (Moselle). Les militants se sont introduits "à l'intérieur du périmètre de la centrale nucléaire", indique l'association qui veut dénoncer avec cette action "la fragilité et l'accessibilité" des piscines de combustible du parc nucléaire français. A 7h40, l'Autorité de sûreté nucléaire a activé son centre d'urgence, suite au déclenchement par EDF du plan sûreté-protection de la centrale.

En début de semaine, l'ONG publiait un rapport selon lequel les piscines de combustible constituent le talon d'Achille des centrales nucléaires. Contrairement à la cuve et au circuit primaire, celles-ci n'ont pas été protégées par une enceinte de confinement lors de la construction des réacteurs. A l'époque, le risque terroriste n'était pas à l'ordre du jour. Greenpeace estime que la mise en sécurité de ces piscines constitue un ''problème prioritaire''.

Trois des quatre barrières

EDF confirme que des membres de Greenpeace se sont introduits sur le site. Mais l'entreprise précise que "les intrus sont toujours restés à l'extérieur des bâtiments et hors zone nucléaire". L'ASN évoque pour sa part "l'intrusion de plusieurs personnes de Greenpeace dans le périmètre extérieur de la centrale nucléaire". Greenpeace répond, photo à l'appui, que les militants "[étaient] dans la zone nucléaire et les gendarmes étaient coincés à l'extérieur de la centrale". Finalement, EDF publie un graphique illustrant l'intrusion des membres de Greenpeace. Ces derniers ont franchi trois des quatre barrières : la clôture du site, la zone d'accès contrôlée et la zone de protection contrôlée. Ils sont restés au seuil du bâtiment qui constitue la zone vitale.

Réactions2 réactions à cet article

 

Greenpeace joue là un jeu ignoble : ils savent qu'ils sont certainement repérés, il y a des dispositifs de surveillance autour des centrales évidemment, mais ils savent aussi qu'ils jouissent d'une totale impunité : que serait le déchaînement médiatique si par malheur un de leurs activistes était ne serait-ce que simplement légèrement molesté ?!

dmg | 12 octobre 2017 à 19h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Faut pas qu'ils se plaignent, un peu d'argent vite trouvé chez les anti atome.
Normalement ils auraient du tous faire un tour en cabane + le responsable, le commanditaire, ça aurait été normal.
Perso je suis tout autant pour qu'on démonte cette centrale puisque refroidie par une rivière qui circule en Belgique et en Allemagne.
Trop forts les Français, l'électricité pour nous, le risque pour les autres.

pemmore | 17 juin 2021 à 16h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Expertise inondation pour votre site industriel 2 L'eau Protection