En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Nucléaire japonais : les réactions interrogent les conditions de sécurité du parc français

Les réactions se sont multipliées depuis l'annonce des accidents rencontrés par les centrales nucléaires japonaises. Des commentaires qui soulèvent de nombreuses questions relatives au parc nucléaire français et aux risques associés.

Risques  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com
   
Nucléaire japonais : les réactions interrogent les conditions de sécurité du parc français
   

Grave accident ou catastrophe

Si le Réseau Sortir du nucléaire (RSN) juge que "ce sont bien des catastrophes nucléaires qui se déroulent actuellement au Japon dont personne ne peut deviner l'issue finale", les représentants du gouvernement récusent le terme.

Pour le ministre français de l'énergie, Eric Besson, "en l'état" le Japon fait face à "un accident nucléaire grave." Une situation que l'on ne peut cependant pas qualifier de "catastrophe" même si on ne peut "pas écarter" une aggravation de la situation. Il a par ailleurs expliqué, sur les ondes de BFM, que le terme catastrophe veut "dire très précisément que le réacteur fond et qu'ensuite, parce qu'ils n'arrivent pas à maintenir le confinement, ça s'échappe dans l'atmosphère."

Une position qui ne surprend pas France nature environnement (FNE) qui juge qu'il s'agit d'un "discours normal de la part d'un ministre qui nous a déjà dit qu'il soutenait totalement le nucléaire."

Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'écologie, reprend les éléments de langage de son homologue chargé de l'énergie. Elle a ainsi déclaré, à l'occasion d'un déplacement à Bruxelles, que "ce qui se passe au Japon est manifestement un accident nucléaire très grave." De plus, selon la ministre, "le risque de grande catastrophe ne peut être écarté."

Pour Greenpeace, Eric Besson, Henri Guaino et Nathalie Kosciusko-Morizet "ont un comportement indigne, ils font le service après-vente d'Areva et laissent entendre que le Japon, réputé pour sa sûreté nucléaire, avait pris des risques là où la France n'en prend pas."

Refroidissement des réacteurs et fusion des réacteurs

Si les technologies diffèrent, il apparaît que la question du refroidissement du réacteur est un élément crucial pour la sécurité. Ainsi, Greenpeace rappelle que "la centrale de Saint-Laurent, au bord de la Loire, a déjà subi deux accidents de niveau 4, avec fusion partielle du cœur, en 1969 et 1980."

S'agissant des circuits de refroidissement, Europe Ecologie Les Verts rappelle "la gravité du manquement à la sûreté sur les 34 réacteurs français pour lesquels l'ASN a déclaré le 7 février un incident avec cette phrase particulièrement inquiétante : « En situation accidentelle, pour certaines tailles de brèche du circuit primaire principal, l'injection de sécurité à haute pression pourrait ne pas permettre de refroidir suffisamment le cœur du réacteur. »"

Par ailleurs, Michèle Rivasi, eurodéputée EELV et fondatrice de la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité (Criirad), souligne les problèmes rencontrés par les pannes électriques des centrales : "sans électricité, comment faire circuler les eaux de refroidissement ? Quelles solutions ont trouvé les autorités : les centrales sont-elles désormais reliées à des sources d'énergie extérieures ? Les groupes électrogènes seront-ils suffisants pour maintenir le refroidissement ?"

Etat des risques sismiques en France…

Etant donnés les circonstances japonaises, les ONG questionnent les risques liés à la menace sismique. Ainsi, l'ONG Robin des Bois rapporte les propos tenus en 2001 par le directeur adjoint de la Division nucléaire du ministère japonais de l'industrie et le responsable sécurité de l'Autorité japonaise de sécurité nucléaire et industrielle japonaise (NISA). "Les centrales sont équipées de façon à résister aux séismes, en maintenant à un niveau adéquat les fonctions de sûreté telles que l'arrêt de la réaction nucléaire, le refroidissement du réacteur et le confinement des matières radioactives en réponse à n'importe quelles sollicitations sismiques concevables sur le site", écrivaient les deux officiels japonais dans la revue Contrôle éditée par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) française.

S'agissant des normes françaises appliquées au parc nucléaire, Robin des Bois rapporte estime qu'"il est faux de dire que la Règle fondamentale de sûreté française sur la détermination du risque sismique pour la sûreté des Installations nucléaires de Base (INB) datant de 2001 est révisée régulièrement", précisant que "le ministère de l'écologie souhaite une refonte de cette Règle, la filière nucléaire est réticente."

Un avis partagé par l'eurodéputé EELV Michèle Rivasi qui explique que "le réseau Sortir du Nucléaire avait révélé en juillet 2007 que les centrales nucléaires françaises n'étaient pas aux normes sismiques et qu'EDF avait falsifié les données sismiques de ses centrales nucléaires pour ne pas supporter des travaux de mise aux normes trop onéreux."

… et des risques de submersion

De la même manière, la question des risques de submersion des sites français est posée. Ainsi, FNE juge que "toutes nos centrales de bord de mer ont une fragilité particulière face aux coups de mer et aux risques de submersion marine." À ce sujet FNE pointe "l'alerte du Blayais [Gironde], fin 1999, où une catastrophe provoquée par un mascaret fut évitée de justesse." Une alerte évoquée par Greenpeace qui estime qu'à cette occasion la centrale "a frôlé l'accident grave lors de la tempête qui avait secoué tout le pays."

Réactions3 réactions à cet article

 

Il faut savoir que la carte du zonage sismique a été révisée dernièrement, et elle n'a plus rien à voir avec la précédente. Le nouveau zonage sismique entrera en vigueur au 1er Mai 2011. Plus d'info ici : http://www.planseisme.fr/Zonage-sismique-de-la-France.html

Toutes les centrales ont bien sûr été construites avant les années 2000 où le zonage sismique été beaucoup plus faible.

ManuTopiK | 14 mars 2011 à 18h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La securité ne s'improvise pas dans la panique.le parc nucléaire francais n'est pas a l'abri d'un accident car les techniciens savent que le risque zero n'existe pas. C'est néanmoins le plus sur du monde, l'experience des reactions des equipes de l'EDF dans les incidents qu'il y a eu ces dernières années le montre. Je n'ai jamais travaillé ni pour le CEA ni pour l'EDF, mais je suis fier du travail accompli dans le nucleaire par les services publics francais CEA et EDF qui nous permettre de proteger l'environnement en reduisant nos emissions de CO2

fleurent | 20 mars 2011 à 21h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

tout ça stoppe pas la pub'

01010101 | 02 avril 2011 à 23h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…

Warning: mysql_fetch_assoc() expects parameter 1 to be resource, boolean given in /home/cogiterra/public_html/www.actu-environnement.com/includes/modules/module_librairie.php on line 68